Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara


[El Moudjahid] Le 18.03.10 par CCI/SA, dans Revue de presse -# 3673

Le ministre de la Pêche et des ressources halieutiques, M. Smaïl Mimoune, a annoncé mercredi qu'une enveloppe de 9,7 milliards de dinars avait été consacrée au développement et à la dynamisation de son secteur dans le cadre du plan quinquennal 2010-2014 en vue de satisfaire la demande croissante en poissons. Le plan quinquennal 2010-2014 a consacré une enveloppe financière de 9,7 milliards de dinars à la dynamisation du secteur et à la promotion de la production, à travers plusieurs projets relatifs à l'aménagement de rades et de marchés de gros de poissons (6 milliards de dinars), a précisé M. Mimoune, ajoutant qu'une enveloppe de 2 milliards de dinars avait également été consacrée à la recherche scientifique et à la formation. Le ministre a rappelé, sur les ondes de la Radio nationale, que l'organisation des marchés de poissons avait démarré lors du précédent quinquennat 2005-2009, avec la création de 13 halles à marées (marchés de gros de poissons), le lancement des travaux de 3 nouveaux projets dans les wilayas de Jijel, Skikda et Boumerdes, outre l'acquisition d'un navire scientifique permettant de déterminer le stock pêchable de poisson. Soulignant que ces efforts se poursuivront lors du prochain quinquennat, M. Mimoune a précisé que son département préparait, avec le ministère du Commerce, un décret exécutif relatif au contrôle de la qualité et des quantités de poisson pêchées en vue de réguler la pêche. Concernant la récente hausse des prix du poisson, notamment des sardines (entre 200 et 400 dinars le kilo), M. Mimoune l'a imputée aux ressources limitées, estimées à 220.000 tonnes par an, dont 190.000 tonnes de poisson bleu et 30.000 tonnes de poisson blanc et de crustacés. Après avoir indiqué que cette quantité impliquait un ratio de consommation de 6,2 Kg de poisson par habitant, il a souligné que les ressources halieutiques étaient en recul constant. Il a également évoqué l'intervention de nombreux intermédiaires dans le processus de vente du poisson. Pour M. Mimoune, la solution réside dans l'aquaculture. Il a, à cet égard, précisé qu'une étude pour l'identification des sites disponibles avait été réalisée et des expériences menées dans différentes régions, lesquelles ont donné lieu à des projets d'aquaculture. Il a cité ceux de Tizi Ouzou et Bejaia, qui ont d'ores et déjà démarré, et ceux de Ain Temouchent et Oran en cours de réalisation. Cinq fermes aquacoles en eau douce ont aussi démarré la production (2 à Ouargla, 1 à Relizane, 1 à Saida et 1 à Ghardaia) d'une capacité de production de 2480 tonnes de tilapia par an. Le ministre a appelé les investisseurs à réaliser des projets similaires dans le sud algérien, mettant en exergue l'étude scientifique en vue de la mise en place de projets similaires dans les Hauts-Plateaux et dans d'autres villes. M. Mimoune a, par ailleurs, rappelé que le ministère préparait les assises régionales, prévues en mai prochain, en prévision des assises nationales, qui se tiennent tous les cinq ans, et sont prévues en octobre prochain, pour évaluer ce qui a été réalisé et réfléchir à ce qui sera réalisé au cours des cinq prochaines années.


Source blog:

Chambre de Commerce
et d'Industrie Suisse-Algérie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article