Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

 

 

 

Mardi, 26 Mars 2013 09:50

Par : Noureddine BENABBOU 

Aujourd’hui, les Oranais préfèrent le diesel vu son prix avantageux, soit 13 DA/l à la pompe, alors que l’essence frôle les 24 DA/l.

Toutes les études l’ont prouvé, le diesel est cancérigène à cause des particules fines que dégagent les tuyaux d’échappement des véhicules et qui provoquent le cancer du poumon. Ces dernières polluent énormément l’air respiré, sans oublier le dioxyde d’azote (NO2) dégagé. Les constructeurs de véhicules ont misé sur le diesel pour faire diminuer le CO2 qui accentue l’effet de serre, mais ils ont complètement ignoré ses autres effets négatifs. Ils ont beau vanter le mérite des filtres installés sur les véhicules, mais les particules fines ont pris le dessus et s’attaquent directement aux poumons. D’autre part, des millions d’anciens véhicules non dotés de la nouvelle technologie polluent la ville d’Oran sans modération ainsi que toutes les villes du pays. Les camions polluent 10 fois plus que les véhicules légers. “Aujourd’hui, les Oranais préfèrent le diesel vu son prix avantageux, soit 13 DA/l à la pompe, alors que l’essence frôle les 24 DA/l. Un grand nombre de citoyens ignorent ses effets néfastes sur la santé”, dira un chauffeur de camion. Mais pourquoi le diesel coûte moins cher malgré sa nocivité sur la santé publique ? “Je pense que les pouvoirs publics encouragent l’utilisation du diesel à cause de son prix de revient ou peut-être à cause du diktat des constructeurs de véhicules qui imposent leurs modèles”, confie un propriétaire d’un véhicule diesel, complètement désarçonné par la question.


Combien coûtent les effets de la pollution à la Cnas (Caisse nationale des assurances sociales) ? Apparemment des millions de dinars par an sont dépensés pour les asthmatiques et les cancéreux, victimes de la pollution de l’air, selon des personnes avisées. Dans les embouteillages, les trémies et le centre-ville à El-Bahia, la pollution dosée par les tuyaux d’échappement est devenue insupportable et fait peser une vraie menace sur la santé publique. “Avec
500 000 véhicules vendus par an, la pollution ne peut que s’aggraver”, prévient un jeune médecin. La situation devient préoccupante.


Le marché de l’automobile est en pleine expansion en Algérie, mais beaucoup de zones d’ombre sont occultées par les constructeurs, bien qu’ils affirment que toutes les normes sont respectées. Mais de quelles normes parlent-ils ? Leurs normes ou celles des médecins qui font face aux victimes de la pollution ?


N B

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article