Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web environnement et écologie en Algérie

Algérie Soir

EnvoyerImprimer

"Nous sommes à plus de 30 000 hectares et plus de 7 000maquis dévastés. (...) Nous avons vu des forêts qui ont vécu 100 ans et des arbres centenaires, comme le cèdre et l’olivier, partir en fumée en quelques minutes (...), d’autres richesses de la nature sont en train de brûler encore (...), a affirmé M. El-Habiri.

M. El-Habiri a également évoqué de "graves conséquences et l’impact de ces sinistres sur la couverture verte du pays", invitant chaque wilaya à prendre en charge cet aspect avec un plan Orsec.

"Chaque wilaya et chaque localité doivent ouvrir des pistes et entretenir celles qui existent déjà pour pouvoir accéder et circonscrire les feux à temps. Il faut que les gens soient un peu sensibles à ce qui se passe actuellement", a-t-il dit.

Le directeur général a toutefois affirmé que la protection civile a réussi à circonscrire des milliers de foyers d’incendie, relevant que ce corps a "des hommes bien formés et qui ont atteint un niveau de professionnalisme conséquent".

"Nous avons des élites formées en Algérie comme en France et qui font faceau quotidien, à tous genres desinistres. Ces hommes sont à la hauteur de leur mission et sont sincèrement engagés. Je pense en toute objectivité qu’ils sont arrivés à minimiser les dégâts", a-t-il ajouté.

Quant aux moyens dont dispose la protection civile, M. El-Habiri a souligné qu’elle a en sa possession "tout ce qu’il faut pour intervenir et pour maîtriser des situations parfois inextricables".

"Sur ce plan, nous avons très bien avancé et nous pouvons maîtriser n’importe quelle forêt", a-t-il rassuré.

Soulignant que cette année, près de 15 000 hommes ont été engagés pour lutter contre les feux de forêt, le responsable a rendu hommage aux forestiers qui leur ont apporté leur aide.

Il a aussi relevé que cette année ne ressemblait guère aux précédentes en termes d’incendies et de dégâts. D’ailleurs, il y a eu tellement de feux de forêt que nos forces ont été éparpillées à travers les divers foyers.

M. El-Habiri incrimine l’homme dans ces incendies en affirmant qu’il est "le premier facteur responsable", sans nier toutefois les autres causes tels que les verres loupes qui "déclenchent parfois des feux, mais rarement", selon lui.

"Cette année, on a vu des départs de feux en nocturne. le facteur du soleil est tout de suite écarté. Donc, l’homme est directement impliqué", a-t-il soutenu.

Il pointe des doigts "des charbonniers qui brûlent tout un champ pour vendre ensuite 25 kilos de charbon à 1 000 DA", évoquant également des "facteurs de négligences" dont l’homme reste le premier responsable.

Par ailleurs, il a indiqué que la protection civile a perdu à Souk-Ahras deux jeunes sapeurs-pompiers, et a enregistré des blessés, mais sans gravité.

D’autre part, M. El-Habiri a fait avoir que la Protection civile intervient, chaque jour, dans 40 à 50 incendies en milieu urbain. La majorité, a-t-il dit, sont des incendies d’appartements.

Concernant l’incendie de l’imprimerie de la Banque centrale il a affirmé que ses hommes étaient sur les lieux 10minutes après l’alerte, et que c’est lui personnellement qui a supervisé l’opération de sauvetage et d’extinction de l’incendie.

Aussi, il a indiqué que cette année, 180 agents "très compétents" ont été mobilisés pour accompagner les hadji en Terre sainte pour "les assister et les aider en toute circonstance".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article