Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

"Quel avenir pour les espaces verts en Algérie ?" par Meziane Abdellah : Architecte Paysagiste, Lakhdaria, Algérie.

Blog de paysagiste :architecte-paysagiste, Quel avenir pour les espaces verts en Algérie ?

L’Algérie est-elle à l’heure des jardins? Car les jardins sont l’ultime solution pour contrer le béton et donner une meilleure qualité du cadre de vie à nos villes et à nos villages.

Avec des jardins conçus et adaptés à nos villes et villages, l’Algérien sera plus à l’aise sur son territoire, réconcilié avec soi-même et avec la nature. Grâce à la civilisation islamique, les Arabes ont su se retrouver sur cette terre, face à la tâche difficile de construire la ville et son jardin, car nomades du désert, les Arabes n’étaient pas destinés à créer des jardins, ni même une tradition aussi ancestrale. Même si nous avons hérité de la civilisation musulmane la tradition ancestrale de faire la ville avec ses jardins, ce qui nous reste en Algérie aujourd’hui, ce n’est que le réflexe des nomades car nous habitons des villes et des villages où nous nous considérons comme des ambulants, sinon comment expliquer la décadence de notre cadre de vie sur tout le territoire Algérien.

Au moment où le jardin dans le monde occidental est devenu le lieu de prédilection des architectes paysagistes, en Algérie, le jardin est considéré, presque, comme un investissement de décoration temporaire juste pour une visite présidentielle ou ministérielle, comme les drapeaux ou les guirlandes, qu’on utilise juste le temps d’une visite. Dire qu’en Algérie, les responsables pensent à faire accompagner les équipements de grandes envergures avec des espaces verts de bonne qualité et adaptés au projet, est presque une chimère. Car seuls les grands projets de bases de vie dans le Sahara sont dotés d’un programme bien ficelé, avec l’exigence de la présence d’un ingénieur ou d’architecte paysagiste parce qu’ils sont destinés souvent pour les investisseurs pétroliers étrangers, qui y font profiter quelques travailleurs Algériens. Faire un grand projet d’équipement ou de logements, en Algérie indépendante, est devenu une nécessité pour le développement du pays, peu importe le budget alloué, mais donner une part raisonnable de ce budget, à l’amélioration du cadre de vie du citoyen, soit au niveau des équipements (université, CHU , etc..) ou des nouvelles villes et des grands projets de promotions immobilières, est un gaspillage car l’Algérien est pour certains considéré comme un nomade donc il n’a pas besoin d’un cadre de vie agréable sédentaire.

A l’indépendance algérienne et jusqu’à la fin des années 70, l’Algérie était un pays qui donnait une certaine importante aux espaces verts dans ses villes et ses villages et même au sein de ses équipements publiques et pour vérifier cela, on n’a qu’à voir qui étaient les concepteur qui s’occupaient de l’aménagement des places publiques urbaines et des espaces verts des équipements. Les jardiniers étaient des fonctionnaires et les espaces verts avaient leurs propres budgets, au sein de chaque collectivité locale ou établissement publique, pour leurs entretiens, sans parler des pépinières et des jardins hérités de la France coloniale, qui suivaient leur vitesse de croisière, au point que chaque Algérien était fière de la qualité de son cadre de vie même si en réalité les choses allaient beaucoup plus vite au delà de l’horizon et chez nos voisins de l’Est et de l’Ouest.

Aujourd’hui, alors que la législation n’a pas changé et que la population a presque doublé, les espaces verts sont abandonnés au point que les budgets sont détournés pour d’autres nécessités. Et s’ils existent, ils sont souvent alloués à des entreprises sans compétence dans l’aménagement des espaces verts et gérés par des architectes de bâtiment qui ne connaissent des arbres et des arbustes que leurs distances de plantation ou à des forestiers dont la vocation est de faire pousser les forets. Si notre société, en matière d’aménagement des espaces verts, aujourd’hui marche à l’envers, c’est parce que souvent le responsable des aménagements des espaces urbains, pense selon sa technique et son économie, peu importe que nos villes et nos villages se rompent et se fragmentent.

 Afin de réussir une meilleure qualité de cadre de vie en milieu urbain, il faut que nos espaces verts soient conçus avec une étude dans les normes internationales, ou le projet doit s’adapter au site d’aménagement, en pensant l’environnement en termes culturels, plastiques, sociaux et écologiques et entretenus quotidiennement par des jardiniers, pris en charge par les collectivités locales ; car il ne faut pas oublier que chaque famille algérienne paye ses impôts locaux pour profiter d’un meilleur cadre de vie.

Pour aboutir à ce pari il faut que chaque citoyen responsable reste dans le domaine de sa spécialité et que l’urbaniste, l’architecte, le forestier ou le docteur en médecine ne se mêlent pas du travail des architectes paysagistes car ils sont formés pour intervenir dans les processus de programmation, d’élaboration et de réalisation des projets d’aménagement des espaces verts urbains et ils sont à la fois concepteurs maître d’oeuvres et médiateurs ainsi que les partenaires et les interlocuteurs des décideurs de l’aménagement, tels que les architectes, les urbanistes et les ingénieurs. L’ingénieur ou l’architecte paysagiste doit reprendre sa place de maître de bord des aménagements des espaces verts urbains et cela en lui offrant des garanties et des lois adéquates à son rôle et à son travail, car il n’y a pas de solution unique et miraculeuse pour l’aménagement des espaces verts sans le paysagiste en qualité de médiateur. Il est le seul qui saura réintégrer la ville et le village algérien dans son histoire et sa géographie, pour donner une meilleure qualité de cadre de vie aux citoyens.

 Meziane Abdellah : Architecte Paysagiste, Lakhdaria, Algérie.

  posté le dimanche 14 juin 2009 22:35
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article