Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani



13 Février 2010

 

L’urgence de trouver des solutions à une population de plus en plus exigeante, a contraint les élus à opter pour la facilité.

Les multiples réseaux d’assainissement dont bénéficient les villages de la wilaya de Tizi Ouzou commencent à porter leurs fruits pour le bien-être général. Les citoyens n’ont plus à se débarrasser des eaux usées et autres déchets. Mais, parallèlement à ces avantages incontestables, il s’avère que la nature et l’environnement en général, en souffrent grandement. Après quelques années, les rivières et les cours d’eau se trouvent pollués. En effet, le relief montagneux de la wilaya a fait que les villages sont en général entourés, en aval, de rivières et de cours d’eau jusque-là purs. Ils assuraient, jusqu’à un passé récent, les besoins en eau de toute la population. La santé de celle-ci en dépendait grandement. A présent, l’urgence de trouver des solutions à une population de plus en plus exigeante, a contraint les élus à chercher la facilité. Sans aucune étude préalable sur les conséquences, à court et long terme les réseaux d’assainissement de tous les villages raccordés se déversent dans les rivières en aval des localités. Quelque temps plus tard, l’eau est hélas! polluée, voire, les fontaines avoisinantes. Or, d’une part, cet état de dégradation de la nature ne semble pas alerter les parties concernées, bien que les conséquences en soient, à présent, visibles. Les éleveurs qui utilisaient pour leurs activités ses ressources naturelles, ont tous recouru à des solutions plus coûteuses comme l’achat de citernes. Les effets de cette pollution de l’eau a également atteint le semblant d’agriculture maraîchère qui subsistait encore. D’autre part, les mêmes autorités locales ne semblent pas préoccupées par les effets néfastes sur la santé des populations. L’on continue encore à déverser les eaux usées vers les rivières et les cours d’eau. Notons également que les spécialistes ont préconisé l’aménagement de bassins de décantation mais cette option n’a pas été retenue. Malgré son efficacité dans la préservation de la nature, les services concernés la rejettent, arguant qu’elle est plus coûteuse que les réseaux connectés vers ces cours d’eau. Enfin, en plus du manque d’intérêt accordé à l’environnement, les populations n’ont pas encore manifesté une volonté de préserver l’espace naturel. Aussi, cette tendance à faire fi de l’environnement ne pourrait être inversée qu’avec la naissance d’associations pour la préservation de la nature. Il est certain que la lutte sera longue car elle aura à changer les mentalités. Mais le besoin est plus qu’urgent.

Kamel BOUDJADI


L'Expression 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article