Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

"Oran" par Meni Boceiri

vuebaieoran

"Mercredi 27 janvier 2010, de Constantine, je prends encore une fois l’avion  avec tous les membres de l’Association Aummy  à destination d’Oran,  ma ville. A 12h00, nous sommes tous à la maison. Je suis tellement heureuse de rentrer chez moi car ma famille me manque tellement. Martine, Naji et Waheb   font enfin la connaissance de la plus douce des mères, Fatiha, de ma gentille sœur, Souad, mon adorable frère,  Mohamed, et sa douce femme Faiza.

Le jour de notre arrivée, il pleut à Oran  mais moi j’ai hâte de faire découvrir à mes nouveaux amis, membres de l’association, ma ville que j’adore plus que tout. L’après  midi, à 14H30, nous  avons rendez- vous avec Mr BENCHAA YOUCEF CHAIBI, chargé de communication à la grande mairie d’Oran. C’est grâce à ce monsieur que nous  avons pu rencontrer Mr Ghaoutti AZRI, Directeur du théâtre d’Oran, une personnalité sympathique  et ouverte à toute action culturelle. Il nous donne rendez- vous le lendemain  pour visiter son théâtre.

Jeudi 28 janvier 2010 à 10h, Mr AZRI ,nous accueille chaleureusement dans son bureau. Comme toujours, Naji, notre président, entame la discution et les sujets s’enchainent. Puis Mr le Directeur nous annonce la bonne nouvelle que j’attendais depuis un moment, la rencontre avec le Maire d’Oran. Et là, je suis vraiment heureuse et surtout  ravie. Mais avant de partir à la rencontre du  maire, Mr le Directeur du théâtre nous propose une visite guidée de son établissement  et nous en sortons tous émerveillés et enchantés.

Le théâtre d’Oran  se situe place du 1er Novembre  (ex Place d’Armes) et a été édifié en 1908. C’est un véritable chef d’œuvre de style  renaissance italienne avec des balcons à colonnades en marbre, et surmonté de clochetons et statues allégoriques de fulconis. Sur la place du 1er novembre, étaient organisés les défilés militaires. Au centre de la place, se dresse un monument qui commémore la bataille perdue par les français devant les troupes de l’émir Abdelkader en 1845 à sidi Brahim aux environs de Ghazaouet (à proximité d’Oran et à 40km de Oujda-Maroc-) avec, au sommet, une jolie sculpture dite de « la victoire Ailée » et au dessous de laquelle est inséré en bas -relief  le buste de l’Emir Abdelkader, vainqueur de cette bataille. Les visiteurs viennent prendre des photos souvenir devant le jet d’eau. Sur cette même place, se trouve aussi  le monumental Hôtel de ville (Mairie d’Oran) construit en 1886 et fièrement gardé et protégé par deux lions, symboles de la ville, campés de chaque coté d’un large escalier.

Monsieur Saddek Benkada, maire d’Oran, nous fait, à son tour, l’honneur de nous recevoir dans son bureau, un endroit chargé d’histoire qui m’a beaucoup impressionnée. Mr le Maire est  d’une gentillesse extrême, très souriant et d’une grande culture. Lui aussi se montre très motivé par l’objectif de l’association et il nous promet  de  faire de son mieux pour aider Aummy. Il  a l’aimable gentillesse de nous  dédicacer  le livre  de « Oran face à sa mémoire »pour l’écriture duquel il a collaboré. Cet ouvrage, édité par l’association  « Bel horizon » présidée par Mr Métair, a été coécrit, outre monsieur Benkada, par Fatima Bakhai et Fouad Soufi. Il nous parle d’Oran et nous retrace son histoire. D’ailleurs, c’est grâce à ce livre que j’ai pu  commencer ce récit. Après avoir partagé le verre de thé de l’amitié,  Mr le Maire nous raccompagne jusqu’en haut de l’escalier et nous souhaite beaucoup de courage pour le parcours d’Aummy.

