Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara Ecologie

Rocambolesque est le feuilleton administratif et judiciaire qui alerte le Tout Oran en ce moment. Des particuliers qui érigent des résidences individuelles sur des terrains relevant du domaine forestier, la justice qui rend son jugement mais qui n’est pas entendue, la wilaya qui se déjuge et une association de protection de l’environnement qui voit ses activités suspendues pour s’être opposée à la dilapidation de la forêt de Canastel. Récit.

 

Commençons par le «must» dans cette affaire qui aura eu le mérite de mettre à nu le caractère terriblement répressif de la nouvelle loi sur les associations, notamment à travers son article 39 qui dispose qu’«il est procédé à la suspension d’activité de l’association ou à sa dissolution en cas d’ingérence dans les affaires intérieures du pays ou d’atteinte à la souveraineté nationale». C’est sur cet article, dénoncé par l’opposition parlementaire au moment où la loi sur les associations était soumise au vote, et plus tard par de nombreuses ONG nationales et internationales, que le wali d’Oran s’est appuyé pour sanctionner l’association des résidents de Canastel (ARC) qui, soucieuse de la protection de l’environnement, s’est opposée fermement à un projet de construction sur des parcelles relevant du domaine forestier.

La décision du wali d’Oran, référencée 1584, a été prise le 14 juillet 2013. Elle porte sur la suspension des activités d’ARC pour une période de 6 mois, au motif, est-il spécifié, «d’ingérence dans les affaires intérieures du pays». Incompréhensible attitude du wali d’Oran qui gèle les activités d’une association dont le seul tort est de s’être mêlée de ce qui la regarde justement, l’association ARC ayant été fondée et agréée sous le numéro 0046 du 30 mai 2013 pour œuvrer à la protection de l’environnement. Quels dessous peut bien cacher cette affaire qui vaut à une association de quartier une sévère décision du wali, au moment où la justice donne suite favorable à l’action en référé intentée par cette dernière ?

La main lourde du wali s’abat sur ARC

Un récapitulatif des péripéties que cette affaire ne cesse de connaître depuis 2006, période à la quelle une commission de la wilaya d’Oran délibère en faveur de la préservation de la forêt de Canastel ainsi que de la frange maritime. Cette délibération est contenue dans le procès-verbal n°2008 du 12 août 2006. A cette délibération a fait suite une décision du wali d’Oran (n° 10836 du 19 août 2006) qui ordonne la protection permanente et l’interdiction de toutes constructions sur le site, la forêt de Canastel, en l’occurrence. Jusquelà, les riverains peuvent dormir tranquilles. Or, ne voilà-t-il pas que, contrairement à cette décision du wali, l’APC d’Oran approuve en date du 6 novembre 2012 un plan d’occupation du sol (POS) qui intègre les parcelles aujourd’hui objet de litige. Mais avant l’adoption dudit POS, deux permis de construire ont été délivrés à deux particuliers. C’était en juillet, soit 4 mois avant. Outre les services concernés de l’APC, les deux permis de construire ont eu l’aval de la Conservation forestière d’Oran. Cette dernière a notifié qu’elle ne voyait «aucun inconvénient pour les deux dossiers, étant donné que les terrains en question sont actés et publiés depuis 1999 et ne comportent aucun arbre». En 2013, l’affaire est devant les tribunaux. L’association ARC, comme la loi l’y autorise, saisit en référé le tribunal administratif. L’affaire est enrôlée sous le numéro 13/447. La décision est rendue lors de l’audience du 16 juin 2013. Elle ordonne l’arrêt immédiat des travaux. Dans le dossier, le wali d’Oran plaide la légitimité de l’action d’ARC. Il plaide également la cause d’ARC dans l’affaire de fond portant sur l’annulation des permis de construire. Subitement, le wali vire et change d’attitude. Son pouvoir régalien en la matière s’abat sur l’association dont il prend la décision de geler pour 6 mois les activités. Sa décision date du 14 juillet 2013.

S. A. I.

Dimanche 4 août 2013

d

http://www.lesoirdalgerie.com/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article