Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

Edition du 4/10/2012

http://www.infosoir.com/

A trois semaines de l’Aïd El-Kébir, la spéculation sur le mouton a déjà commencé. Pour faire monter les prix
et engranger le maximum d’argent, des maquignons n’ont rien trouvé de mieux que de mettre sur le marché agnelles et brebis et garder les moutons pour l’Aïd.

Ils créent ainsi un déséquilibre dans le cheptel reproducteur. L’abattage excessif d’agnelles à l'approche de l'Aïd El-Adha inquiète en effet, le ministère de l'Agriculture, qui a lancé, hier, mercredi, un appel aux professionnels de la filière et aux consommateurs afin de préserver le patrimoine animal national. «Outre le contrôle qui se fait par les services vétérinaires au niveau des abattoirs, nous relançons chaque année un appel aux éleveurs et aux maquignons pour éviter l’abattage des agnelles», a indiqué à l’APS Mme Yasmine Zerabib, chef de bureau hygiène alimentaire à la Direction des services vétérinaires du ministère de l’Agriculture. L’abattage de brebis est favorisé également par leur prix bas par rapport à celui du mouton. «Pour une gestion rationnelle du patrimoine animal national et sa préservation, les citoyens (consommateurs, commerçants, éleveurs) sont appelés à arrêter l’abattage des brebis reproductrices et des agnelles», indique-t-on au ministère de l'Agriculture.
Sans donner de statistiques précises sur le nombre d’agnelles sacrifiées pendant ou en dehors de l’Aïd, elle a rappelé que l’abattage d’agnelles est interdit par un décret datant de 1991. En outre, le ministère rassure que la production nationale «répond largement» à la demande.
Quant à la hausse des prix du mouton, constatée sur le marché, elle est attribuée à la «spéculation exercée par les maquignons qui travaillent dans la clandestinité et à l’augmentation des cours des aliments du bétail sur le marché mondial», d’après le ministère. Selon les chiffres du ministère établis sur la base des animaux vaccinés, le cheptel ovin national est estimé à 22,5 millions de têtes dont 13,8 millions de brebis. Le nombre d’animaux sacrifiés pendant l’Aïd El-Adha se situe entre 3 et 3,5 millions de têtes, selon les chiffres officiels qui ne comptent pas les bêtes sacrifiées par l’abattage clandestin.

R. L. / APS

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article