Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

"L'Ecologie, la Nature et l'Algérie" par Tedjani Karim (Nouara-algérie.com)

  Peut-on vraiment parler d'écologie en Algérie?

Il n’est pas impertinent de se poser une telle question pour peu qu’on connaisse   l’état d’esprit   qui anime une large majorité  des algériens et des  algériennes  en ce début de siècle. En 2010,  disons le franchement,  l’écologie n’intéresse encore pas grand monde en Algérie.

 C’est une évidence qu’il faut cependant nuancer  mais aussi  tenter d’expliquer  en se restreignant d’uniquement la  condamner.

 J’aimerais donc préciser qu’il faut  tout d’abord éviter de confondre, à mon humble avis, vision  écologique et  volonté de préserver  de la Nature. Cela éviterait de penser que dans ce pays on n’aime et on ne respecte pas la Nature puisqu’on ne se soucie guère de l’Ecologie. Ce serait mal connaître la nature algérienne,  cette fois-ci  entendue au  sens figuré.

 Les algériens sont sûrement moins déconnectés de la Nature  que  bon nombre de citoyens de pays « développés » qui voient dans l’Ecologie une valeur presque morale. C’est d’ailleurs peut-être, à mon humble avis,  parce qu’ils n’ont pas encore totalement coupé le cordon avec Mère Nature que les citoyens de l’Algérie n’ont pas conscience des périls qu’on encourt  à trop la bousculer. 

Les excursions naturelles sont un des loisirs favoris des algériens et algériennes des classes populaires et moyennement aisées. Beaucoup utilisent encore des remèdes naturels pour se soigner ou s’embellir. Ma  tante, Saliha Saadi anime d’ailleurs à  la radio d’Annaba une rubrique à ce sujet qui a je crois un franc succès auprès des ménagères de cette wilaya. Et puis, il y a « les anciens », nos grand parents et arrières grands parents qui on connu une autre Algérie.

Tout au long de ma vie, je me suis attaché à rester proche cette nature, malgré que je sois né dans une des mégapoles  les plus urbanisée du monde : Paris.

 L’Algérie, celle de mes vacances scolaires a été le lien le plus fort que j’ai eu avec la Nature. A Guerbes, puis plus tard dans d’autres régions, j’ai rencontré  des gens en possession d’une science empirique  du fonctionnement des écosystèmes. Celui qui m’a le plus enseigné ce savoir, fut mon grand oncle El Haidi Latréche, un berger  d’abord  nomade qui s’était ensuite  sédentarisé dans la baie de Guerbès.

 -« Si  tu coupes ce buisson, juste celui là,  il va laisser passer le vent. Ici, tu vois, c’est un couloir…  Le vent  de Guerbès  porte en lui le sel et la fouge de la mer. Les baies qui poussent à cet endroit risquent de ne pas lui résister. Et, l’oiseau  que j’aime tellement entendre chanter quand je fais ma sieste risque de devoir déménager parce qu’il ne pourra plus les manger ! Il en raffole tellement.

 Fais bien attention à ce qui se passe autour de toi, tu vois cette ruche sauvage ? Et bien les abeilles ont choisi cet endroit, justement parce qu’il était à l’abri du vent. S’il disparaît, ce buisson, alors elles s’en iront aussi agacée d’être secouées  par la houle des courants d’airs marins. Je ne pourrais plus profiter de leur miel si succulent à une bonne proximité de ma maison. Mon fils, avant de jouer de la machette pour te faufiler plus aisément à travers le maquis, pense que tout qui t’entoure ici est en aussi en vie que toi… »

 

 

N’est-ce pas les fondements de l’Ecologie expliqués par de simples mots dits par un homme qui vivait tout simplement en harmonie avec son environnement ?
Combien d’entre vous n’ont-ils pas entendu de la part de leur « anciens » ce genre de sage prescription ? Bien entendu, il ne faut pas sombrer dans cette  nostalgie des « ancêtres » idéalisés qui peut mener à un chauvinisme dénué d’objectivité intellectuelle. J’aimerais juste suggérer par cette petite digression qu’il existe en Algérie une véritable culture ancestrale  de la Nature et qu’il serait bon, d’en tirer les profits et les leçons. Malek Bennabi l’a dit : « On ne peut construire l’avenir d’un pays avec les techniques des autres ». La réflexion et l’action écologique, en Algérie, doit intégrer cette tradition car elle est le produit d’une longue expérience.
Cependant au niveau de l'application ainsi que des contrôles , le pays accuse un retard, voire une négligence qui n'est pas à la mesure de ses engagements vis à vis de la communauté mondiale. Cette "déficience" , à mon humble avis,, est largement résponsable de la difficulté à installer la notion d'Ecologie dans le quotidien du peuple algérien. Sans une vision globale, nationale, toute action locale pert une part de son éfficacité. Sans une concertation entre les localités et la Capitale, il sera difficle de faire vraiment évoluer les choses dans le bon sens.  L'état algérien a une grande part de responsabilité dans ce domaine et doit s'appliquer d'avantage remédier à cela . 

