Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

 

 





L'oued Sébaou ou le drame écologique 


Sébaou mon amour, qu'a-on fait de toi? A chaque fois que je longe ta rive, et que je revois ce que tu es devenu, je ne peux m'empêcher de laisser couler quelques larmes.

Sébaou mon amour, qu'il est loin le temps, où la population de Tadmaït se nourrissait de tes poissons et de tes anguilles. Qu'il est loin le temps où, assis à l'ombre des sols pleureurs, des peupliers et autres arbres qui te bordaient, nous lancions nos hameçons dans ton eau si claire et si limpide, que nos silhouettes et nos canes s'y  miraient. Le spectacle qui s'offrait alors à nous, celui de poissons se précipitant pour se disputer nos appâts, nous fascinait. Qu'il est loin le temps où nous remontions ton courant en amant, munis d'un long filet pour la grande pêche. Des dizaines de poissons venaient s'enchevêtrer dans ses mailles, se débattant en vain, pour se libérer. Nous remplissions des paniers entiers, que nous allions distribuer au village. Qu'il est loin le temps où après la pêche, nous allumions un feu de bois pour griller quelques poissons au déjeuner. Qu'il est loin le temps où nous étions encore enfants, tu nous accueillais durant les interminables et brûlantes journées d'été,  pour nous rafraîchir et nous abreuver de ton eau si limpide, si pure. Qu'il est loin le temps où en hiver tu te déchaînais, tes eaux emportaient tout sur leur passage. Elles débordaient alors de ton lit, pour aller inonder les orangeraies et les vignobles, jusqu'à la route nationale qui longe la voie ferrée. Tu pouvais rester ainsi des jours, condamnant les gens à rester chez eux.

Pont oued sébaou



Sébaou mon amour, toi le témoin de tant d'amitiés qui se sont tissées sur tes rives et dans tes eaux; toi le témoin des merveilleux moments que nous avons passé en ta compagnie; toi qui a fait partie de notre enfance, qui est notre enfance, pourquoi t'ont-ils fait ça ? 

Sébaou mon amour, si l'on pouvait décoder le bruissement de tes eaux qui ne coulent plus qu'en hiver, que de pages d'histoire de toute la vallée que tu traverses il nous révélerait.

Sébaou mon amour, je ne te reconnais plus, tu n'offres plus qu'un spectacle apocalyptique, de désolation, ils t'ont défiguré. Ne devrait-on pas juger tes bourreaux, pour crimes « contre la nature »? Le moment n'est-il pas venu pour que le TPI se saisisse aussi, des crimes commis contre l'environnement. 


oued sébaou

Sébaou mon amour, j'écris et je cris ton nom, à la face du monde. J'aimerais tant que je sois entendu, pour qu'on sache que tu as bel et bien existé, que tu as eu des siècles et des siècles de gloire. Pour qu'on sache que ce que la nature a façonné en des milliers d'années en Algérie, des hommes incultes, irresponsables, avides de gains faciles, sont en train de le détruire  irréversiblement. En quelques décennies, ils ont fait une razzia.

Sébaou mon amour, chaque fois que je passe devant toi, je sens ton cœur battre encore moins fort, je sais que tu agonises. En témoigne la disparition totale des poissons, des grenouilles et des algues, de ce qui reste de tes eaux polluées. Je n'ai que mes larmes pour te pleurer, car je ne peux rien contre ces gens aux reins solides, qui ont juré ta mise à mort, en te retirant d'une manière effrénée tout ton sable. Dire que ton lit est descendu d'au moins trois mètres ! Je ne peux rien contre le laxisme des pouvoirs publics. Je ne peux rien contre ces communes et ces gens, qui déversent tout le long de tes 50 kilomètres des ordures, des cadavres d'animaux, des œufs pourris, et bien d'autres détritus. Je ne peux rien contre ceux qui ont juré, d'ôter à la Kabylie ce qu'elle a de plus chers, ses poumons que sont le Sébaou et la Soummam. En vous enlevant à nous, n'y a t-il pas une volonté de nous affamer, quand on sait que toutes les terres irrigables et cultivables de Kabylie, sont de part et d'autre de vos lits ? Ont t-ils juré d'étouffer la Kabylie en tuant son écosystème? Tout porte à le croire. C'est aussi un aveu d'échec des pouvoirs publics qui sont incapables depuis le temps, de trouver des solutions de rechange à l'exploitation du sable des oueds et des plages.

Sébaou mon amour, pardonne nous de n'avoir pas su te protéger, pardonne nous notre lâcheté. Sébaou mon amour, je ne cesserai jamais de te pleurer, tu es une partie de moi même, avec toi je dépéris.

Par Mus


oued sébaou kabylie

Le Sébaou, dans la vallée serpente
il te raconte et chante
des millénaires d'histoire qui te hantent

Écoute-le murmurer!
Avec l'accent de ses galets
il te parle du passé

Témoin survivant des temps
il écrit la mémoire de tes parents
ton passé mais aussi ton présent

Il garde dans son lit
des siècles de récits
regarde le il est béni

Zehira Kara

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article