Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

"Renouveau rural, patrimoine et entité culturelle" par Abdessalem Lakhdar *

par Abdessalem Lakhdar *

L'Algérie s'est engagée depuis l'année 2000, dans un vaste programme de modernisation de son économie. Le secteur de l'Agriculture, longtemps marginalisé et fragilisé par la succession de réformes qui l'ont touché, n'a pas du reste été épargné par les événements qui ont secoué le pays durant une quinzaine d'années, et a bénéficié d'une attention particulière de la part des décideurs politiques. C'est ainsi qu'un Plan National de Développement Agricole fût adopté. Cette stratégie d'intervention avait permis, certes, la relance effective des activités et des investissements dans le secteur agricole, mais sa réussite était confrontée à la fragilité et à la marginalisation de la société rurale, composée en général de paysans sans ressources suffisantes. Dans certaines régions du pays, la superficie des exploitations est comptabilisée en mètres carrés, alors que la politique de développement agricole était centrée essentiellement sur l'exploitation agricole et «l'acte de production», laissant de côté les aspects non agricoles, tels que la santé, la scolarisation, ainsi que d'autres petites activités agro-sylvo-pastorales, en somme génératrices de revenus. Conscient que le développement de l'agriculture ne peut se concevoir dans un milieu pauvre et mal préparé à valoriser son potentiel et ses ressources humaines et naturelles, le Gouvernement algérien a élargi en 2002, les missions du secteur agricole à celles du développement rural. La stratégie nationale de développement rural durable élaborée à cet effet, à partir de 2003, tente de définir la voie à suivre en vue d'harmoniser les interventions sectorielles et les rendre plus compatibles avec les réalités et les conditions socio-économiques des populations rurales partenaires à part entière du processus de développement engagé. Cette démarche se propose de «... fournir les modalités d'une revitalisation progressive des zones rurales par le biais d'une valorisation des activités économiques et des patrimoines naturels et humains».(1) Le recentrage et l'adaptation de la politique de développement agricole et rural a permis de mieux cibler les activités à développer concernant le développement rural.

Notions et concepts liés au milieu rural Les notions d'espace ou de monde rural implique plus qu'une simple délimitation géographique ; elles se réfèrent à tout un tissu économique et social, comprenant un ensemble d'activités les plus diverses. Outre sa fonction de cadre de vie et d'activité économique, l'espace rural présente des fonctions vitales pour toute la société. En tant que zone tampon et espace de régénération, il est indispensable pour l'équilibre écologique, et il devient de plus en plus un lieu d'accueil privilégié pour les citadins en quête de repos. Or, le monde rural algérien a subi, depuis l'indépendance, une série de transformations et de mutations profondes, fragilisant l'équilibre qui existait entre ses différentes fonctions. Face à cette évolution, l'Algérie a opté depuis 2002 à la promotion d'un développement rural, qui maintient et réinstaure, dans certains cas, les fonctions historiques du monde rural. Trois préoccupations fondamentales ont guidé les choix en matière de développement rural : À La cohésion économique et sociale; À L'ajustement de l'agriculture aux réalités économiques du pays; À la protection de l'environnement et le maintien du patrimoine naturel du pays; C'est ainsi que sont nés les projets de proximité de développement rural intégré, qui sont à la fois pluridisciplinaires dans leur conception et plurisectoriels dans leur application. Ils sont réfléchis et conduits en étroite concertation avec les populations rurales. L'expérience confirme largement, que l'on ne peut réussir des programmes de développement rural sans impliquer ceux qui sont directement concernés.

