Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

"Pillages honteux de sable dans la zone humide de Oued-Zhor (Collo-Algérie)" Temoignages.

 


 
              Oued-Zhor-lui-meme.jpg
              Oued Zhor. Mars 2013 par Jalel Hadj-Moussa
  

" J'étais ces 3 derniers jours dans le massif de Collo, dans le cadre de ma recherche sur les collemboles. J'étais très affecté par ce que j'ai pu voir:  des centaines de camions de grand tonnage en train d'extraire du sable. Ce sont  les mêmes voleurs, j'allais dire  les mêmes "charognards" du sable. Après avoir été chassés des sablières de Senhadja-Guerbès vers 2009, ils se sont rabattus sur la sablière d'El-Allia (Skikda) quelques km de Sanhadja (15 km); Après les dégâts occasionnés et sous la pression des associations d'ecologiques et  de protection de la nature, ils ont dû quitter cet endroit. Récalcitrants et avides de richesses faciles ils se sont rabattus cette fois-ci sur Oued-Zhor (entre Collo et Jijel).

 J'aimerais décrire brièvement l'importance de la zone humide de Oued-Zhor.

Savez vous  que l'essentiel des zones humides de l'Afrique du Nord se situent entre Beni belaid (jijel à qques km de Oued Zhor), Sanhadja-Guerbès (dont l'Edough fait partie )jusqu'à El-Kala (Oum-Teboul). De toutes ces zones humides déclarées protégées, seule celle de Oued Zhor est à ce jour inconnue aucun inventaire faunistique et floristique n'est établi, même les chercheurs français (depuis la période coloniale)ne donnent aucun inventaire.
   
 Pour vous  montrer le caractère originale de cette zone sur le plan biodiversité, j'ai pu découvrir une espèce de collemboles (la 9ème du même genre: Sensillanura), les 8 autres espèces sont localisées en Europe (1 espèce d'Autriche (Alpes) et 8 espèces entre le Canada , USA et Mexique). Ceci atteste du caractère exceptionnel de la biodiversité de l'endroit.

Le massif de Collo est le frère jumeau du massif de l'Edough sur le plan géologique, mais plus ancien que ce dernier, il appartient au Socle Kabyle ou chaîne Magharébide.

La sablière de Oued Zhor est situé sur le territoire d'El-Milia à quelques encablures de Béni Belaid (autre zone humide). Avant 2012 les camions passaient par El-Milia, mais sous la pression des villageois limitrophes ils ont dû changer d'itinéraire en passant par Oued Zhor village-Bounoghra-Zitouna pour contourner  Collo. Tout cet itinéraire fait partie de la zone humide de Collo.

Toutes les sablières du Nord-est algérien de Beni Belaid jusqu'à El-Kalla ont été ouvertes sous l'autorité de l'ancien ministre de l'énergie (Chakib Khalil). Il existe une loi interdisant toute extraction de sable côtier. C'est grâce à cette même loi que la sablière de Béni Merouane (Filfila, Skikda) a été fermée sous les pressions des associations écologiques de Skikda. Lire cet article d'El Watan

 

A Oued Zhor, aucune association de protection de la nature n'existe sur le terrain. Les jeunes villageois, bien que très conscients de ce qui les menace, n'arrivent pas à faire entendre leurs voix. Ils me l'ont exprimé lors de mon dernier passage (21 mars dernier).


J'aimerais donc alerter notre communauté nationale et internationale  pour lancer un cri de colère et mobiliser tout le monde pour protéger Oued-Zhor, que je considère à juste titre comme étant la zone humide importante.
C'est un point chaud de la planète sur le plan biodiversité." 

Hamra-Kroua Salah, chercheur à l'université
 de Constantine:


"Il faut aider les jeunes de Oued Zhor à stopper le massacre. Avant-hier j'ai rencontré quelques jeunes du village et ils m'ont exprimé leur désarroi, leur incapacité à faire face  à cette catastrophe qui se déroule chaque jour.  Des camions qui viennent de toute l'Algérie: d'Oran, d'Alger etc.. pour transporter du sable à très fort prix (50 à 60000 Da le camion).

 Les autorités locales de Oued Zhor sont bien sûr complices, ils ne mesurent pas le réel danger qui va leur tomber sur la tête. Ils ont menacé les jeunes et leurs ont interdits toute manifestation. Sincèrement, ces jeunes sont très conscients du danger qui guète la bonne santé de leur milieu naturel. Ils méritent qu'on leur exprime notre solidarité et les aider à se battre pour préserver leur milieu..."
Jalel Hadj-Moussa (Apiculteur) 

                  sabliere-de-Oued-Zhor.jpg

                  Sablière de Oued Zhor... (Photo: Jalel Hadj Moussa)

 
 

"Les mastodontes qui transportaient le sable extrait de la sablière de Oued Zhor empruntent la route passant par Laouinat- Bounoghra-Collo. Ce nouveau itinéraire a remplacé celui passant par El-Milia. Le village de Oued Zhor se trouve ainsi soumis à un va-et-vient quotidien très assourdissant pour la population de jour comme de nuit.On sait bien que les effets de tels bruits sont encore plus néfastes pour la faune et la flore locale. Les cadavres d'animaux nocturnes (Hérisson, Belettes, Chacals dorés et autres espèces de petite tailles (insestes, Amphibiens), jonchent la voie.

Aucune action n'est entrepise par les autorités locales pour mettre fin à ce désatre.

Au contraire, ces autorités ont interdits aux jeunes du village toute protestation ou opposition. Ces derniers ont dû se rétracter faute de moyens légaux à leur disposition. Pourtant les mêmes infractions commises par la mafia du sable au niveau des sablières de Filfila et de Guerbès rongent et détruisent la localité de Oued Zhor. C'est le même ministre 'Chakib Khalil) qui a ordonné l'exploitation de la carrière de sable de Sidi Merouane (Filfila) a également autorisé l'exploitation de Oued Zhorl! Donc la même règlementation doit s'appliquer pour fermer la sablière de Oued Zhor."

Salah Attia

 

Image satellite fournie par Jajel Hadj Moussa

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article