alibabaLe vendredi 29 janvier, je sors avec Martine (secrétaire générale de l’association). Je veux lui faire découvrir  différents lieu d’Oran chargés d’histoire. Nous commençons notre visite par  la montagne du Murdjajo , un site étonnant qui a abrité, d’après les historiens, les premiers oranais préhistoriques.  Ce lieu  offre de magnifiques  panoramas sur la ville et ses alentours. En montant vers le plateau de Murdjajo , on trouve sur notre route le BELVEDERE, restaurant de style mauresque,  seul au milieu des bois. A quelques kilomètres et à 375m d’altitude, on est enfin sur le plateau de Moulay Abdelkader el Djilani d’où on découvre l’un des plus beaux panoramas de la Méditerranée, une vue splendide sur Oran dans toute son étendue. Là haut, nous rencontrons Mr ALI,  un vieux monsieur mais jeune d’esprit qui prépare pour les touristes mais aussi les oranais le vrai thé selon la tradition du  grand  sud algérien.

On voit au dessus de nous le fort de santa  Cruz (ou Bordj El Djebel) inaccessible actuellement pour cause de travaux. C’est  un  fort espagnol du  XVI siècle qui a été restauré en 1860 par le génie militaire français. Il est d’une architecture sobre mais ces gigantesques pierres témoignent de l’effort surhumain   qui a été déployé pour bâtir cette œuvre monumentale. En contre bas, la chapelle de la vierge est le témoin de faits historiques douloureux. En 1849, Oran fût frappée par une terrible épidémie de choléra qui foudroya une partie de la population civile et  militaire. Devant l’irrésistible épidémie, les autorités de l’époque décident  d’ériger une vierge pour jeter le choléra à la mer.  Elle devient en 1850 un modeste oratoire puis,  en 1873 on rajouta le clocher en pierre de taille sous forme d’un index pointé vers le ciel et un siècle plus tard, en  1959, on décida de compléter  l’ensemble par la construction d’une basilique en béton, telle qu’elle est actuellement.  Elle est depuis   le lieu de pèlerinage de milliers de chrétiens.

Oran, une ville avec un paysage sans égal. Ses  différents et remarquables édifices militaires et religieux  témoignent de la présence de différentes civilisations au cours des siècles.(les bains turcs, le Viel hôpital français, le minaret andalou et au loin le Santa Cruz Espagnol).

La gare d’Oran  de style néo-mauresque  a vu le jour pendant l’occupation française et, sous ordre impérial,  le 8 avril 1880, naissait ainsi la ligne ferroviaire Alger-Oran. En 1880, c’est le début  de la construction de la grande synagogue d’Oran (sur BD Mâata ex BD Joffre). En 1975,  elle est réhabilitée en  mosquée et nommée mosquée Abdallah Ben Salem du nom d’un riche juif médinois qui se convertit à l’islam et resta fidèle à sa nouvelle foi en Dieu jusqu’à sa mort.

« Oran est un musée à ciel ouvert »  ainsi parle Mr  Kouider Metair (Président de l’association Bel Horizon). A  ma  façon et à l’aide de certains ouvrages  d’histoire,  j’ai essayé de vous  faire connaître ma ville dont je suis tellement fière et je souhaite de tout cœur avoir réussi à vous la faire découvrir ne serait-ce qu’un tout petit peu car il faut  des  centaines d’ouvrages, voire plus pour en parler.

L’Algérie, est un  très beau pays aux multiples cultures.  Les algériens sont très accueillants et surtout chaleureux, des gens qui cohabitent  avec toute race  et toute religion. Alors venez visiter mon pays et vous verrez par vous-même.

Je remercie Aummy.  Grâce à elle,  j’ai pu croiser différentes personnes et me faire beaucoup d’amis, l’amitié, ce trésor si rare. Merci"

Pièces jointes

Titre: alibaba
Fichier: alibaba.jpg
Taille: 37 Ko



Pour visiter le blog "AUMMY" : http://aummy.fr/WordPress/
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article