Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologique "Nouara"

«Il est nécessaire de mettre l’entreprise, et en particulier celle privée, au centre de la politique économique nationale, car seule celle-ci est capable d’apporter la vraie prospérité, celle qui provient de la création de richesses, de la création de valeur, par l’ingéniosité et le travail », c’est ce qu’a indiqué hier Réda Hamiani, président du Forum des chefs d’entreprises (FCE).

S’exprimant à l’ouverture des travaux du symposium sur « l’urgence d’une nouvelle économie moins dépendante des hydrocarbures », il a souligné qu’au cours des 50 années qui ont suivi l’indépendance, l’Algérie s’est transformée et a connu le changement le plus profond qu’elle n’ait jamais connu dans son histoire. Au prix de beaucoup d'efforts, mais aussi de tâtonnements, notre pays a obtenu des résultats dont il peut aujourd'hui être fier, au bénéfice du peuple algérien.

Avant d’ajouter que « nul ne saurait contester que les résultats obtenus jusqu’ici, et dont nous pouvons légitimement nous enorgueillir, nous les devons surtout, en grande partie, à nos ressources naturelles et singulièrement aux ressources d’hydrocarbures. »  Selon Hamiani la difficulté et la complexité de l'édification économique et du développement en Algérie ont été telles qu’il nous reste encore beaucoup de défis à relever pour parvenir à transformer une économie dont le fonctionnement est tout entier dépendant de la rente pétrolière en une économie moderne, qui générerait ses propres ressources et s’affranchirait de la rente.  Allant plus loin dans ses déclarations le conférencier a indiqué que « pour développer notre économie, nous avons encore un long chemin à parcourir avant de réaliser cette modernisation. » Pour progresser dans cette voie, pour franchir de nouvelles étapes dans l’édification économique de notre pays, ce dont nous avons le plus besoin, Réda Hamiani  a estimé qu’il « faut en tout premier lieu de nous rassembler autour d’un consensus sur les choix à long terme ». Le patron du FCE a indiqué par ailleurs  que « nous demeurons convaincus que le consensus vertueux, que le consensus gagnant, ne peut se construire et ne doit se construire qu’autour de l’entreprise. » Il a ajouté dans ce contexte que « l’entrepreneur algérien, lui paraît urgent d’amorcer ce renouveau de notre démarche de développement économique et social. »  Le président du FCE n’a pas manqué d’appuyer sur l’importance  d’accorder la priorité à la plus grande ressource naturelle qui soit, à savoir la ressource humaine,  le développement de ce potentiel formidable que constitue notre jeunesse qui est selon lui un impératif incontournable si nous voulons demeurer à la hauteur des exigences de l’avenir et rester accroché au mouvement de progrès universel. Pour appuyer ses dires Réda Hamiani, a indiqué que des avancées technologiques extraordinaires qui ont eu lieu dans le monde se trouvent être l’éducation, l’enseignement supérieur, la recherche, la formation technique, tout ce qui permet de multiplier la capacité créatrice humaine. De son côté, Omar Ramdane, l’ex-président du FCE, a mis en garde le gouvernement quant à la chuté des prix du baril à moins de 100 dollars, l’Algérie connaîtra des déficits. Il dira que dans ce contexte que « le développement de l’Algérie nécessite des efforts de tout un chacun, les efforts doivent être conjugués dans ce sens. » Selon lui l’entreprise est seul moyen de faire sortir l’Algérie de sa dépendance des hydrocarbures. « Il ne nous reste plus de temps à perdre », a-t-il conclu.  
Makhlouf  Ait Ziane

15-03-2012

Source web: http://www.elmoudjahid.com/fr/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article