Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

APS
Mercredi 6 février à 18:39

 

Signature à Alger d’un mémorandum d’entente portant création d’un institut africain de développement durable

 

L’Algérie et l’Université des Nations unies ont signé mercredi à Alger un mémorandum d’entente portant création d’un institut de développement durable en Afrique relevant de l’organisation onusienne.

 

Le document a été paraphé par le président du Conseil national économique et social (CNES), M. Mohamed-Seghir Babès, et le recteur de l’université des Nations unies et secrétaire général adjoint de l’ONU, M. Konrad Osterwalder.

« La signature de cet accord est le fruit de longues discussions entamées il y a quelque années entre les deux parties », a indiqué M. Babès lors d’un conférence de presse animée conjointement avec M. Osterwalder.

Il a ajouté que le siège de cet institut sera connu d’ici la fin du mois d’avril et sera domicilié dans le campus d’une université algéroise.

Le président du CNES a relevé, par ailleurs, que le choix d’Alger pour abriter cet institut africain du développement durable « témoigne des efforts consentis, depuis des années, par l’Algérie dans le cadre du développement durable ».

La domiciliation de cet institut à Alger « est également le fruit et l’aboutissement d’un long processus de coopération entamé en 2005 entre le CNES et les différents recteurs successifs de l’université onusienne », a ajouté M. Babès.

Pour sa part, M. Osterwalder a souligné que cet institut assumera un « grand rôle » dans le domaine du développement durable tant en Algérie qu’en Afrique.

Sur le choix d’Alger pour abriter cet institut, il a souligné qu’il était surtout dicté par la stabilité politique dont jouit l’Algérie en plus de ses efforts, consentis depuis 50 ans, dans les domaine de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur.

« Cet institut, qui traitera d’une problématique qui concerne les générations actuelles et futures, constituera un forum qui permettra de trouver de nouvelles solutions et méthodes pour traiter de la question du développement durable à travers un enseignement et des recherches adéquats », a-t-il expliqué.

Il a tenu a préciser que l’université de l’ONU et ses instituts n’étaient pas organisés selon des disciplines mais des problématiques à traiter, ajoutant que celui d’Alger penchera sur celle du développement durable.

A une question sur l’origine des ressources financières allouées au fonctionnement de cet institut, M. Osterwalder a indiqué qu’en première étape l’argent était du ressort du pays hôte.

Il a ajouté que des organisations internationales comme l’Union européenne ou la Banque mondiale allaient aussi contribuer financièrement au fonctionnement de l’institut.

Le recteur de l’université de l’ONU a indiqué, en outre, que l’ouverture de l’institut d’Alger aura lieu dans deux ans ajoutant que cet établissement sera « un pôle de haute qualité et les étudiants seront soigneusement choisis ».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article