Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologie et environnement en Algérie

 

 

http://www.lemonde.fr/
 
Des fûts contenant des produits chimiques emportés par les inondations dans la rivière Songhua à Jilin (Chine), le 28 juillet 2010.

L'utilisation croissante de produits chimiques génère, en particulier dans les pays émergents, des coûts de plus en plus élevés en matière de santé et de pollution, selon un rapport publié mercredi 5 septembre 2012 par le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE).

"Les communautés à travers le monde, en particulier celles des pays émergents et en voie de développement, sont de plus en plus dépendantes des produits chimiques, depuis les engrais en passant par les produits plastiques et électroniques", souligne Achim Steiner, le directeur exécutif du PNUE.

Mais, poursuit le responsable, "la pollution et les maladies liées à la production, l'utilisation et l'élimination des produits chimiques peuvent entraver leur développement en affectant les ressources d'eau, la sécurité alimentaire, le bien-être et la productivité des travailleurs".

236 MILLIARDS DE DOLLARS DE PERTES

Le PNUE estime que la mauvaise gestion de produits chimiques, de leur production au traitement des déchets, est responsable de 236 milliards de dollars de pertes au niveau mondial. La plupart de ces coûts ne sont pas à la charge des industriels, mais à celle des systèmes de santé et des particuliers, note le PNUE, qui appelle les gouvernements et les industriels à agir davantage.

Le rapport estime ainsi que les coûts liés à des empoisonnements par des pesticides en Afrique sub-saharienne excèdent désormais les aides au développement versées annuellement à cette région du monde pour la santé, hors soins liés au sida.

DES RISQUES PAS TOUJOURS CONNUS

Dans cette région, les frais de santé liés à des empoisonnements par pesticides dans de petites exploitations agricoles pourraient s'élever à 90 milliards de dollars entre 2005 et 2020. Autre exemple, en Chine, la pollution de l'eau a provoqué 634 millions de dollars de dégâts dans des élevages de poisson.

Tout en notant "des avancées" ces dernières années dans la gestion des produits chimiques, le PNUE écrit aussi que "le rythme des progrès a été lent et les résultats trop souvent insuffisants". Le PNUE souligne notamment que, sur quelque 140 000 produits chimiques commercialisés aujourd'hui, seulement une fraction a été réellement évaluée afin de déterminer les effets sur la santé et l'environnement.

A lireDes produits chimiques favorisent obésité et diabète

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article