Terroir, environnement et patrimoine Le terroir, ou d'une façon plus générale, l'espace territorial d'une communauté, est un point de passage incontournable dès que l'on se propose d'intervenir dans la gestion des ressources naturelles. Cet espace constitue le fondement de l'existence des communautés, il forme leur base économique, il est un reflet de leurs structures sociales, il témoigne des relations de pouvoir entre les lignages et les individus, il constitue la référence identitaire des membres d'une même communauté, qui se différencient des autres lignages. Pour comprendre la construction du patrimoine d'une société, il est nécessaire d'avoir une vue d'ensemble des structures sociales de cette communauté, de son organisation, des activités qu'elle développe pour subsister, comment sont menées ces activités, l'organisation du travail, le rapport qu'elle entretien avec l'environnement. (2) Ces interactions aident à comprendre l'emprise de la société traditionnelle sur le comportement des individus. Parmi les objectifs énoncés dans la politique du renouveau rural, l'on peut déceler facilement les efforts qu'entreprend l'Etat en vue de : À D'instaurer une équité sociale entre les différentes régions du pays et entre les différentes catégories sociales; À La réduction de la pauvreté; À L'amélioration de la sécurité alimentaire; À La durabilité de l'environnement; À L'égalité de genre; À La participation des populations à leur propre développement. La protection de l'environnement naturel non seulement pour sa fonction écologique de régénération, mais comme atout particulier pour un développement progressif du tourisme, de l'agriculture et de la sylviculture, jouant à cet égard un rôle clé. Conserver le patrimoine culturel (architectural, folklorique, etc...) qui peut également constituer un élément clé dans le développement du tourisme. De l'antiquité préromaine à la veille de la conquête française, les collectivités humaines du Maghreb ont élaboré des civilisations agraires et des formes d'organisation sociale remarquablement adaptées tant aux contraintes du milieu qu'aux vicissitudes du contexte politique et économique. Quel que soit le mode d'habitat et de mise en valeur du milieu, les collectivités humaines recourent à une gamme de techniques extrêmement diversifiées mais présentant au moins deux points communs : l'adaptation étroite aux conditions écologiques et la faible productivité. Ces deux caractéristiques sont liées aux contraintes climatiques. Par ailleurs, l'organisation sociale contribue à entretenir la cohésion et la solidarité des groupes humains face aux multiples aléas qui limitent leur activité et menacent parfois leur survie. La discipline et la solidarité collective s'appliquent également à la conservation du patrimoine naturel : terres de culture ou de parcours, forêts, ressources en eau. Dans une étude intitulée «réinventer la Jma'a » et publiée en 1985, Pau Pascon fait l'histoire des pâturages au Maroc, il écrit entre autres «... Dans certaines fractions des Aït-Bougmez, se perpétuent encore actuellement des disciplines dont la pertinence et l'efficacité avaient été signalées par J-DRESCH, au début des années 1950 (DRESCH, 1953) ; les bois de chêne conservent des réserves de fourrages pour les périodes de neige et l'on veille à ce que les mêmes arbres ne soient ébranchés que tous les 3 ou 5 ans ». vert et de genévrier sont mis «en agdal », c'est-à-dire que le débranchage y est interdit, y est interdit en temps normal : le tagbiet. La dégradation des parcours dans certaines régions du Maroc est liée en grande partie, selon l'auteur, à la dissolution de l'ancienne organisation sociale, et à l'auteur de conclure «... la réhabilitation des milieux pastoraux ne peut se faire sans prendre l'appui sur la connaissance empirique des populations locales ». La connaissance des patrimoines ruraux vise leur préservation et leur valorisation, en vue d'en faire une source de revenus aux populations chargées de la sauvegarde de ces précieux «trésors ». Alors, quels sont ces patrimoines matériels et immatériels dont la préservation constitue une préoccupation majeure ? Quels sont ces «pans » de l'histoire civilisationnelle et culturelle des communautés rurales algériennes qui les différencient les unes des autres, et des communautés rurales d'autres pays ? Quelles sont ces façons de faire et ces savoir-faire, paysans parfaitement adaptés au milieu dans lequel ils sont exécutés et qui respectent l'environnement ? Ce sont autant de questions auxquelles les chercheurs et les agents de développement, qui s'intéressent au renouveau de l'économie agricole, tenteront de répondre et de matérialiser à travers des projets de développement rural intégrés.

* Ingénieur agronome DPGS en vulgarisation agricole

Note: 1. Stratégie de développement rural durable MDDR, juillet 2004. 2. Développement rural «la pauvreté cachée » Robert Chambers 1990. Un symbole nommé Germaine Tillion* 0 fois lus

-->

Publié par radio web europe à l'adresse 5:15 AM

Libellés : Algerie patrimoine culture

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article