Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

 

QUE VALONS NOUS,LES HUMAINS?

Je m’interdis personnellement de voir notre condition humaine en dichotomie avec le reste de ses environnements; « ses », car ils sont aussi nombreux qu’il y a de traditions humaines à travers les quatre coins du globe. Pour en revenir à la notion de valeur, celle de l’humanité pour son environnement est avant tout écologique et doit être morale pour chacun d’entre nous. Nous avons des rôles de perturbateurs et de régulateurs écologiques, à l’instar de tout ce qui vit, existe ou est sur terre. Dès lors que cette balance n’est plus équilibrée, nous devenons inutiles à cette planète et, sûrement illégitimes  d’y résider en paix, aux regards de toutes les prescriptions et prophéties qui persistent  parmi les hommes du monde entier. Que ce soit pour le laïc ou le religieux, prédominant en Algérie, l’homme n’a de mérite et de valeur  juste que s’il respecte tous les dons qu’ils lui ont été promulgués  comme autant de devoir et de défi d’humanité. Un peu comme ce vieux maitre guerrier vietnamien, père d’un ami et frère spirituel, qui me dira  un jour : « c’est parce que j’ai la puissance de tuer,  et que je m’en abstiens systématiquement,  que je suis devenu un homme bon, il me semble… » Nous sommes la nature et elle est nous ; Création ou non !  Si les croyances personnelles peuvent diverger à ce sujet, dans tous les cas, il existe un courant de pensée qui inclue l’humanité comme un élément et non un corps étranger de son environnement. Dans l'absolu, qu'est(ce qui rend le ciment d"une termite plus naturel que celui qui constitue notre habitat? La fourmis  et son environnement artificiel, puisque remodelé par elle, place-t-il  pour autant toutes les espèces de cet insecte hors de la nature?

Que vaut la nature pour l’homme ? Beaucoup, presque tout, la chaise  juste au pied du Trône, pourrait dire certains que je ne démentirais pas. Que valons-nous pour  notre planète ? Quelques millions d’années, un clignement d’œil. D’un point de vue, cette fois-ci religieux, que valons nous sur terre dès lors que nous n’en sommes plus des locataires dignes,  à cause de la dégradation de nos valeurs morales qui se reflètent dans nos comportements écocidaires ? Mais, et voilà la question fatidique, qui est ce « homme » ? Existe-t-il un homme global ? La nature a-t-elle la même valeur selon l’endroit où on y évolue ? Et la femme, dans tout cela, n’est-elle pas le berceau de notre espèce, un partenaire pour l’homme indispensable et incontournable ! Cette expression peut-elle représenter l’espèce humaine dans sa totalité et sa diversité de genres et de sexes ? Qui est cet homme ? Que peut-il donc  vouloir vraiment et qu’elle est  sa  propre valeur ? Tout laisse à penser que cet homme n’est qu’une vue de l’esprit, un mythe de l’industrie capitaliste ou des égarements d'un monothéisme mal assimilé, un oubli, un reniement d’une règle fondatrice : tout ce qui n’est pas Unité absolue est naturellement de nature diverse et ambivalente;  tout ce qui n’est pas Unique et donc Unité.

Il n’y a pas une  seule nature à définir, ni  un climat mondial  et  immuable,  ni de biodiversité sans proliférations et  extinctions d’espèces,   mais des myriades d’ensembles et de sous-ensembles  d’être vivant ou inertes, toute aussi différents que complémentaires  et évolutifs. Il ne saurait y avoir, non plus un seul homme, un archétype unique qu’à l’échelle locale et séculière, et encore…Nous sommes uniques par l’esprit, peut-être, mais divers par le corps et la pensée, sûrement… Toute tentative de réduire  l’humanité à un avatar mondial,  d’abaisser tout ce qui évolue avec elle au sein d’un environnement commun  à une ressource économique, nuit à la possibilité de nous reconnecter avec notre véritable nature humaine : une formidable capacité d’adaptation, un potentiel de bienfaisance peut-être plus puissant que notre force de nuisance. Notre mode de vie actuel cultive en nous distance et  mercantilisme pragmatique avec toute la ferveur de celle d’un culte silencieux,  à gloire de  la destruction créatrice, le plus dommageable des leurres de « l’Homme moderne",  dans l’esprit de ceux qui fabriquent cette modernité, non la subissent…

Que valons-nous vraiment ? Vous et moi ? Qu’allons-nous laisser d’utile et de beau après notre court passage sur terre ? Quelle valeur peut avoir un être humain qui se croit supérieur à ce qui lui ressemble et l’influence bien plus qu’il n’a de pouvoir de surface sur un monde, une perle, certes, mais néanmoins aussi une goutte d’eau dans l’immensité de l’Univers ? Que vaudront  notre vie, nos quotidiens, nos réalisations, nos échecs surmontés, si tout cela n’aura été que pour laisser la désolation après nous ? Le Déluge ?l’Apocalypse ?la pollution ?les cancers humains et inhumains ? C’est souvent dans l’observation des rapports d’un peuple à ses environnements que l’on trouve la réponse à cette question à la fois pertinente, au regard des constats, mais si insidieuse quand on se rappelle qui, nous, l’Humanité, et donc les Algériens, sommes capable d’être au sein d’un environnement propre et sain…

Lire aussi: 

« Que vaut la nature pour l’homme ? » 1/3

"Que vaut la nature pour l'homme?" 2/3

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article