Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

Par     | juin 19, 2013 4:38
PLAGES

 

Comme une fatalité à laquelle on s’est habitué. A coup de sacs en plastique largués sur le sable ou la roche, les plages algériennes, le long des 1.200 kilomètres de littoral, comptent parmi les plus sales au monde. Un constat amer qui ne risque pas de changer malgré les efforts soutenus de nettoyeurs bénévoles.

 Bouteilles en plastique, sachets d’emballage, débris de verre, canettes, mégots, pneumatiques etc. A perte de vue, sur le littoral algérien, des amas de détritus négligemment abandonnés par les baigneurs et promeneurs. Des décharges sauvages qui offrent un visage affligeant de l’Algérie, à la nature pourtant diverse et inépuisable. Un mal qui ronge surtout l’écosystème algérien. Ces déchets mettront effectivement une éternité à se dégrader, demeurant ainsi une source de pollution inquiétante de la mer Méditerranée. « La vie dans la mer est en train de disparaître », témoigne Billel Bakiri, président de l’Association algérienne pour la conservation et la protection du littoral. Ce pêcheur amateur raconte combien l’odeur et l’épuisement des ressources maritimes l’empêchent, lui et ses amis, de pratiquer sa passion.

Contre cette détérioration de l’état de propreté du milieu marin, un groupe de citoyens algériens se mobilisent depuis une vingtaine d’années. Depuis début 2013, plus de 6.500 projets relevant du programme d’assainissement et de nettoiement « Blanche Algérie » ont été lancés à travers tout le pays, a indiqué le 6 mars dernier Souk Ahras, le directeur général de l’Agence de développement social (ADS). Et pour ce faire, l’ADS ont eu recours aux jeunes sans-emplois. Ainsi plus de 1.600 jeunes chômeurs ont été recrutés dans la wilaya d’Oran pour embellir les plages.

Par ailleurs, le coup d’envoi de la 9ème édition des Éboueurs de la mer, lancée comme chaque année par la Radio nationale à la veille de chaque saison estivale, a été donné le 25 mai dernier. Munis de râteaux et de gants, une équipe de plus de 31.000 « éboueurs de la mer », répartis sur les 14 wilayas côtières du pays, ont ramassé jusqu’à 1.757 tonnes de détritus ce jour-là.

Pour Billel Bakiri, le comportement profondément anti-écologique et anti-civique des Algériens est en cause. « Il y a un gros problème d’éducation dans ce pays. Il faudrait sensibiliser dès le plus jeunes âges les Algériens sur les questions environnementales », estime l’amateur de pêche, qui dit apprendre à ses petits bouts l’importance de respecter la nature.

Au regard de l’état d’insalubrité de ses plages, le surnom d’Alger la blanche peut en faire rire plus d’un aujourd’hui. D’ailleurs, selon l’enquête internationale Mercer 2012 sur la qualité de la vie, la capitale algérienne se retrouve à la 179ème place sur 221 villes où il fait le moins bon vivre.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article