Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani


http://www.futura-sciences.com/uploads/tx_oxcsfutura/images/imgmagot31.jpg

Parc national du Djurdjura (Bouira)

Le singe magot, une espèce malmenée

A l’instar d’une kyrielle de mammifères, de reptiles et d’oiseaux, dont le nombre n’a eu de cesse de s’étriquer au sein du Parc national du Djurdjura, le singe magot, ce primate de l’espèce Macaca Sylvanus est, lui aussi, harcelé par le funeste phénomène d’extinction.



Au-delà de l’aspect dramatique d’une telle réalité, il s’agit-là d’une situation tout à fait paradoxale dans la mesure où l’animal n’est pas sujet au braconnage ni à toute autre forme de chasse massive. Alors que partout dans le monde, de grandes recherches s’organisent et des efforts remarquables, aussi bien physiques que financiers, sont prodigués aux fins d’explorer davantage les secrets de la vie des espèces animales et de sensibiliser les populations à la nécessité de les préserver, mais les raisons de faire autant chez nous, malheureusement, ne semblent agir que sur l’esprit d’une poignée d’écologistes autonomes, le plus souvent dépourvus de pouvoir. La population sauvage du magot vivant actuellement en Algérie est estimée à moins de 6 000 individus, alors qu’au Maroc, quelque 10 000 individus peuplent encore les forêts de cèdres des Hauts-Atlas. Le magot du Djurdjura se distingue de ses semblables d’autres régions par la singularité de son comportement presque assimilable à un « régime social » chez les humains. Pour l’exemple, un membre qui enfreint les règles est isolé par le groupe et si par malheur, il s’aventurerait à apprivoiser l’homme ou s’imprégner de son odeur, il serait battu à mort. Un comportement protectionniste qui dénote aussi d’une certaine fierté que cultive cette espèce. Une étude menée par un club écologiste amateur, ayant consisté à localiser et répertorier les communautés de magots à travers la partie sud du Parc national du Djurdjura, située dans la wilaya de Bouira, a révélé ce nombre approximatif de 200 individus vivant en communautés de 10 à 15 membres éparpillées à travers le massif, dont près d’un tiers vit désormais confiné près des zones touristiques où le climat est généralement favorable et l’eau et la flore abondantes.

Cependant, sa fixation autour de ces endroits est jugée préjudiciable par les spécialistes, du fait de la fréquentation de l’homme qui mène à l’altération de l’instinct sauvage chez l’animal. En plus de la prédation qui constitue un régulateur naturel de son existence, le lent rythme de reproduction du magot et la réduction de son milieu de vie consécutive à la déforestation et à l’envahissement par l’homme des milieux sauvages sont autant de facteurs favorables à sa disparition. Acculé dans un territoire de moins en moins suffisant pour son épanouissement, le macaque est en proie à une kyrielle de périls que son seul instinct naturel est incapable de vaincre. Le massacre de la forêt et la rareté de la base alimentaire, qui s’en est suivie, poussent le magot à aller chercher sa nourriture hors de son territoire habituel.

Ce qui l’expose à un danger d’un genre inédit : la chasse ! Car, ne se contentant pas de se nourrir, l’animal fait accompagner son acte d’une agressivité phénoménale qui se manifeste à travers la destruction systématique des champs et vergers qu’il visite, une sorte de rétorsion, on dirait, à l’égard de l’homme, principal responsable de son malheur. Au vu de toutes les menaces citées, il est prévisible que, dans peu de temps, vingt ans peut-être, ou même avant, la réserve du Parc en cette merveilleuse espèce soit complètement épuisée, à moins qu’un intérêt particulier lui soit accordé, que de sérieuses mesures soient prises par l’Etat afin de juguler le fléau. A ce titre, il conviendrait, en définitive, de mener de vastes campagnes pour sensibiliser à la protection des espèces et au respect de l’environnement d’une manière générale et partant concevoir un plan de protection efficace duquel devront faire partie un dispositif juridique efficient et un enseignement orienté vers la préservation de l’écosystème.



Par Ahcène Saoudi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article