Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

Protection de la faune et de la flore : Une brigade contre le braconnage

 

Edition du 16 février 2010



Cette brigade est prévue par le code de procédure pénale qui accorde à ses agents certaines attributions de police judiciaire, car travaillant en synergie avec les services de l’Office du parc national du Tassili (OPNT), des Douanes nationales et de la Gendarmerie nationale, a-t-on précisé. Cette entité a pour objectif la surveillance du patrimoine forestier et la sauvegarde de la faune et la flore, la lutte contre l’abattage des essences autochtones et contre le braconnage des animaux vivant dans l’espace du grand parc du Tassili (gazelle dorcas, écureuil, fennec, guépard, mouflon à manchettes et autres espèces protégées par la loi forestière du 12 juin 1984), selon la même source.

« Les plantes et les animaux vivent dans un milieu aux conditions climatiques extrêmes », signale la Conservation des forêts où l’on déplore également « la pratique du braconnage et de la chasse à l’aide de projecteurs de véhicules tout-terrains, qui menace les espèces », même si elle (pratique) « a baissé en intensité », du fait d’une sensibilisation continue de la population tant par les autorités locales que les associations. Selon la Conservation des forêts, il existe trois types de braconnage : « A l’arme à feu, au projecteur et aux pièges traditionnels. » Seule la chasse traditionnelle est toujours tolérée. Cette chasse sélective (les jeunes bêtes et les femelles sont épargnées) participe à la préservation du patrimoine faunistique, explique-t-on, en appelant à « une implication à tous les niveaux, dans l’application de la loi et dans la sensibilisation ». « Le patrimoine faunistique et floristique se dégrade continuellement, avec l’explosion démographique et les pressions de plus en plus grandes sur la nature et les ressources naturelles », a déploré la même source.

« Ces actions ont pour conséquence une atteinte à l’habitat naturel des animaux sauvages, pouvant aller jusqu’à la rupture et à la disparition d’espèces qui jouent un rôle important dans l’équilibre du milieu écologique », conclut-on.



El Watan 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article