Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

L'Expression - Le Quotidien

Par
Rachid Benaïssa exhorte les fellahs à aller encore de l'avant pour atteindre des rendements supérieurs à 50 quintaux à l'hectare
Rachid Benaïssa exhorte les fellahs à aller encore de l'avant pour atteindre des rendements supérieurs à 50 quintaux à l'hectare.

«Chaque quintal en plus est une avancée et un pas en plus vers l'indépendance alimentaire de l'Algérie.»

La filière céréalière a le vent en poupe. Depuis que l'Etat l'a dopée, en lui consacrant une aide plus accrue, la céréaliculture n'a cessé de se mettre en évidence, réalisant des rendements chaque année supérieurs. En effet, le cercle des professionnels ayant atteint une production de 50 quintaux à l'hectare, ne cesse de s'agrandir, passant de 17 en 2010 à 173 en 2012. Parallèlement, les rendements à l'hectare ont connu une poussée, atteignant des pics de 84 quintaux à l'hectare.
Intervenant à l'occasion de la cérémonie récompensant les professionnels ayant intégré le top 50, organisée, hier, au siège de son département ministériel, Rachid Benaïssa a exhorté les lauréats à redoubler d'efforts pour des rendements encore supérieurs. «En 2010, vous n'étiez que 17. Grâce aux efforts que vous avez consentis et à l'aide financière que vous a accordée l'Etat, vous êtes aujourd'hui 173 agriculteurs à avoir atteint ou dépassé les 50 quintaux à l'hectare..
Se disant très content de se retrouver, de nouveau, avec les professionnels de la filière et partager avec eux cette cérémonie de remise des prix aux lauréats du «club 50», Rachid Benaïssa, tout en les félicitant des efforts qu'ils font pour aider la filière, exhorte les fellahs à aller encore de l'avant pour atteindre des rendements supérieurs à 50 quintaux à l'hectare. Selon le ministre, 173 d'entre eux ont intégré le top 50 en 2012 contre 40 en 2011 et 17 l'année d'avant. «Votre réussite doit servir d'exemple aux autres fellahs qui peuvent faire aussi bien à condition qu'ils s'investissent davantage dans leur travail et soient plus persévérants et plus exigeants.»
Se tournant vers le premier lauréat, le groupe Tahraoui, qui est parvenu à un rendement de 84 quintaux à l'hectare, le ministre de l'Agriculture et du Développement rural lui a dit, en substance: «Vous honorez la filière. En atteignant les 84 quintaux à l'hectare vous lancez un message à ceux qui doutaient qu'il était impossible d'atteindre un tel rendement.» Dans son discours, M.Benaïssa a beaucoup insisté sur la filière et sur l'importance qu'elle revêt si l'on veut réduire la dépendance de notre pays sur le plan alimentaire. «Chaque quintal en plus est une avancée et un pas en plus vers l'indépendance alimentaire de l'Algérie.»

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article