Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

Logo Liberté Algérie

Mercredi, 19 Juin 2013 09:50

Par : B. ABDELMADJID

Un colloque national dédié à la lutte contre la désertification en Algérie s’est tenu durant deux jours (dimanche et lundi) à l’auditorium du parc national de Tlemcen, avec la participation de professeurs, agronomes et ingénieurs forestiers. Organisée par le département sciences d’agronomie et des forêts de l’université Abou-Bakr-Belkaïd, cette rencontre scientifique a permis d’aborder de nombreux thèmes en rapport avec la problématique : “La désertification de l’espace steppique en Algérie”, “Le pistachier de l’Atlas, une espèce prometteuse dans la préservation de l’écosystème steppique”, “L’impact sur la dynamique agricole sur la durabilité des périmètres agricoles traditionnels des zones arides avec le cas des oasis des monts du Ksour”, “Biomasse et densité du couple alfa-armoise blanche du sud de Tlemcen”, “L’intensification de l’élevage hors sol en steppe, plan et options de gestion de la ressource pastorale pour la commune de Méchéria”, “Les problèmes de reboisement en zone steppique aride”. Dr Haddouche Idriss, maître de conférence classe A à l’université de Tlemcen, a déclaré : “Depuis plusieurs décennies, les ressources naturelles de l’espace steppique à travers son sol, son eau et sa végétation ont subi de sévères dégradations dues aux effets combinés d’une pression humaine et animale croissante et d’une sécheresse aggravante sur ces écosystèmes. Ces dégradations sont accentuées par le contexte d’affaiblissement de la gestion traditionnelle des territoires, et provoquées par les changements socioéconomiques et politiques et l’absence de l’application sur le terrain des mesures appropriées par les services techniques pour remplacer les anciennes règles de gestion du patrimoine pastoral et écologique.” Evoquant l’objectif principal de ces journées d’études, le même conférencier a souligné qu’il s’agit de faire le point sur les démarches macroéconomiques d’évaluation des coûts de la dégradation des terres et leurs résultats, ainsi que d’identifier des besoins en termes de méthode d’évaluation des actions de lutte contre la désertification à différentes échelles. Deux objectifs principaux ont été mis en valeur lors de ce colloque : la production d’une évaluation de l’état des savoirs sur la calamité de la désertification en rapport avec la gestion durable des terres et sur la résilience des écosystèmes d’une part, et l’élaboration de politiques et stratégies opérationnelles de développement durable des parcours steppiques, d’autre part.


B. A

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article