Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

 

Suite à une campagne intensive d'Oceana, la Turquie rejoint le Maroc en annonçant que sa flotte n'utilisera plus cet engin de pêche destructeur à partir de l'année prochaine
Oceana évalue le nombre d'embarcations qui auraient opéré illégalement en Méditerranée à plus de 500, certaines avec des filets pouvant atteindre 20 kilomètres de long

Oceana souhaite pour 2011 une mer Méditerranée sans filets maillants dérivants (FMD) et demande à tous les États d'adopter la tolérance zéro pour ce type d'engin de pêche destructif. L'organisation internationale de conservation marine a rassemblé des informations et a dénoncé de nombreuses embarcations pendant plusieurs années. La Turquie a montré sa volonté d'avancer sur ce sujet en s'engageant à interdire définitivement l'année prochaine les filets dérivants, tout comme le Maroc. Oceana qualifie ces progrès comme étant très positifs tout en restant sceptique dans la mesure où les lois interdisant l'utilisation de cet engin sont ignorées depuis presque deux décennies.
Suite au moratoire approuvé par l'ONU en 1992, les filets dérivants ont été interdits par l'Union européenne, la commission internationale pour la conservation du thonidés de l'Atlantique (CICAA-ICCAT) et la commission générale des pêches pour la Méditerranée (GFCM). Aujourd'hui, ces filets ne sont plus utilisés au sein de l'Union européenne, seule l'Italie continue de les employer malgré l'impact sérieux sur les populations d'espèces menacées.
On estime à plus de 10 000 cétacées, 100 000 requins en danger et à des milliers de tortues le nombre d'espèces attrapées chaque année dans les filets maillants dérivants. Oceana évalue le nombre d'embarcations qui auraient opéré illégalement en Méditerranée à plus de 500, avec des filets pouvant atteindre 20 kilomètres de long.
D'après Xavier Pastor, directeur exécutif d'Oceana en Europe : " Après avoir retardé pendant des années l'application des lois, l'introduction intentionnelle de lacunes légales et l'absence de contrôle, 2011 doit être l'année de la disparition définitive sans ambigüités de ces filets illégaux afin de pouvoir entreprendre la gestion halieutique en Méditerranée ".

La Turquie
La Turquie a annoncé récemment son intention d'interdire les filets maillants dérivants sans exceptions à partir du 1er juillet 2011[1]. Cette décision a été accueillie favorablement par Oceana qui, en 2009, avait identifié et dénoncé environ 30 embarcations turques pêchant l'espadon et de le germon avec ce type de filet en mer Égée et en mer Méditerranée. Le nombre de bateaux qui opèrent avec cet engin de pêche en Turquie pourrait être compris entre 70 et 150.
Cependant, l'organisation de conservation marine s'est dirigée vers l'administration turque afin de partager sa préoccupation concernant l'éventuelle lacune légale qui autoriserait la pêche au germon et à l'espadon avec cet engin de pêche.
Le Maroc
Le Royaume du Maroc a interdit l'utilisation des filets maillants dérivants en août dernier[2], mesure qui entrera en vigueur en 2011. La flotte marocaine qui utilisait ces filets avait également été dénoncée par Oceana. Les espèces menacées en mer d'Alboran et dans le détroit de Gibraltar ont fortement souffert de cette pratique. De plus, cette zone de pêche étant partagée avec la flotte espagnole de palangre, une concurrence déloyale se jouait envers celle-ci.
L'organisation de conservation marine rappelle que l'application de la législation internationale au Maroc a plusieurs fois été reportée et que plusieurs millions d'euros ont été distribués par l'Union européenne et par l'administration des États Unis pour éliminer cet engin de pêche illégal. Par conséquent, Oceana demande une surveillance stricte de la reconversion de la flotte marocaine et l'interdiction de la vente de ces filets à des pays tiers tel que l'Algérie, afin d'éviter leur réapparition en mer Méditerranée.

L'Union européenne
Les filets maillants dérivants sont interdits en Europe depuis janvier 2002. Malgré cela, certains pays comme la France et l'Italie ont continué de les employer et l'Italie est maintenant le dernier réfractaire, utilisant ces engins parfois camouflés sous le nom légal de " ferrettara ". En 2010, des observateurs d'Oceana ont confirmé la présence de ces filets dans le port de Bagnara Calabra malgré la livraison de 250 km de filets illégaux en juin et la conversion de plusieurs unités en palangres.
Les filets maillants dérivants sont un type d'engin de pêche utilisé pour capturer différentes espèces pélagiques. Dans les années 80 et au début des années 90, l'utilisation de ce type de filet était très recherchée pour son efficacité et sa simplicité d%u2018utilisation, s'agissant d'un engin de pêche passif. Cependant, les filets maillants dérivants entraînent la capture accidentelle de milliers de cétacées et d'autres espèces en danger de disparition.


Marta Madina, Directrice de communications
Plaza España - Calle Leganitos 47. 28013 Madrid, Espagne
Tél. : 34 911 440 880 Portable : 34 687 598 531   E-mail : mmadina@oceana.org
Oceana oeuvre pour la protection et la récupération des océans du monde. Notre équipe de scientifiques marins, d'économistes, d'avocats et autres collaborateurs est en voie d'obtenir des modifications de législation spécifiques et concrètes pour réduire la pollution et prévenir l'épuisement irréversible des stocks halieutiques, protéger les mammifères marins et les autres formes de vie marine. Dans une perspective mondiale et pour la conservation, Oceana dispose de bureaux en Europe, en Amérique du Nord, en Amérique du Sud et en Amérique Centrale. Plus de 400 000 collaborateurs et cyber-activistes de 150 pays ont déjà  rejoint Oceana. Pour plus d'information, visitez www.oceana.org




[2] Bulletin officiel Nº 5866. 18 août 2010.
[1] Article 4 de la notification 2/1 du 10 juillet du ministère de l'Agriculture de la République de Turquie.  http://www.tarim.com.tr/haber/haberdetay.asp?ID=15199
 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article