Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

"Pourquoi le système Algérie produit surtout des déchets..." Par Karim Tedjani

 

 

Notre  pays ne dispose pas encore  d’un tissu productif suffisamment développé  pour veiller  à satisfaire  la plupart des besoins et envies  de la population algérienne. Nous importons la quasi-totalité de ce que nous consommons et, hormis des énergies fossiles et des dattes , l'Algérie n'est pas reconnue  pour exporter grand chose d'autre! 

Parce que la société civile n’a pas  encore trouvé les moyens institutionnels de réellement participer au développement la nation, l’Algérie parait sans idées. Or, riche, mais sans  idées, on est condamné  à accumuler, pire encore,  à  gâcher cette richesse;  comme on perd un temps précieux à compter les heures au lieu de les habiter. 

La nouvelle mouture de la loi concernant les associations  limite  d'autant considérablement les champs d’expression de ces dernières. Exclu de la plupart des grands débats sociaux et économiques , le peuple Algérien. Il  est  de ce fait très  peu enclin à considérer comme valables les décisions gouvernementales,  et cela même quand elles s’avèrent  parfois  pertinentes.  De ce fait la notion d'intérêt commun  et d'espace publique ne peuvent persister dans un contexte liberticide, aussi incidieux qu'il soit. C'est le champ libre à toutes les mauvaises volontés ou intentions quant il s'agit de s'occuper du "vivre ensemble", le meilleur environnement pour que la politique du "chacun pour soi" devienne la triste norme. 

Comment croire  au bien fondé d’une décision politique  qui n’accepte aucune remise en question?

L’exemple de l’exploitation du gaz de schiste est criant à ce propos : un sujet qui aurait dû faire l’objet d’un référendum national  tant il soulève de nombreux questionnements. Ils  touchent autant à la stratégie énergétique du pays , à la géopolitique,  à l'économie et,enfin, au respect de l'Environnement. L'adhesion de notre pays à l'exploitation écocidaire du gaz de schiste  a été débattue et votée en coulisses ; de même qu’un amendement de la loi sur l’exploitation des énergies fossiles… Des voix se sont certes élevées au sein de la société civile, mais elle firent l'effet d'une  simple rumeur  sourde pour  les grands décideurs de cette nouvelle niche de rentes.

Les Algériens,  parmi les mieux informés,  les plus créatifs et organisés, auraient peut-être opté pour engager plus sincèrement l’Algérie dans la révolution des énergies renouvelables au lieu de se lancer dans l’aventureuse (en bien des points) option du gaz non conventionnel!  D’autant que le pays dispose de nombreux atouts pour effectuer cette transition et devenir ainsi un précurseur dans ce domaine . D'autant, encore,  que nos réserves de ressources fossiles  et de liquidités pourraient nous permettre d'attendre de trouver un procédé plus écologique pour extraire ce gaz dont il serait certes dommage de se passer. 

Mais le  développement  de la recherche scientifique n’est pas suffisamment pris en considération dans notre pays. Le système universitaire, faible de ses lourdeurs administratives, de son clientélisme, et surtout de  son manque de vision  n’est pas à la mesure de permettre aux futurs talents dont regorge notre jeunesse de s’épanouir.Parfois même de permettre aux gens qualifiés et motivés  de partager leurs compétences dans de bonnes conditions. Les formations professionnelles  assurées en Algérie ne sont pas assez qualitatives et reconnues à l’étranger.     Comment  pourvoir ainsi  notre pays d’une population active suffisamment compétente pour relever les défis d'une économie algérienne forte et diversifiée? 

La créativité, en Algérie n’est malheureusement  pas considérée comme une énergie à renouveler. Le système Algérie  ne développe pas ou peu  les idées innovantes  qui pourraient naitre au sein  de la société algérienne. Elle   déborde  pourtant de jeunesse. 70% des algériens ont moins de trente ans. Parce qu’elle n’est pas dotée d’un système éducatif et pédagogique à la mesure des défis qu’imposent une si jeune population,  l’Algérie  est considérée comme un des pays les moins innovant au monde .

Pourtant de  nombreux chercheurs  algériens  apportent régulièrement  leur  précieuse contribution dans  la recherche scientifique, dans l’innovation technologique ainsi que dans  le monde des affaires,  de la Culture et même de l’environnement.  Mais bien qu'ils soient nés en Algérie, ils n'y résident plus et leurs innovations sont exploités ailleurs qu'en Algérie.Le plus souvent ils ont  finis d’être formés en dehors de nos frontières et ont préféré y demeurer. Parce que l'envirronement social algérien n'est plus prompt à les stimuler, l'Algérie n'est pas un pays attractif pour les talents. 

On ne le  fait pas assez remarquer, l’Algérie n’est pas seulement un exportateur de matières premières. C’est aussi un pays  dont la matière grise est  largement « raffinée » et utilisée à l’étranger. C’est la principale défaillance du système Algérie, son plus grand gaspillage…

Ainsi, la gestion des déchets en Algérie me parait être une bonne illustration de cette défiance face à l'innovation pour ne pas dire, dans ce cas précis, au  bons sens. 

Les pays les mieux notés dans ce domaine ont décidé de limiter au maximum la quantité de déchets déversés dans leurs décharges. Chez nous on  s’évertue à favoriser la prolifération des centres d’enfouissement technique et des incinérateurs. Pire  encore, les déchets qui sont triés et valorisés dans nos décharges  ont parfois même  été exportés pour être recyclés et valorisés ailleurs…

Pourtant, de nombreux déchets peuvent être réintroduis dans le cycle de consommation au lieu de finir six pieds sous terre ou en fumée pestilentielle.

