Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

"Quatre pays confrontés au choix du gaz de schiste" Par La Croix

 

La course à l’énergie pousse à considérer toutes les alternatives. Les pays consommateurs peuvent voir dans le gaz de schiste une nouvelle indépendance. Les pays producteurs y espèrent un prolongement de leur manne actuelle.

 

Avec cet article

 

La course à l’énergie pousse à considérer toutes les alternatives. Les pays consommateurs peuvent voir dans le gaz de schiste une nouvelle indépendance. Les pays producteurs y espèrent un prolongement de leur manne actuelle.

LA FRANCE REFUSE LA FRACTURATION HYDRAULIQUE

La France est devenue en juillet 2011 le premier pays à bannir l’usage de la technique dite de la fracturation hydraulique. Fin août, Jean-Marc Ayrault, le premier ministre, a déclaré que la question de l’exploitation du gaz de schiste n’était « pas tranchée »  et serait évoquée lors de la conférence environnementale des 14 et 15 septembre. Il a évoqué la possibilité d’un recours à d’éventuelles technologies alternatives qui permettraient d’extraire le gaz de schiste du sous-sol sans dégrader l’environnement.

Jean-Marc Ayrault « reste sur la ligne du précédent gouvernement en laissant la porte ouverte aux industriels »,  a regretté Corinne Lepage, présidente du parti Cap21. Elle rappelle que « de nombreux permis d’exploration restent à ce jour en vigueur tandis qu’un certain nombre de demandes poursuivent normalement leur instruction auprès des services de l’État ».  Les compagnies cherchent à « gagner du temps en misant sur un assouplissement à court ou moyen terme de la position des autorités françaises » .

L’ALGÉRIE PRÉVOIT L’APRÈS-GAZ CONVENTIONNEL

Cet exportateur majeur de gaz voit le gaz de schiste comme une solution à l’épuisement de ses réserves de gaz conventionnel. Le ministre de l’énergie et des mines, Youcef Yousfi, a indiqué que l’Algérie disposerait de réserves estimées à 600 trillions de mètres cubes de gaz de schiste après études sur 180 000 kilomètres carrés. Ce chiffre, s’il était confirmé, représenterait quatre fois les réserves conventionnelles actuelles de l’Algérie.

La compagnie nationale Sonatrach a conclu des accords avec des partenaires étrangers pour développer son potentiel en gaz de schiste. En juin dernier, un premier puits a été foré avec le concours de la Shell. En avril 2011, Sonatrach a signé avec l’italien Eni un accord en vue de développer le gaz de schiste.

LA POLOGNE VEUT S’AFFRANCHIR DU GAZ RUSSE

Les prévisions mirobolantes de réserves de gaz de schiste en Pologne ont été revues en forte baisse. Elles restent confortables, et les plus importantes d’Europe, avec 2 000 milliards de mètres cubes. Varsovie prévoit de débuter l’exploitation commerciale des gisements en 2014. 

Le gouvernement peut compter sur le soutien de la population. Trois Polonais sur quatre se déclarent favorables au gaz de schiste malgré les risques. Les Polonais y voient un moyen de moins dépendre des importations russes. Celles-ci représentent les deux tiers des 14 milliards de mètres cubes de gaz consommés chaque année.La même logique d’indépendance pousse la Roumanie à vouloir exploiter ses réserves de gaz de schiste.

LA CHINE MULTIPLIE LES PARTENARIATS

La recherche de l’énergie pour alimenter sa croissance est une préoccupation majeure de Pékin. Le gaz de schiste permettrait à la Chine de limiter ses importations, notamment russes, et de développer ses propres sources d’énergie. En mars, la Chine a estimé à 25 080 milliards de mètres cubes ses réserves exploitables de gaz de schiste, sans même tenir compte de ses deux régions de l’ouest. Cela représente l’équivalent des réserves américaines.

Pour rattraper le retard technique, Pékin incite les compagnies nationales à s’associer aux entreprises étrangères. Petrochina, associé à Shell, a découvert en décembre 2011 des réserves dans la province du Sichuan. Son concurrent Sinopec étudie de possibles forages aux côtés de Chevron. Total s’est associé à Sinopec pour ses activités d’exploration et de production de gaz de schiste sur le territoire chinois.

Pékin prévoit de produire 6,5 milliards de mètres cubes de gaz de schiste par an dès 2015. Dépendante du charbon pour plus des deux tiers de sa consommation d’énergie, la Chine estime que le gaz naturel couvrira 10 % de ses besoins en 2020.

 

Pierre COCHEZ

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article