Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

"Quel Environnement pour l'Algérie?" Par Karim Tedjani

L’Environnement d’un pays, ce n’est pas simplement sa biodiversité,  les écosystèmes qui s’y sont développés, les climats  avec lesquels il a du apprendre à composer ou bien encore les paysages tantôt  naturels tantôt   urbains que l’homme et la nature ont façonnés en son sein. Littéralement, tout ce qui entoure et  influence  un être vivant est  à considérer comme son environnement. Je me permettrais d’ajouter que l’Environnement est avant tout un contexte qu’il serait malavisé  d’appréhender sous le seul angle de l’écologie scientifique. Un environnement est le produit d’un système local soumis à l’influence d’une volonté plus ou moins globale. Ce dernier est  réponse d’un peuple  aux défis lancés par  un écosystème qui est  lui-même  en interaction avec tous ceux  évoluant sur Terre. De même, nous vivons à l’époque de la mondialisation des systèmes nationaux où  une actualité aussi anodine que  le battement d’aile d’un papillon peut s’avérer  être l’élément déclencheur d’une crise internationale.

Il faut donc, pour pouvoir appréhender avec discernement  l’Environnement en Algérie, accepter le fait qu’il est impossible de le concevoir sans comprendre les relations symbiotiques qui existent entre le système Algérie  et l’écosystème de l’Algérie. La Terre est un écosystème planétaire  et le monde des humains un système qui tend à se globaliser.ll faut aussi  tenir compte des liens qui existent  entre ces derniers et le reste du monde. 

Etre patriote c’est avant tout  aimer son pays. Etre nationaliste c’est au fond  détester celui des autres. Abderrahmane Hadj-Nacer dans  son très pertinent essai  « Martingale Algérienne »  fait cette distinction  si judicieuse. Un mouvement écologique en Algérie, s’il se doit indéniablement  d’être patriote, n’a que très peu de chance d’être légitime et efficace de manière durable s’il tend à être trop nationaliste. D'autant que l'Algérie est un carrefour pour la biodivesrité mondiale et possède un des plus beaux patrimoine naturel au monde: le Sahara. 

Nous devons veiller au maintien de l’écosystème Algérie et, pour cela,  maîtriser au possible toutes les ressources  technologiques et  humaines capables de nous permettre d’atteindre cet objectif. Pour cela nous devons être réceptifs aux conseils de nos partenaires mais attendre d'eux non  seulement des services, mais bien un transfert de connaissance. En échange, nous devons développer des savoir faire endémiques afin de pouvoir leur rendre la pareille. 

Les écologistes algériens ont tout à réinventer, à réapprendre. Mais ils ne doivent pas s'evertuer à ressembler à tous les écologistes du monde. Aucune organisation non gouvernementale ou politique étrangère ne doit pouvoir influer sur la politique environnementale de notre pays. Nos écologistes doivent être ouverts sur le monde, mais centré sur nos particularités et notre soif d'indépendance. On ne devrait même pas être obligés de les appeller ainsi tant le terme est chargé de sens...

D'ailleurs l'Ecologie en Algérie devrait être avant toute sociale et non politique. Mais pour cela il faudra que l a société ait une réelle influence sur la politique du pays. Les militants pour la protection de l'environnement ne sont là que pour sensibiliser et proposer des alternatives viables dans ce domaine par pour espérer prendre un jour les rênes du pays. En restant apolitique le mouvement écologique algérien sera durable et influera sur la société quelque soit la composition des gouvernements à venir. Cela doit être une écologie  au pouvoir "régulièr" et non séculier. 

Aucun autre domaine que l’Environnement ne peut souffrir autant d’une absence de souveraineté nationale. Il est impossible d’être souverain sur son territoire et  à la fois dépendant de services environnementaux  étrangers. La vulnérabilité écologique d’un pays  est une de ses pires faiblesses quand il s’agit de lutter contre la subversion étrangère…Etre maître de son environnement, c'est être aussi maître du choix de ses partenaires. 

Mais, s’il faut espérer  pour notre jeune nation une Ecologie (au sens scientifique et social du terme) de nature identitaire purement algérienne, il serait malavisé, à mon humble avis, de  trop l’affubler de nationalisme ; surtout s’il est fondamentalement obtus, donc infondé.  

L’Algérie a peu d’ennemis, elle a surtout  beaucoup trop de  partenaires étrangers  qui ne voient ou ne veulent pas voir l’intérêt d’une Algérie mature. Pour moi, c’est avant tout par ignorance de ce qu’est vraiment la société algérienne. L’Algérie dispose d’une source d’énergie mille fois plus précieuse que le pétrole ou le gaz et ce  parce qu’elle est renouvelable : la société civile algérienne. Notre pays exporte des bras, des cerveaux, des arts et des manières depuis des décennies et c’est ainsi que les Algériens ont participé au développement industriel et culturel de bien des nations dans le monde alors qu'ils sont peu enclins à leur faire chez eux...

 

L’Ecologie Algérienne  peut être  jalouse de la beauté naturelle de notre pays mais elle doit rester   ouverte sur le reste du  monde car, c’est dans la nature des Algériens et de l’Algérie d’interagir avec lui. « Dja zaïre », il a voyagé par là… Les Algériens ont le voyage et la symphatie pour l'étranger  dans le sang autant que les français vénèrent la bonne chaire…C'est à nous Algériens de prouver que nous sommes à la fois capables de maîtriser notre environnement et de participer à travers  notre territoire  à la protection de l'écosystème mondial. 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article