Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

Guy Lagache présentera bientôt un magazine sur l'écologie, Capital Terre . En reprenant les ingrédients de Capital , il tentera de nous faire comprendre l'impact que notre mode de vie peut avoir sur l'environnement. M6 présentait un extrait du premier numéro lors d'une conférence de presse ce matin. Il sera consacré à la production de l'alimentation et ses conséquences sur la terre. Voici nos premières impressions.

Notre planète compte chaque jour 200 000 bouches de plus à nourrir. La demande alimentaire est donc toujours plus importante alors qu'une explosion de la consommation serait néfaste pour l'environnement.

Capital Terre, le format écologique du magazine d'investigation de M6, sera lancé prochainement à l'antenne. Son premier numéro aura pour but de nous faire comprendre que notre mode de production alimentaire a un impact sur la planète, et nous montrer qu'il existe des solutions.

Mais attention, n'y voyez pas un numéro spécial de Capital ou un remake version Guy Lagache de Home ou Ushuaia . Bien au contraire, malgré quelques impressions de déjà vu, cette émission mérite beaucoup plus de crédit.

Tout d'abord, parce que chaque numéro se déroulera sur le terrain, aux quatre coins du globe, ce qui permet au téléspectateur de s'immerger. Il n'y aura donc pas de plateau, ni d'intervenants.

De plus, ce format du magazine d'investigation ne se veut pas militant. Il n'a pas pour but de dresser un constat alarmant ni de faire dans l'émerveillement comme ses deux concurrents.

Il s'intéresse à la vie des gens, avec un ton et un sérieux dans les enquêtes qui rend ce nouveau concept plutôt prometteur. Son but, c'est de laisser aux gens la liberté, l'opportunité d'agir et de changer.

S'il est toujours difficile avec ce type de sujet de ne pas faire culpabiliser les téléspectateurs, il montre que nous avons tous une part de la solution. Il s'agit donc de responsabiliser le public sur son mode d'alimentation, de montrer que tout est lié en répondant à une question essentielle : Comment peut-on tous se nourrir sans piller la planète ?

Pour répondre à cette question, Guy Lagache et son équipe s'appuient sur des exemples concrets. Ainsi, tout part d'une simple chips et d'un ingrédient que l'on retrouve dans une grande partie de nos aliments : l'huile de palme.

L'animateur débute ainsi son périple en Indonésie, sur l'île de Bornéo, qui rase chaque année 2 millions d'hectares de forêts pour fournir 80% de la production mondiale. Mais si elle est nocive pour notre santé, le reportage ne propose pas tellement d'alternatives durables.

Le magazine s'est ensuite penché sur l'une des activités les plus dangereuses pour la planète. En effet, l'élevage de bovins est responsable de 18% des émissions de gaz à effet de serre, plus que les automobiles.

Capital Terre s'est rendu aux États-Unis pour enquêter sur les Fields lots. Piqures d'hormones de croissance, alimentation enrichie à base de corn flakes, les vaches qui y sont élevées prennent plus d'un kilo par jour. En 18 mois elles sont prêtes pour l'abattoir.

Pour maintenir cette production, il faut produire et acheminer plus de céréales. Mais se sont surtout leurs excréments le problème. Elles rejettent du méthane et lorsque les bouses atteignent la nappe phréatique, elles sont extrêmement néfastes. L'eau se trouve alors infestée d'hormones, d'antibiotiques et de nitrates qui mettent notre santé en danger. Et la demande est toujours plus forte.

Mais si cette demande augmente, les terres cultivables sont moins nombreuses et des pays émergents comme l'Inde ou la Chine sont contraints de produire leur alimentation ailleurs, en Amérique latine, mais surtout en Afrique.

Guy Lagache s'est ensuite rendu en Ethiopie, où l'hectare se loue 3 euros par an. D'ici 5 ans, ce sont près de 2 000 000 d'hectares qui seront distribués. Il y a 25 ans, Michael Jackson chantait We are the world pour que le monde sauve un pays frappé par la famine. Le monde s'est mobilisé. Mais aujourd'hui les Ethiopiens sont spoliés de leurs terres par le gouvernement, et la nourriture qu'on y produit nous est destinée. Malheureusement, si l'investigation nous place face à nos responsabilités, on peut déplorer le manque de solutions envisagées.

Si la fréquence des numéros de Capital Terre est encore incertaine, car les tournages se révèlent souvent compliqués et demandent beaucoup de temps, la première émission sur la production alimentaire fera certainement figure de test. D'autres numéros sont en préparation, et les prochains thèmes pourraient tourner autour de l'eau ou des transports.

Florian Fanucci

Les + :

- Le ton et le mode d'investigation propre à Capital

- On est au coeur de l'enquête

- Le côté contemplatif est abandonné pour s'intéresser aux gens

- Le public est poussé à se responsabiliser, pas à culpabiliser

Les - :

- Comme une impression de déjà vu

- On aimerait que plus de place soit accordé aux solutions


http://tele.premiere.fr/News-Tele/PREVIEW-Capital-Terre-Les-secrets-de-notre-production-alimentaire-bientot-reveles-par-Guy-Lagache/(gid)/2232315

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article