  De nombreux périls  menacent la Nature de l’Algérie : la faune et la flore sont en danger, le désert avance, la monoculture et l’utilisation des pesticides semblent se démocratiser,  les dunes côtières sont pillés de leur sable, les déchets pullulent, les oueds et les plages sont polluées, l’urbanisation est anarchique ect… Nombre de ces dégradations   sont  liées à l’action humaine et la phase fulgurante de modernisation du pays.

 La communauté scientifique, le tissu associatif, les médias multiplient les actions symboliques et les campagnes de sensibilisation. Cependant, leur marge de manœuvre et leur audience auprès des instances gouvernementales ne sont pas  encore suffisantes pour qu’émerge une véritable prise de conscience écologique en Algérie. Ils risquent, d’ailleurs, si la situation n’évolue pas, de se décourager et de retomber dans ce travers si propre aux algériens : le défaitisme….

Ainsi, il existe vraiment  une volonté de protéger la Nature  en Algérie. Mais celle de la croissance économique est bien plus forte...

Si la société algérienne n'est pas encore mûre pour instaurer une vraie vision écologique sur son territoire, il existe déjà une culture de la Nature qui se doit d'évoluer dans ce sens .

L’Ecologie  si elle est considérée à sa juste valeur,  c’est un véritable projet de société influant sur tous les domaines d’activités de l’Homme des temps modernes afin que sa quête permanente  d’évolution n’entre plus en conflit avec sa présence sur la planète Terre. Tout le monde sur Terre en parle, mais rares sont ceux qui semblent pouvoir vraiment définir ce projet universel qui doit cependant ne pas servir de prétexte à une globalisation outrancière des cultures et des civilisations.

De ce fait on peut dire que l'Ecologie n'est pas une réalité en Algérie, mais, disons plutôt que c'est un concept qui commence à emerger progressivement.

Pour l'instant, certains habitants se soucient de la dégradation de leur environnement, souvent d'ailleurs à l'échelle locale. Des actions ponctuelles sont mises en place mais cela n'est pas suffisant pour parler d'une Ecologie Algérienne dans le sens où il n'y a , dans le discours social, aucune  véritable remise en question des fonctionnements de la société algérienne en ce qui concerne l'instauration d'une gestion écologique des ressources naturelles du pays ainsi que de l'activité humaine.

 

Mais que sait-on à vrai dire  de l’Ecologie en Algérie ?Qui en parle? Qui la met en place ?

 Est-ce  un concept , tel qu'il est devéllopé actuellement, aisé à appréhender pour une société en voie de développement très peu industrialisée ? L'Algérie doit-elle dans ce domaine  simplement s'aligner sur les pays développés   sans apporter ses propres solutions au reste du Monde?

Ne serait-il pas  au fond  plus facile d'installer l'Ecologie  dans un pays qui se construit encore, et qui n'a donc pas à faire machine arrière pour se mettre au nouvelles normes écologiques mondiales?  Pour peu qu'on le désire vraiment , et qu'on accepte le fait que c'est un facteur de progrés  et de richesses durables , cela me parait tout à fait envisageable .   

Tedjani Karim

 

Ps: Depuis quelques temps, je vis entre la France et l’Algérie et grâce à Nouara, j’ai la chance de parcourir le pays à la rencontre de gens impliqués dans l’écologie en Algérie et d’être invité à participer à la vie associative et civile de mon pays. Mon regard sur ce pays évolue, et ne correspond plus à celui d’un vacancier mais celui d’un homme né en France qui rêve de pouvoir un jour fonder  une famille et élever ses enfants dans une  Algérie à sa juste valeure.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article

BENMESSAOUD 25/12/2010 21:23



Connaissez vous l'action "nettoyons la nature" des centres commerciaux leclerc? Ce projet fonctionne depuis  13 et c'est un enorme succes. Il est URGENT d'envisager une action similaire en
algerie.