Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

 

le 22.11.13 | 15h26

 

 

La semaine « green initiatives to green entrepreneurship » s’est achevée le jeudi dernier au centre universitaire de Tipasa sous les applaudissements. L’absence du protocole officiel dans son organisation aura été déterminante dans le succès de cette manifestation purement écologique.

 

Le centre de facilitation de la wilaya de Tipasa dirigé par des jeunes universitaires ; grâce à la participation des panélistes constitués des experts et spécialistes dans les différents domaines à l’image des Pr. Chitour Chems-Eddine ; Bonatiro ; Mme Kesbadji et autres d’une part et d’autre part la présence des responsables de l’ANSEJ, l’ANGEM et la chambre de l’agriculture de la wilaya ; aura suscité moult encouragements aux étudiants et aux nouveaux diplômés de l’enseignement supérieur, présents durant les conférences et les ateliers, afin de les impliquer dans le développement de l’économie verte.

Ce n’est pas un hasard si Tipasa aura été choisie comme étant une wilaya pilote verte en Algérie, en raison de ses potentialités. En effet ; les pouvoirs publics avaient investi durant la dernière décennie à Tipasa, un territoire à vocation agricole, touristique et culturelle, en réalisant des centres d’enfouissement technique (CET), des stations de traitement et d’épuration des eaux polluées (STEP), une unité de développement des équipements solaires (UDES) à Bou-Ismail, en créant des projets de recherches environnementaux au centre universitaire de Tipasa et des filières environnementales dans le programme de l’enseignement du secteur de la formation professionnelle ; construction du plus grand complexe papetier algérien et africain à Bou-Ismail, autant d’atouts qui sont exploités partiellement.

L’intervention du facteur humain dans l’entame de l’entrepreneuriat vert au sein de la wilaya s’avère impératif, d’où l’organisation de ces journées de sensibilisation et de débats qui servent à défricher les sentiers, pour développer les métiers verts, mais surtout pour inculquer aux citoyens la culture écologique au niveau des villes, du littoral et des zones rurales. La préservation de l’environnement et la création d’une économie verte pour entretenir sainement la nature, sans perdre de vue le développement le volet social avaient fait l’objet des échanges des points de vue lors de cette semaine. Une forte averse d’idées s’est abattue.

Les jeunes universitaires porteurs de projets avaient défendu leurs projets, en dépit de leurs inexpériences sur le terrain. Même si des failles sont apparues dans la présentation de certains projets, il n’en demeure pas moins, que les idées avaient été balancées dans cette amphithéâtre du centre universitaires, qui s’est transformé en une « ruche », le temps des journées vertes, une manifestation organisée dans le cadre de la semaine mondiale de l’entrepreunariat. La pollution et l’absence de volonté en matière de protection de l’environnement sont à l’origine des difficultés que rencontrent les peuples de nombreux pays.

Si l’Algérie ne prend pas des mesures dès à présent pour sauver son environnement et préparer les générations futures dans les métiers qui vont dans le sens de la préservation de son environnement naturel, sa population sera foudroyée par la famine et la misère, à l’instar de nombreux peuples notamment du continent africain. La culture environnementale devra être imprégnée profondément dans la société algérienne, depuis le douar et le quartier jusqu’aux plus grandes villes, car il y va de l’avenir du pays.

Les étudiants avaient apprécié la disponibilité des institutions chargées d’accompagner et de soutenir les jeunes promoteurs lors des débats. Les responsables des banques publiques et les médias (hormis la radio locale, ndlr) avaient brillé par leur absence. Mehdi Chérifi et son équipe, avec de faibles moyens et une montagne d’idées et de solidarité auront réussi à organiser brillamment cette manifestation, une rencontre ayant permis aux jeunes de rêver, afin de créer et pouvoir concrétiser leurs projets économiques verts. Mme Samia Balistrou, une professeur de lycée d’EPS en retraite et spécialiste en plongée sous marine, présente durant les débats, avait offert en guise de sponsoring, un baptême en plongée sous marine à Tipasa aux 5 jeunes lauréats de « green entrepreneurship ». Longue standing ovation avant de quitter le centre universitaire de Tipasa.

M'hamed Houaoura

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article