Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web environnement et écologie en Algérie


Depuis quelques jours, les coupures d’électricité provoquent la colère de la population dans plusieurs régions du pays. Chaque été, depuis maintenant plusieurs années, c’est le même scénario qui se répète : Sonelgaz, confrontée à de fortes consommations, opère des délestages et coupe le courant dans plusieurs régions du pays. Il est vrai que la société nationale d’électricité n’a pas réalisé les investissements nécessaires. Sonelgaz n’avait pas anticipé une hausse de la consommation, provoquée par le boom économique lié à la hausse des prix du pétrole ces dix dernières années. Exemple : le programme du million de logements nouveaux lancé par le gouvernement n’a pas été intégré dans les calculs de la société.
Mais l’absence d’investissements dans de nouvelles centrales électriques n’est pas le seul facteur en cause. Le cœur du problème se trouve ailleurs, dans la gestion des subventions. Pour garantir des prix accessibles à tous, l'État subventionne un grand nombre de produits de première nécessité, comme les céréales, l'eau, le sucre, l’huile et le lait. Mais aussi l'électricité et le carburant.
 
Dans le cas d’électricité, les Algériens ne paient que 65 % du prix réel. Mais au lieu pratiquer des subventions ciblées, le gouvernement a choisi un système de paiement unique quel que soit le revenu : de l'Algérien qui gagne le SNMG au chef d'entreprise, en passant par les plus importantes sociétés nationales ou étrangères qui activent dans le pays, tous bénéficient des prix subventionnés de l’électricité, à la faveur de la manne pétrolière.
 
Autrement dit, l’Algérien qui utilise l’électricité pour faire fonctionner son climatiseur paie le même prix subventionné que celui qui l’utilise pour des besoins indispensables (éclairage, réfrigérateur, télévision, eau chaude…)
 
Dans les pays européens, par exemple, les climatiseurs restent un produit de luxe à cause des prix élevés de l’électricité, alors qu’en Algérie, leur vente explose ces dernières années. Certains particuliers en possèdent même plusieurs, parfois un par pièce. Autrement dit, l’État algérien subventionne un produit de luxe qui cause des désagréments à une partie de la population et coûte cher au pays. 
 
Mais les absurdités de ce système ne s’arrêtent pas à l’électricité. Elles concernent aussi les produits alimentaires. Après les émeutes de janvier 2011, le gouvernement avait décidé d'exonérer de charges et de taxes l'importation, la transformation et la distribution du sucre et de l'huile. Une mesure qui a bénéficié autant aux consommateurs et aux importateurs qu'aux industriels comme Coca Cola, Pepsi et Hamoud Boualem. Ces derniers utilisent le sucre subventionné dans la fabrication de leurs produits. Une aide dont ils n'avaient pas besoin mais que  le gouvernement leur a cependant octroyée. Pourquoi calculer quand les prix du pétrole autorisent toutes les dépenses ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article