Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

Les SIG seraient très utiles dans le domaine de la surveillance des barrages.

Selon des experts français, si l’on excepte le ministère de la Défense et des organismes comme l’Agence nationale des autoroutes, les institutions étatiques algériennes demeurent frileuses à l’idée d’engager des sociétés spécialisées dans les systèmes d’information géographique. Les SIG sont pourtant bien utiles pour la surveillance des barrages, l’aménagement urbain et même la lutte contre les feux de forêts…

 

En dépit de son importance, l’information géographique demeure très peu développée en Algérie, ont constaté lundi des experts qui ont pris part à un séminaire algéro-français sur les systèmes d’information géographique (SIG) organisé par l’agence Ubifrance.

Les applications des SIG touchent à divers domaines aussi stratégiques que la défense, la surveillance des barrages, l’aménagement du territoire ; elles peuvent même contribuer à résoudre le sempiternel problème du foncier industriel.

Un expert français, dont la société évolue depuis une vingtaine d’années en Algérie, affirme que hormis le ministère de la Défense nationale, avec lequel un certain nombre de partenariats ont été engagés, les institutions étatiques algériennes demeurent frileuses à l’idée d’engager des sociétés spécialisées dans ce domaine. Cela ressemble fort à une méfiance à l’égard des nouvelles technologies qui n’a pas lieu d’être quand on sait que le monde globalisé dans lequel évolue l’Algérie ne s’accommode guère de cet auto-sevrage qui prive le pays de sa part de développement technologique.

Selon cet expert français, l’aspect lié à la formation dans le domaine de l’information géographique est un autre facteur qui bride l’essor de cette technologie pointue. « Souvent, nous faisons dans la pédagogie du fait que nous avons constaté un manque avéré de formation chez les cadres des entreprises. Nous avons aussi constaté que ce genre de technologie, qui requière une formation spécifique, n’est pas enseigné dans les universités algériennes », a-t-il expliqué. Les solutions proposées par son entreprise, a-t-il dit, sont destinées aussi bien au corps de la Protection civile pour l’aider à faire face aux feux de forêts qu’aux services chargés de l’hydraulique, notamment pour la surveillance des barrages, aux travaux publics et à l’aménagement urbain.

« L’information géographique demeure méconnue en Algérie », constate un autre intervenant français, dont le groupe, spécialisé dans l’ingénierie et l’information géographique, dispose de représentations en Tunisie et au Maroc mais pas dans notre pays. Ce qui ne l’a pas empêché de contracter des partenariats avec des organismes nationaux, comme l’Agence nationale des autoroutes (ANA) dans le cadre du projet des rocades d’Alger.

Parmi les sociétés françaises qui ont participé au séminaire d’Ubifrance figure Intergraph, considérée comme l'un des principaux éditeurs mondiaux de solutions géospatiales dédiées aux organismes de défense, de renseignement, de secours et de sécurité ainsi qu’aux administrations, réseaux de transports, sociétés de photogrammétrie, services publics et entreprises de communication.

Accompagnant entre autres organismes l’Agence spatiale algérienne (ASAL), Intergraph souhaite développer davantage ses activités en Algérie en proposant ses solutions notamment dans le domaine de l’hydraulique pour la sécurisation des barrages.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article