Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

 

Informations énergies renouvelables, agriculture bio, et tout ce qui touche le respect de la nature et des hommes. A disposition : Agenda, forum, formulaire pour participer au site,... 


Afin d’estimer la pollution atmosphérique globale de la région de Skikda, capitale de la pétrochimie, située au Nord-Est algérien, FADEL. D, OULARBI. A, DJEMAI. R et LAIFA. A, du Département Aménagement de la Faculté des Sciences de la Terre de l'Université de Annaba (Algérie) ont utilisé une méthode qualitative basée sur le recensement et la distribution géographique de la flore lichénique selon la rose des pollutions de la zone d’étude combinée à une cartographie en réseaux.

"Notre étude a été orientée sur la contribution à la cartographie de la pollution atmosphérique globale de Skikda et de sa périphérie en utilisant la flore lichénique comme bioindicatrice de cette pollution. Nous avons ainsi recensé toute la flore lichénique corticole de toutes les stations étudiées.
Durant également cette phase nous avons récolté toutes les données nécessaires à l'étude du milieu biophysique de notre zone d'étude.
Il est impératif de bien cerner certains facteurs biophysiques tels que le climat et la flore arborescente (substrat lichénique ou phorophyte) pour mieux comprendre leur influence sur la distribution des lichens dans les différentes stations.
Les résultats du recensement de la flore lichénique de la région de Skikda ont montré de manière évidente que leur nombre et leur taux de recouvrement sont étroitement liés au degré de pollution.
En effet, des travaux antérieurs de GILBERT&PYATT (1970), AMMARI (2004) vont dans le même sens. Ils apprécient le degré de pollution directement à partir d’observation de terrain.
La même constatation est remarquée à savoir quand la pollution est importante, le nombre d’espèce diminue ainsi que leur taux de recouvrement."

Pour télécharger l'étude au format pdf : cliquez ici.

 

Date de publication : Mardi 29 Janvier 2008 à 19H55:02
Déjà 2077 personnes l’ont lu
En discuter sur le forum

 

"Je suis originaire de part ma mère de la région de Skikda ou j'ai rencontré grâce notamment à Mohamed Tabbouche, le président de l'association Bariq 21 un bon nombre de gens qui se sentent concernès par ce grave problème environnemental.Il suffit de se rendre à Skikda pour sentir la nocivité de l'air ambiant et le dénaturement de cette belle ville par la proximité des installations pétrolières.

Il suffirait pourtant, pour réduire ces impacts, d'investir dans de nouvelles technologies et une gestion plus durable des sites pétrochimiques, au dire de mr Tabbouche qui est d'ailleurs lui-même un cadre superieur dans l'entrprise qui exploite ces sites."

Tedjani Karim

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article