Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

                deforestation.2

               Les dégats sont réels et visibles dans cette photo prise  ce mois ci à Guerbes  (Photo Tedjani K)

Les forêts, sont des formations végétales indispensables à la vie sur Terre. De plus, la forêt de GUERBEZ SANHADJA abrite de nombreux "points chauds" de biodiversité et joue un rôle prépondérant dans la fixation du CO2 que nous émettons massivement par nos activités quotidiennes et qui perturbe dangereusement notre climat (d’ailleurs, 40% du carbone terrestre est stocké dans la végétation et les sols des forêts).

Indépendamment des aspects techniques de la forêt et du changement climatique, et sur ce qui concerne les inventaires de carbone dans la forêt et l’évaluation de son rôle dans le cycle du carbone, dans l’adaptation aux changements climatiques et l’atténuation de leurs effets, cette dernière se trouve dans une zone humide d’une beauté féérique protégée.

Malheureusement avec les feux de forêt pas toujours accidentels, l'exploitation illégale du bois et l'expansion agricole sont les principales causes de déboisement de cette zone.

Effectivement, beaucoup d’agriculteurs dans la région de GUERBEZ -SANHADJA pas toujours pauvres, participent aussi à la déforestation ; ils défrichent et brûlent la forêt pour ensemencer de petites parcelles de terres (les forêts primaires sont détruites pour être cultivée).

Partant du principe que l’environnement, se sont les ressources naturelles abiotiques et biotiques telles que l'air, l'atmosphère, l'eau, le sol et le sous-sol, la faune et la flore y compris le patrimoine génétique, les interactions entre les dites ressources ainsi que les sites, les paysages et les monuments naturels. Et que la pollution, c’est Toute modification directe ou indirecte de l'environnement provoquée par tout acte qui provoque ou qui risque de provoquer une situation préjudiciable pour la santé, la sécurité, le bien-être de l'homme, 1a flore, la faune, l'air, l'atmosphère, les eaux, les sols et les biens collectifs et individuels.

Etant donnée l’existence de la loi n° 2003-10 du 19 Joumada El Oula 1424 (19 juillet 2003) relative à la protection de l'environnement dans le cadre du développement durable :

Vu l'ordonnance n° 73-38 du 25 juillet 1973 portant ratification de la convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel faite à Paris le 23 novembre 1972;

Vu la loi n° 84-12 du 23 juin 1984, modifiée et complétée, portant
Régime général des forêts Vu le décret n° 82-437 du 11 décembre 1982 portant ratification du protocole de coopération entre les pays d'Afrique du nord en matière de lutte contre la désertification, signé au Caire le 5 février 1977;

Vu le décret n° 82-439 du 11 décembre 1982 portant adhésion de
l'Algérie à la convention relative aux zones humides, d'importance
internationale, particulièrement comme habitat de la sauvagine, signée à Ramzar (Iran) le 2 février 1971;

Vu le décret n° 82-440 du 11 décembre 1982 portant ratification de
La convention africaine sur la conservation de la nature et des ressources naturelles, signée à Alger le 15 septembre 1968;

Vu le décret présidentiel n° 95-163 du 7 Moharram 1416 correspondant au 6 juin 1995 portant ratification de la convention sur la diversité biologique signée à Rio de Janeiro le 5 juin 1992.

Il est important que le secteur forestier chez nous trouve des méthodes pour affronter, dans le cadre de politique forestière nationale, les défis et les opportunités que présentent l’adaptation aux changements climatiques et l’atténuation de leurs effets. 
Les programmes forestiers nationaux ont été reconnus par le dialogue international sur les forêts comme étant le cadre servant à l’application des accords internationaux et comme la plateforme pour prendre en charge les problèmes liés à la gestion durable des forêts et du changement climatique.
A cet effet, nous sollicitons la conservation des forêts de notre wilaya pour qu’elle prenne ces responsabilités pour :
• Arrêter la déforestation qui est indispensable pour stabiliser le climat
• d'interdire la conversion des forêts en monocultures ou l'exploitation du bois.
• Protéger la zone humide

Par ailleurs la société civile reste vigilante et s’implique pour sensibiliser, éduquer, dénoncer les actes passifs et actifs et ester les auteurs de ces crimes contre la nature et contre la zone humide.

Mohamed Tabbouche

Président de l'association "Bariq 21" Skikda

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article