Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

Chrea 7951                           Ce jeune homme et sa soeur Nejma,  membres de l'AIESEC Blida, représentent   bien cette  jeunesse algérienne, instruite et  éco responsable,  qui veut prendre en main son destin... (Photo: Tedjani K.)

 

 

 

Il y a cinq ans de cela, lorsque je me suis aventuré pour la première fois sur les sentiers de l’exploration de la sphère écologique en Algérie, on m’avait prédit, bien des fois, que j’allais m’enfoncer dans un désert.

 

Mais, j’étais déjà convaincu, alors, que de tels préjugés appartenaient  au passé. Il ne faut  pas sous-estimer l’amour  viscérale et  sincère que les Algériennes et les Algériens éprouvent pour leur nature. J’ai depuis parcouru, je pense, suffisamment de chemins, rencontré d’acteurs de cet éveil en douceur,  pour affirmer sans la moindre hésitation que l’environnement est devenu en Algérie  un sujet qui intéresse les jeunes. Qui passionne de plus  en plus, mais, malheureusement, qui fâche aussi…

 

Mestek Lamine, un jeune politologue natif de Blida,   ainsi que  certains membres du très dynamique AIESEC de sa wilaya,   sont  résolument de ceux qui partagent  cet enthousiasme. C’est un incendie dans le fabuleux parc national de Chréa qui les a alertés sur la nécessité d’organiser  ce  rendez-vous annuel. Ils l'ont espéré comme un pôle rassembleur pour toutes les bonnes volontés , les talents, ceux  qui se sont mobilisés à travers tout le pays pour militer  en faveur de la protection et  de la préservation de l’environnement en Algérie.

 

C’est une écologie citoyenne, sans couleur politique, qui agit localement pendant que l’Algérie politique, elle , ne pense globalement  qu’au développement. Un progrès à rebours. Une voie qui été s’est révélée pourtant si  écocidaire,  pour la nature et la santé des citoyens de nombreux pays dévellopés. Les pays qui semblent  lui servir d’exemple, l’incitent à reproduire leurs erreurs, leurs proposent même le remède à la maladie qu’ils ont crée de toute pièce : un  capitalisme sauvage près à tout raser sur son passage pourvu que le pétrole et les dollars coulent à flot dans les mains d’une petite minorité cupide, au mépris du bien-être du reste de la population.

 

«  Au delà les paroles », l’intitulé du TEDx qu’ils ont organisé cette année pour la seconde année consécutive, est un slogan qui parle de lui-même. Il ne suffit plus d’être un sympathisant de la nature algérienne. Chacun d’entre nous se doit de militer pour que les choses évoluent vers le meilleur et non le pire comme cela est malheureusement le cas   pour cette année.

 

En effet,  l’annonce officielle de l’exploitation du gaz de schiste dans notre pays, les pires rumeurs qui circulent sur la défiguration de certains des plus beaux parcs nationaux de la zone littorale du pays, et tant d’autres mauvaises nouvelles pour l’écologie de notre pays , contrastent sérieusement avec les nombreuses initiatives locales qui s’ébranlent chaque jour un peu plus à travers notre vaste et magnifique territoire. Il ya un énorme contraste entre la politique de nos dirigeants vis-à-vis de notre nature, et les aspirations d’un nombre de plus en plus grandissants de citoyennes et citoyens.

 

Le temps n’est plus à la simple  parole. C’est une évidence. Même si ce sont les mots qui véhiculent les idées, qui les propagent dans la tête des citoyens, ils ne suffisent plus…Il faut agir, et surtout ensemble…

C’est donc à des speakers qui ont dépassé  le  stade de la parole  que le TEDx de Chréa 2014 a voulu donner une tribune de qualité auprès d’une audience qui a été triée sur le volet tant  cet évènement attire de plus en plus de curieux depuis sa première édition en 2013.

 

Pour avoir vécu cette conférence autant en tant que participant et témoin, je peux vous assurer que lorsque l’on ressort d’un TEDX, on se sent  Un peu moins seul dans son combat. On y entend les témoignages de gens sincères, investis corps et âme dans la  mission  qu’ils se sont imposés. On se sent écouté par une audience animée par les mêmes préoccupations et ambitions pour la nature de notre pays. C’est au sein d’une véritable ruche de bonnes volontés que l’on évolue durant toute la journée.   On y apprend aussi comment mieux véhiculer ses idées, concevoir avec plus d’efficacité un Slide et animé sa présentation…

 

Au-delà des mots, donc, il y a des femmes et des hommes qui agissent, souvent avec des gestes simples. Mais si  tout le monde dans ce pays en faisait autant, ces petits riens deviendraient un grand tout , une force d’action et de conviction dédiée à  assurer La condition primordiale pour bien vivre  dans son pays et le reste du monde : un environnement sain…

 

                                                      Consultez l'album photo:

 

TEDx Chréa 2014 TEDx Chréa 2014

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article