Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Environnement

Logo Liberté Algérie

Dimanche, 08 Juin 2014 09:50
Comme chaque année, l’Association de protection de l’environnement de la wilaya de Tlemcen (ASPEWIT) a commémoré la journée mondiale de l’environnement en organisant jeudi différentes manifestations au niveau de son siège.

Cette association dirigée par un pharmacien MorsliBouayed continue depuis plus de vingt ans à apporter sa contribution pour la préservation de l’environnement, attirant souvent l’attention des autorités locales sur la nécessité d’agir fermement contre les pollueurs et ceux qui portent préjudice à la propreté de la cité.

Plusieurs plaintes ont d’ailleurs été déposées par cette association auprès de la justice comme celle relative à la destruction confiée à l’APC par les services du ministère de la Culture de plusieurs platanes centenaires au sein du site historique Méchouar datant du XIVe siècle qui devait abriter l’ouverture de la manifestation “Tlemcen, capitale de la culture islamique” et finalement l’a été ailleurs. 

Le problème de l’environnement avec l’anarchie de l’urbanisation et l’essor démographique touche aussi le phénomène des déchets urbains qui est très préoccupant non seulement pour le chef-lieu de wilaya mais aussi pour les villes de Ghazaouet, Hennaya, Nédroma, Ouled Mimoun, Maghnia, Sebdou, Souahlia, Aïn Youcef, Remchi.

Malgré ses moyens limités, l’Aspewit continue d’éditer sa revue mensuelle intitulée Le Bulletin qui dénonce les écarts des citoyens et souvent même des responsables locaux sur tout ce qui touche aux questions de l’environnement.

A l’occasion de cette journée internationale, Abderrahmane Khelifa, archéologue et écrivain, a animé une conférence qui a porté sur l’histoire de Tlemcen et la préservation et la conservation des monuments historiques. Après avoir narré avec détails le passé prestigieux de la cité antique sous différentes dynasties illustré par la projection de photos sur écran, il a regretté qu’après la manifestation “Tlemcen, capitale de la culture islamique” tout semble s’être arrêté net indiquant que les fouilles archéologiques ne se sont pas poursuivies là où elles avaient commencé et que de nombreux sites historiques sont à l’abandon. L’archéologue qui a dirigé toutes les opérations de fouilles à Agadir, Siga, Honaïne, auteur de nombreux ouvrages dédiés au patrimoine universel a souligné que la culture est un tout et qu’elle ne doit pas vivre sur des événements conjoncturels mais être une continuité permanente. 
 

 

B. Abdelmadjid


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article