Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web environnement et écologie en Algérie

TABLE RONDE INFORMATIVE SUR LA REHABILITATION DES TERRES DEGRADEES ET DE LA GESTION DURABLE DES RESSOURCES NATURELLES DANS LES ECOSYTEMES ARIDES ET SEMI ARIDES.

 

Intitulé : Reverdissement de paysages résilients : éleveurs et agriculteurs gestionnaires des écosystèmes et des rendements économiques dans les zones arides.

 LE CAS DE L’ALGERIE

Organisé par World Vision International (organisation), des partenaires internationaux pour l'Agriculture durable (IPSA) / réseau de citoyens pour le développement durable, sarriette Institute, Centre mondial d'agroforesterie (ICRAF), UNCCD, IFAD, FAO et l’ALGERIE.

Cet événement parallèle, sous forme de table ronde, a porté essentiellement sur la réhabilitation environnementale, ou le « reverdissement/réhabilitation » des terres arides, c’est une rencontre organisée sous forme de table ronde à caractère démonstratif , a permis entre autre  de présenter aux participants des méthodes et des programmes réussies devant aider les pays à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement/OMDs, et ce compte tenu de la forte relation entre la dégradation des sols, la désertification et les autres questions, telles que les sécheresses, les inondations et la pauvreté.  

Les interventions des panelistes :

Christopher Shore, qui préside cet événement, a décrit l'importance des terres arides et a souligné la nécessité de traiter la résilience des écosystèmes d'une manière ordonnée, précise et ciblée. Il a rajouté que les agriculteurs, les éleveurs et les agropasteurs, appliquent des pratiques et des approches de gestion des terres peu coûteuses dans les zones arides, afin d'apporter des solutions abordables aux défis sociaux, économiques et environnementaux dans ces zones.

Carlos Seré, Responsable du développement stratégique – Office of Strategy and Knowledge Management  ‐du FIDA, a souligné la nécessité de relier les ressources aux investissements en développant et en combinant la science des systèmes des zones arides aux   sciences sociales. Le partage des connaissances traditionnelles liées avec la science et la puissance des technologies de l'information et des communications (TIC) permettent de fournir et de diffuser les connaissances. Il a souligné la nécessité de renforcer les capacités pour permettre aux gouvernements  d’augmenter le potentiel d'adaptation et d’atténuation dans les zones arides. Il a ensuite présenté des histoires de réussite et sur les méthodes à éviter afin de freiner et d’inverser la dégradation des sols à l'échelle du paysage.  

L’Algérie, a présentée durant cet événement son expérience en matière de protection des terres productives, de réhabilitation des terres dégradées et de mise en valeur de nouvelles terres dans les écosystèmes arides et semi arides a travers la mise en œuvre de la politique de renouveau rural engagée depuis 2009. Illustrée par des images satelitale (diachronique) et des photos réelles (avant et après traitement des terres dégradées), en démontrant les résultats obtenus et le changement positif (réhabilitation) des territoires dégradés.

Le présentateur Algérien a déclaré que le résultat obtenu  n’a pas seulement changé le paysage écologiquement (reverdissement des terres arides), mais aussi la création d’activités économiques durables et respectueuses de l’environnement, basées sur une utilisation rationnelle et judicieuse des ressources naturelles en impliquant les populations rurales et pastorales à la base.

Dennis Garrity, du Centre mondial d’agroforesterie (ICRAF) et Ambassadeur des terres arides, a parlé de l'Agriculture toujours verte (Ever Green) comme solution pour régénérer les terres dans les exploitations agricoles à petite échelle et d'accroître la production alimentaire familiale et les revenus en espèces. Il a expliqué que l'Agriculture « EverGreen » est une forme d'agriculture plus intensive qui intègre des arbres dans les systèmes de production végétale et animale à l'échelle du champ.

L’organisation ICRAF a également annoncé la création du réseau mondial pour l'Agriculture EverGreen.  

Constance Neely, Conseillère principale‐  recherche pratique et politique d’intégration du Centre mondial d’agroforesterie (ICRAF), a décrit le rôle que peut jouer le pâturage planifiés et son impact positif, ainsi que sur son rôle important dans la restauration des terres dégradées, l’augmentation la production fourragère et la matière organique du sol, en ajoutant qu’il  permet aussi d’améliorer la biodiversité.   

Arthur Getz Escudero, Institut de Recherche des Sites Durables, a souligné dans son intervention, l'importance des liens entre « rurale‐urbain » dans les zones arides, en combinant la désertification, la biodiversité, la résilience climatique et la nourriture aux stratégies de sécurité nutritionnelle et alimentaire et aux moyens de subsistance.

Luc Gnacadja, Secrétaire Exécutif de l’UNCCD, a parlé de la gestion durable des terres, de la neutralisation de la dégradation des terres d’ici 2030 en citant les exemples réussis de l’Algérie dans ce domaine à travers la mise œuvre de la politique de renouveau rural, qui prend en considération dans son exécution les trois piliers du développement durable « économiques – sociales et environnementales » dans la réhabilitation des terres dégradées et de leurs gestion durable.

Les discussions du dialogue interactif, ont porté essentiellement sur la nécessité de capitaliser les exemples réussis notamment celui de l’Algérie, pour traiter les situations d'urgence telles que la sécheresse et ce par l'utilisation de techniques simples pour la revitalisation des territoires ruraux et de leurs  économies.  

Certains participants ont préconisé  le transfert de connaissances et de savoir faire  dans le cadre de la coopération sud‐sud et d’utiliser les expériences réussies existantes, d'autres ont souligné que les gouvernements et les organismes de financement doivent cesser de réagir aux crises mais plutôt de travailler sur leur prévention  comme la si bien prouvée l’Algérie dans sa démonstration.

Clôturant cette rencontre, Monsieur KHELIFA Abdelkader, Conseiller de Monsieur le Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural, a précisé que les résultats obtenus par l’Algérie depuis 2009, année de la généralisation de la mise en œuvre de la politique de Renouveau Rural, notamment à travers les programmes de lutte contre la désertification qui visent plus particulièrement  à garantir la sécurité alimentaire de notre pays. Il a mis l’accent sur les résultats obtenus de l’exécution des projets   spécifiques à la protection des terres productives, la mise en valeur de nouvelles terres agricoles, la réhabilitation des terres dégradées et leurs gestions durables.  

Ce programme a permis non seulement la réhabilitation des écosystèmes arides et dégradés, mais aussi, d’augmenter la superficie des terres de parcours et par la même occasion l’offre fourragère dans le cadre d’un développement harmonieux et durable des territoires ruraux arides, semi arides et subhumides a‐t‐il ajouté.  

Dans ce cadre, il a précisé, que les programmes du renouveau rural, accordent une grande priorité à l’implication des communautés rurales et pastorales à la base, soit dans la conception ou la mise œuvre des projets mais aussi dans  la gestion durable des ouvrages réalisés.   Au sujet de la vision onusienne qui vise à neutraliser la dégradation des terres d’ici 2030, il a précisé que l’exemple Algérien et plus que signifiant et que cet objectif est réalisable.      

Il a précisé que suite à la demande des pays et des institutions internationales et régionales présentes, que l’Algérie est disposée à mettre son expérience et son savoir faire dans ce domaine à la disposition des institutions internationales, régionales, sous régionales et plus particulièrement aux pays touchés par le désertification et la dégradation des terres .  

 

http://www.minagri.dz/pdf/Divers/Conf_Internat/table_ronde_Rio_20_sur_le_RR.pdf

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article