Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Environnement et écologie en Algérie (revue de web)

r : 

La wilaya de Béjaïa a enregistré, à l’instar d’autres régions du pays, plusieurs incendies. Plus de 250 ont été consignés, depuis juin dernier, sur les registres de la Conservation des forêts de Béjaïa. Les flammes ont dévoré près de 7 000 hectares de maquis, de chêne-liège mais aussi d’arbres fruitiers et d’oliviers.
L’impact est considérable sur le secteur de l’oléiculture, lequel a subi à Béjaïa un coup dur. Ce sont quelque 25 400 oliviers, qui ont été réduits en cendres, selon le dernier bilan des services agricoles de la wilaya. Quand on sait que 17% du parc oléicole national se trouvent à Béjaïa, on mesure les conséquences d’un tel bilan sur l’économie locale.
Selon les services agricoles toujours, 115 hectares de figuiers, un hectare d’orangers et neuf hectares de divers arbres fruitiers ont été également ravagés par les flammes. Si on y ajoute à cela les statistiques émanant des agriculteurs eux-mêmes, et qui font état de 211 ruches détruites et un poulailler de 2 000 volailles parti en fumée ainsi que deux écuries, la boucle est bouclée. En fin de semaine, les éléments de la Protection civile étaient toujours sur le pied de guerre puisque pas moins de 11 foyers ont été signalés entre mercredi et jeudi dans les différentes régions de la wilaya.
La Conservation des forêts a fait état de 70 hectares de couvert végétal détruits en deux jours. Jusqu’à la journée de jeudi, trois feux de forêt qui se sont déclenchés dans les communes de Darguina, Tizi N’berbère et Barbacha, n’étaient toujours pas maîtrisés. Et après la canicule, de fortes pluies se sont abattues sur Béjaïa, quelque 49 millimètres selon le service météo de l'aéroport  Abane-Ramdane. Si elles ont contribué à l'extinction des feux, ces pluies ont occasionné  notamment au niveau du chef-lieu de la wilaya et d'Oued-Amizour des inondations ayant  entraîné la fermeture des deux trémies dont celle d’Aamriou ouverte partiellement il y a à peine un mois.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article