Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

Tuesday, May 18, 2010

Algerie Cherchell 40 projets de développement local



 Il y a lieu de rappeler que cette ville avec sa triple dimension touristique, culturelle et archéologique s'est longtemps heurtée à la problématique des servitudes liées à la préservation des sites historiques. Il a fallu que l'autorité de la wilaya mette en œuvre les instruments d'urbanisme pour remédier à cette situation. De ce fait, une nouvelle recomposition urbaine a vu le jour à partir de 2005 après l'adoption du PDAU qui a pris en considération le plan de sauvegarde de cette ville antique. Pour ce faire, deux nouvelles zones d'habitat ont été créées dans le tissu urbain au niveau de l'ex-DAS Habbouche et au cap rouge situés respectivement au sud et à l'ouest de la ville.Ce qui a permis de dégager des assiettes de terrain destinées à la construction d'un programme de 1300 logements toutes formules confondues, d'un CFPA de 300 places pédagogiques qui est fonctionnel, d'une annexe de la formation professionnelle en cours de réalisation. Par ailleurs, dans la même zone et suite à la désaffection des locaux de l'ex-CAPCS, une assiette foncière a été dégagée et dans laquelle ont été implantés les programmes de réalisation d'un groupe scolaire, d'une UMC (unité médico-chirurgicale) et l'internat d'un CFPA. D'autres équipements publics sont en cours de réalisation à l'instar du confortement de l'hôtel Cesarée en vue de préserver son cachet architectural et patrimonial, d'une unité marine de la Protection civile, des infrastructures éducatives et sportives, la réalisation d'un stade semi-olympique sur une superficie de 5 ha et bien d'autres projets d'utilité publique qui ont été passés en revue par le wali en raison de leur impact direct sur l'amélioration des conditions de vie des citoyens.N'était-ce la révision du PDAU intervenue en 2005 qui a permis de mobiliser des réserves foncières, tous ces projets locaux de développement n'auraient pas pu être concrétisés, surtout lorsque l'on sait que la ville de Cherchell n'a pu disposer d'un CFPA qu'en 2008 projet inscrit depuis 1985, mais qui n'a pu être réalisé faute d'une assiette de terrain. Plusieurs autres programmes ont été soit différés ou encore implantés en dehors du périmètre urbain dans un cul-de- sac loin de tous les réseaux de viabilité ce qui n'a pas manqué de générer des surcoûts.R.R.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article