Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

 

04-08-2009

 

 

Tazla est un village situé à une trentaine de kilomètre d'Ighil Ali (Béjaïa). Cette localité isolée, qui a tant souffert du terrorisme, était jusqu'aux années 2000 la proie d’un exode sans pareil, à cause notamment des conditions de vie difficiles.

Toutefois, ce village, même s'il est «une colline oubliée» par les pouvoirs publics, il intéresse, comble de l'ironie, la BEDE (biodiversité et échange d'expériences), une association française basée à Montpellier, qui s'intéresse de près à sa culture maraîchère et fruitière.

En effet, Tazla possède des légumes et des fruits uniques en leur genre, qu'on ne retrouve pas ailleurs. C'est cette particularité qui a amené l'association BEDE, à travers une délégation qui a séjourné dans ce village en 2007, pour voir de près la tomate rose de Tazla, que l'on ne retrouve nulle part ailleurs, aux dires de Terranti Seddik, membre de l'association Talla du même village. «Elle est rose, grosse et pulpeuse», soutient-il.

Le haricot vert est également particulier, puisqu'il mesure, selon toujours notre interlocuteur, 20 à 25 cm. Le poivron charnu, appelé communément «ifelfel n'Ath Abbas», et le chou, ont, assure-t-on, un goût particulier. Les fruits ne sont pas en reste. La figue, dit-on, est d'une excellente qualité.

Noire ou verte, elle est très succulente et sans mesure commune. Il y a aussi les poires de Tazla, petits et exquises. La pêche verte, tardive, n'est pas en reste puisqu'elle ne déroge pas à la règle, faite de spécificité territoriale.

«Ces fruits et légumes nous sont commandés par des commerçants et des particuliers résidant à Alger, Bordj Bou Arréridj et bien d'autres localités», nous dit M. Terranti.

Au vue de cette particularité et du potentiel agricole insoupçonné que recèle le village de Tazla, la BEDE a inscrit des projets individuels et collectifs, nous informe M. Terranti. Ainsi, il était question de monter une fromagerie (fromage de chèvre), des pépinières pour préserver la semence originale des légumes et les jeunes pousses des arbres fruitiers du village. Il est prévu aussi une unité de production de pâtes et une huilerie semi-automatique.

Ce village est vraiment un exemple à suivre en matière de gestion des déchets. En effet, selon notre interlocuteur, les déchets sont recyclés et rien n'est jeté dans la nature. Des bacs sont installés un peu partout dans le village et chaque récipient est destiné à un déchet spécifique.

Des personnes venant de Bordj Bou Arréridj viennent récupérer les déchets pour les recycler. Ce nouveau départ pour une vie meilleure dans ce village a donné de l'espoir à deux familles, qui ont quitté le village à cause du terrorisme et des conditions de vie déplorables, de se réinstaller. «Toutes les familles qui ont quitté le village s'intéressent de près aux mutations de notre villages.

Qui sait peut-être elles reviendront toutes», espère Terranti Seddik, qui se démène, lui et son association, pour redonner le goût de vivre à une population qui a décidé de se prendre en charge face, nous dit-on, à la sourde oreille des pouvoirs publics.

Amirouche Yahiaoui

 

  Source:

Archives PDF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article