Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologique "Nouara"

❀ N’est-il pas regrettable, voire choquant d’assister à cette scène désagréable d’un enfant d’à peine 8 ans en train d’arracher des fleurs à l’intérieur d’un rond-point vert en pleine place publique ?  N’est-on pas tenté de gronder cette petite fille qui jette sa glace à peine entamée presque à vos pieds sous l’œil indifférent de sa mère ?  Que dire de ces adolescents balançant sans vergogne cannettes de Coca-Cola et mégots de cigarettes en plein jardin public et même sur les chaussées destinées à la circulation automobile ?

L’éducation environnementale

La conscience verte n’existe pas en Algérie ni chez nos enfants, et encore moins chez les adultes. L’éducation environnementale existe pourtant dans le système éducatif et constitue même une composante importante dans les projets renforçant les capacités dans le secteur de l’environnement. Comment expliquer alors le comportement des élèves qui continuent à jeter leurs déchets dans les salles de classe et à maltraiter plantes et arbustes dans les cours ? L’introduction de l’éducation environnementale dans le système scolaire algérien a été officiellement lancée le 2 novembre 2002 dans sept wilayas-pilotes. L’opération a visé 153 écoles des quatre paliers de l’enseignement fondamental et secondaire dans une première phase et dont les cours seront intégrés au même titre que les autres matières au programme scolaire.

La protection de l’environnement

Par ailleurs, et à la même période, il a été également créé un club vert dans chaque école-pilote avec une dotation en matériel pédagogique pour les élèves et les enseignants. Dix ans après, les animateurs de ces clubs et les enseignants devant assurer ces matières continuent à être formés et perfectionnés. C’est le cas dans la wilaya d’El Tarf où un programme de formation, sous l’ égide du Conservatoire national des formations à l’environnement et destiné améliorer les compétences des encadreurs qui auront pour tâche de sensibiliser les enfants à la protection de l’environnement, au développement durable et à la sauvegarde des ressources naturelles, a eu lieu au cours de la semaine dernière.

Cette initiative ambitionne également de généraliser l’éducation environnementale par la formation d’animateurs des clubs verts au sein des différents paliers de l’enseignement pour mieux sensibiliser les jeunes gens à la préservation de la nature. Ces formations sont également axées sur les techniques d’installation et d’animation des clubs verts, le jardinage pour les enfants et l’éducation environnementale par l’expression théâtrale.

L’émergence d’une conscience verte en Algérie

Il faut admettre donc que l’effort est là pour renforcer la prise de conscience dès le jeune âge en s’ appuyant sur des méthodes appropriées en communication environnementale. L’émergence d’une conscience verte en Algérie doit, en effet, se transmettre doucement, mais sûrement, des plus grands aux plus petits, mais cela ne doit pas se limiter à l’éducation scolaire. Ce sont les gestes simples de tous et particulièrement des adultes qui doivent inciter et éduquer les plus jeunes à la protection de l’environnement et de la nature. Les parents et la famille sont par conséquent la cellule la plus indiquée pour inculquer cette éducation à la propreté et au respect de son cadre de vie. Un expert dans la protection de l’environnement estime que même les adultes, notamment les parents, ont besoin d’une éducation environnementale pour pouvoir transmettre à leurs enfants ces gestes simples comme celui de jeter des ordures là où il faut ou de ne pas piétiner une plante.

 

[via] Farida Larbi, elmoudjahid.com

 

Source web: http://education.algerieautrefois.com/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article