Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

Logo Liberté Algérie 

07 Avril 2013 09:50

 

Par : Kamel BOUABDELLAH

 

L’Assemblée populaire de wilaya (APW) de Mila, issue des élections de novembre dernier, tient, à partir de ce mardi et pendant trois jours, sa première session ordinaire pour l’année en cours.

Plusieurs gros dossiers, celui de l’hydraulique, du logement, de l’éducation et de la santé publique, seront décortiqués. Les élus ont planché en plénière, lors de la première journée, sur le dossier de l’hydraulique.

Il en ressort que, malgré les apparences de bonne santé économique, ce secteur névralgique est loin de se porter réellement bien. Et pour cause, l’ADE, l’unique producteur et fournisseur de l’eau à l’échelle de la wilaya, se trouve dans une situation de déficit endémique. En effet, selon un rapport présenté devant l’APW, l’unité ADE de Mila accuse un déficit de plus de 24 milliards de centimes.

Ce manque à gagner est généré, souligne le rédacteur du document, par le grand écart entre le prix de revient du mètre cube d’eau et le prix de vente pratiqué par l’entreprise. “Le mètre cube d’eau revient à 40,09DA, alors que l’ADE, en se conformant aux prix définis par le gouvernement, le vend entre 15 et 18 DA, ce qui a provoqué un cumul de déficit de l’ordre de plus de 24 milliards”, lit-on dans le document de référence.

Soulignons que l’unité de l’Algérienne des eaux a toujours été déficitaire depuis sa création en 2007. L’auteur du document présenté devant l’APW met en exergue cette constante, chiffres à l’appui. “Le déficit de l’entreprise était de 9,5 milliards à sa création en 2007, avant de passer à 9,6 milliards une année après, puis à 10,7 milliards en 2009, 18,2 milliards en 2010, 17,8 milliards en 2011 et enfin à 24,4 milliards en 2012”, écrit-il.

Mais si cette situation est générée par le grand écart entre les prix réglementés de l’eau et le coût excessif de sa production, l’ADE fait face, par ailleurs, à quelque chose qui s’apparente à l’arnaque pratiquée sur elle par des collectivités locales. Notre source affirme que pas moins de 34,5 milliards de créances sont retenus par une vingtaine d’APC qui, pour une raison ou une autre, refusent de régler la facture de consommation d’eau. A la tête de ces communes mauvais payeurs, on retrouve celle de Zeghaïa qui retient à elle seule 11,5 milliards, suivie par les communes de Sidi Merouane et de Mila qui se sont respectivement endettées auprès de l’ADE de 2,7 milliards et 1,1 milliardde centimes.

“Ainsi, cette situation n’est pas pour faire l’affaire d’une grande entreprise comme l’ADE qui a sur la planche une multitude de grands projets”, conclut-on. Il est à signaler que la journée de mercredi a été consacrée à l’étude des dossiers de l’éducation, du logement et de la santé.

 

 

K B

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article