Pour construire les centres d’enfouissement technique ou bien encore les incinérateurs, il faut consommer beaucoup d’énergie et de matériaux. Pour en assurer le bon fonctionnement, y acheminer les déchets également. Quand dans trente ans ils seront caducs, il faudra en consommer aussi  pour les décontaminer.

Ces infrastructures ont des impacts avérés sur l’environnement qui ont un coup pour les wilayas qui les hébergent. De plus, leur présence entrave le développement d’activités telles que le tourisme ou bien l’agriculture. Les désagréments pour les populations mitoyennes, ne sont plus à prouver et, toutes les  études qui ont été produites à cet effet montrent à quel point ils mettent en péril la santé publique.

Tout cela a  donc un coût…Environnemental, économique et social. 

Pourquoi ne pas mobiliser  toute cette énergie et ces moyens afin de  développer le secteur  du recyclage en Algérie ? Fort est à parier que cette niche serait  génératrice d’emplois et créatrice de valeurs ajoutées pour l'économie algérienne. En matière d’environnement, c’est une option plus soutenable. C'est une formidable opportunité de développer une industrie « verte » et de limiter  également les importations. Car nous importons aussi  les dechets des produits étrangers que nous consommons...

Loin d’abandonner totalement la construction de C .E.T ou d’autres types de décharges, on pourrait  concentrer cet effort dans des secteurs plus pointus  tels que le traitement des déchets hospitaliers ou des matières très toxiques. Nous aurions moins d’infrastructures, mais elles seraient plus performantes et spécialisées. Ne seront traités que les déchets qui ne pourront pas être réutilisés. 

En limitant à la base la quantité de déchets sans valeur, il serait possible aussi d'atténuer  aussi le phénomène des décharges sauvages. Imaginez que  chaque algérien ai l'option arrondir ses fins de mois en triant tout simplement  ses  propres poubelles? 

Seule une industrie du recyclage très créative pourrait créer une demande suffisante pour absorber cette offre. Il faut dire que l'on peut recycler tellement de choses et les revendre à des prix très attractifs. Là  aussi le consommateur serait gagnant!

Les déchets organiques prennent beaucoup de place dans les poubelles des algériens alors qu'ils peuvent être revalorisés pour fabriquer des engrais "bios" pour l'Agriculure. Cette expérience a déjà fait ses preuve dans des pays beaucoup moins développés que le notre. 

La recherche  dans  devra  toujours veiller  à minimiser les impacts écologiques d'une telle activité. Car, comme pour  l'extration de l'or dans les micros ordinateurs, elle peut faire appel à des substances très corrosives et toxiques. Tous les recyclages ne sont donc pas forcement écologiquement corrects. Mais en développant cette recherche il est posible à long terme de développer des savoir faire endémiques  pourquoi pas d'exporter des technologies ou des services "verts" . Une ressource renouvelable au service d'un développement durable officiellement inscrit dans la gouvernance de l'Algérie de puis plus de dix ans. 

Le secteur du conditionnement des produits devrait être encore plus mis à contribution et une fiscalité, bien pensée, pourrait inciter à limiter les importations de produits aux emballages non bio dégradables. Il est a signaler que dans ce sens des mesures ont été déjà prises et, on attend avec impatience de voir l'évolution de l'aventure Ecogem qui est un système fiscal nouvellement en vigueur en Algérie. 

 

Aucune bonne idée ne pourra être appliquée dans l’état actuel de l’administration et du système pédagogique  car  ils sont  gangrénés  par l’approximation et le clientélisme tribal . C’est certes le meilleur environnement pour  favoriser l’imposture, mais, sûrement pas pour faire de notre pays une puissance africaine émergente, le centre nevralgique  d'un  Grand Maghreb garant d'échanges matériels  et immatériels  entre toutes les nations d'une zone Méditérranée pacifiée parce que égalitairement  prospère.  

Il suffirait  pour cela de ne plus laisser les meilleurs d’entre nous quitter le pays ou finir dans des "placards" étouffant leur créativité. Ne plus laisser  nos élites intellectuelles  démunies face à jalousie de certains  incompétents et peureux du savoir qui voient dans le changement non une évolution mais une remise en question...Donner sa chance à la Jeunesse...Réinventer l'Algérie de demain   sans renier  totalement celle d'hier ni  encore moins  celle d'aujourd'hui...

Le système Algérie et non algérien, c'est un peu de  nous tous, du plus simple citoyen au plus illustre fonctionnaire d'état. C'est esseniellement  notre environnement social, celui que chacun d'entre nous , qu' il vive en Algérie ou bien ailleurs , alimente  par ses actes ou bien ses résignations, sa proximité ou  au contraire sa distance.

Personne n'est seul responsable du peu de vertu d'un tel système. Peut-être certains plus que d'autres, c'est indéniable, nul n'est cependant  totalement innoncent... L'évolution d'un tel système Algérie , qui est loin de n'avoir que des failles, ne pourra se faire que par un débat social, une véritable reconciliation nationale entre un peuple avide de mouvement  et un appareil de gouvernance si prompt à favoriser la léthargie parmi la société civile. Autant se tirer une balle dans son propre pied si l'on veut vraiment  tenter d'avancer vers le progrès. 

Le système Algérie devrait  apprendre à faire   de l'or avec son plomb,  créer de la richesse même avec ses déchets domestiques . Le stystème algérien trop pétrochimique menacé un jour d'extinction  a besoin d'être abreuvé  d'énergies renouvelables:  celle des  bonnes idées qui prennent vie...Sinon il continuera longtemps à ne produire que des  montagnes de déchets...

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article