Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

Lundi, 25 Mars 2013 09:50 
  Logo Liberté Algérie 

 

 

 

Par : Outoudert Abrous

Tout le monde s’accorde à dire qu’il faut diversifier l’économie et sortir de la situation rentière dans laquelle se trouve le pays mais, malheureusement, cela reste un  vœu pieux et les discours fusent et se ressemblent. Qu’à cela ne tienne, voilà l’Union européenne qui propose des programmes de Diversification de l’économie (Diveco) et ne cesse d’insister pour la mise en place de mécanismes de management et de formation dans les secteurs de l’agriculture, de l’agroalimentaire et du tourisme national. Ce choix n’est certainement pas le fruit du hasard. Ces secteurs font partie des enjeux qui nous attendent dans les dix années à venir.
D’abord, le problème de l’emploi, devenu récurrent, presque ingérable du fait de la politique menée ces dernières années où le social primait sur la productivité. En 2017, selon les spécialistes, il y aura dix millions de demandeurs d’emploi supplémentaires que seules les entreprises de tourisme, de l’agroalimentaire et de l’industrie notamment peuvent prendre en charge.
Pour la sécurité alimentaire, qui doit être considérée comme la priorité des priorités, le secteur agricole doit être réhabilité et mécanisé avec des moyens de production modernes si on veut nourrir les cinquante millions d’Algériens qui nous attendent de pied ferme car le pétrole et le gaz ne suffiront plus à prendre en charge les importations, d’autant que d’ici là, les sources d’énergie seront, pour les économies consommatrices, à chercher ailleurs (solaire, éolienne et gaz de schiste).
La sonnette d’alarme est plusieurs fois tirée, tant par les spécialistes de l’économie que par les organisations patronales.
Les décideurs en sont conscients, mais personne n’ose le dire haut et fort, quitte à déplaire aux nostalgiques de la rente. C’est l’avenir du pays qui se joue et ils seront les premiers responsables de la situation.
Le rapport de l’Union européenne ne vient que pour remuer le couteau dans la plaie et nous rappeler que la richesse est ailleurs : dans le développement humain et l’économie diversifiée.


O A
abrousliberte@gmail.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article