Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

Le Soir-echos

La troisième semaine forestière méditerranéenne se tiendra du 17 au 21 mars prochain à Tlemcen en Algérie avec comme principal thématique l’ « adaptation des forêts méditerranéennes aux changements globaux ».

Les problématiques liées aux espaces forestiers sont souvent reléguées au second plan par les autorités ou les propriétaires forestiers, les éleveurs et les agriculteurs.

Les problématiques liées aux espaces forestiers sont souvent reléguées au second plan par les autorités ou les propriétaires forestiers, les éleveurs et les agriculteurs.

Permettre aux forêts méditerranéennes de mieux résister face aux changements climatiques. C’est l’objectif de la troisième semaine forestière méditerranéenne qui aura lieu du 17 au 21 mars prochain en Algérie.

 

Pour une gestion intégrée des forêts méditerranéennes

Cet évènement verra la participation de représentants de l’Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), l’association internationale des forêts méditerranéennes (AIFM), ainsi que l’Office régional méditerranéen des forets (EFIMED). Des ministres chargés des forêts en provenance du Maroc, de la Tunisie, du Portugal, de la Turquie, de Chypre ou encore de la Croatie prendront également part à ces travaux. Au total, quelque 200 participants sont attendus. Selon les organisateurs de cet événement, les différents participants vont se pencher sur l’état des forêts méditerranéennes, le renforcement des échanges et la mise en place de stratégies communes entre les acteurs impliqués dans la gestion intégrée des espaces boisés méditerranéens. Cette rencontre sera marquée par la présentation du projet de stratégie intégrée sur les forêts méditerranéennes et l’adoption de la déclaration de Tlemcen.

Forêts méditerranéennes, des espaces souvent ignorés

Selon l’AIFM, le terme « forêt méditerranéenne » désigne « tout espace plus ou moins boisé, soumis au climat méditerranéen et à une faible pression anthropique et dont la végétation peut revêtir des formes diverses (herbacée, arbustive ou arborée). Cela ne se limite donc pas aux espaces forestiers exclusivement destinés à la production de bois de liège ou d’autres produits non ligneux. » Aujourd’hui ces espaces verts occupent environ 100 millions d’hectares dans environ 25 pays du bassin méditerranéen. Selon les responsables de l’association, les problématiques liées à ces espaces forestiers sont souvent reléguées au second plan par les autorités ou les propriétaires forestiers, les éleveurs et les agriculteurs. « L’Association internationale des forêts méditerranéennes créée en 1996 s’est donnée pour but de faciliter les échanges de connaissances, d’expériences et de conceptions à ce sujet de manière transversale, pluridisciplinaire et internationale. Pour cela elle œuvre entre autres, au développement de programmes de coopération décentralisée. L’objectif de ces échanges est d’aider à poser et à résoudre les problèmes rencontrés dans la gestion et l’utilisation de ces milieux par une réflexion commune afin de mieux valoriser ces espaces dans les politiques environnementales, d’aménagement et de développement durable», annonce l’AIFM.

Impliquer les populations dans la gestion forestière

L’Association a lancé depuis 2009, le projet « Gouvernance pour des forêts périurbaines méditerranéennes gérées et partagées » (gofopmed). Parmi les objectifs de ce programme, l’intégration des populations dans l’élaboration de l’aménagement territorial et la mise en place de stratégies pour améliorer la planification urbaine et  la gestion des forêts périurbaines. Actuellement, elle travaille sur un programme dénommé
« Promotion de la biomasse forestière résiduelle dans le bassin méditerranéen » (PROFORBIOMED) pour la fourchette (2011-2014).   « La finalité poursuivie par PROFORBIOMED consiste à développer et à promouvoir l’utilisation de la biomasse forestière résiduelle pour la création d’une filière bois-énergie durable en région méditerranéenne, face à l’émergence, à moyen terme, d’un marché énergétique de la biomasse», révèle l’AIFM.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article