Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

"Nous ne savons pas où nous allons, mais nous y allons.” Pierre Rabhi ( Le Plan des Colibris)

 

 

"Jamais une telle formule n’a eu une résonnance aussi pertinente que dans le contexte de la société

planétaire d’aujourd’hui. Après l’euphorie des trente glorieuses, où le modèle de société pillard

hégémonique et gaspilleur issu de la pensée occidentale, et qui tente de se généraliser sur toute la sphère

terrestre, nous voici face à une vérité implacable : non seulement le modèle est en grand échec, mais il

continue à se propager aveuglément et risque de conduire à un chaos dont ni les êtres humains ni la nature

à laquelle ils doivent sans la moindre exception la continuité de leur histoire, ne sortiront indemnes. Nos

aptitudes technologiques atteignent des niveaux d’efficacité toujours plus miraculeux, et bénéficient aux

populations minoritaires vivant dans le giron d’un pseudo progrès, tandis que les exclus de ce progrès

tentent, de toute l’énergie de leurs frustrations, d’y accéder. Cela engendre un monde convulsé, terreau

favorable à de multiples germes de violence où l’homme contre l’humain et l’humain contre la nature

installe l’Histoire dans un dilemme sans précédent au risque de tous les enlisements. L’aventure humaine,

longtemps déterminée essentiellement par un ordre originel fondé sur la pérennité, est aujourd’hui

subordonnée à des mécanismes aléatoires dont le contrôle échappe à l’humain qui les a produits. Même

les outils destinés à nous servir et dont nous sommes si fiers nous asservissent insidieusement et prennent

notre destinée en otage. Il suffit d’imaginer une grave pénurie de matières combustibles entraînant

l’absence d’électricité et des outils de communication pour prendre la mesure de la dépendance des pays

les plus avancés, mais probablement vers le précipice. Seules en l’occurrence les organisations

traditionnelles pourront poursuivre une existence fondée sur les potentialités pérennes que la nature a

toujours offert au genre humain. Ces considérations ne sont pas une invitation à un retour en arrière,

mais à la nécessité d’harmoniser les acquis positifs de la modernité avec l’héritage positif issu des

innovations et des expériences parfois millénaires de la tradition. Hors de tout ce qui nous pétrifie chacune

et chacun, dans une diversité générant les antagonismes mortifères de toute nature, le temps de la

fédération des consciences pour œuvrer ensemble au nécessaire changement de paradigme est venu. La

question redondante «Quelle planète laisserons-nous à nos enfants ?» doit désormais être associée à

«Quels enfants laisserons-nous à la planète ?». Toute perspective d’avenir intelligent ne peut reléguer

cette double question. Le contenu de ce document est destiné à faire un diagnostic pour proposer des

réponses théoriques et pratiques les mieux ajustées  aux aspirations de celles et ceux qui veulent, de toute

leur conviction, un changement du monde, car ce n’est pas les fondements d’une vie heureuse qui sont

défaillants, mais l’intelligibilité et l’usage que nous en faisons qui sont erronés. Un magnifique projet est

à construire pour mieux accéder à ce que les milliards ne peuvent offrir, à savoir le bonheur d’être en vie."

 

Pierre Rabhi 

 

Pierre Rabhi.

Pierre Rabhi (KenadsaAlgérie 1938) est un agriculteurphilosophe et essayiste français d'origine algérienne, inventeur du concept « Oasis en tous lieux ».

 

Pour consulter en ligne le" Plan des Colibris"http://www.reporterre.net/IMG/pdf/Plan_des_colibris.pdf

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article