Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

http://www.algerlablanche.com/thematiques/images/culture/faisan-11-2009.jpg

Un programme d’assainissement devant nettoyer les forêts pour leur permettre de se régénérer est en cours.

La réserve de chasse de Moutas, à 20 km de la ville de Tlemcen, bénéficie d’un intérêt croissant, en ce sens que près de 150 millions de dinars y ont été investis depuis 2006, afin de donner à cette aire protégée les moyens de sa politique : protéger et développer la faune. Selon le directeur du centre, M. Lokmane, une unité technique devant assurer le suivi des animaux a été créée, tandis qu’une opération pour clôturer cette réserve de chasse s’étendant sur 2150 ha a été entamée, afin de préserver toutes ses richesses. Des équipements ont été également mis en place à l’intérieur de l’aire protégée, notamment celle des stations de gibier composées principalement d’abreuvoirs et de miradors. Cette structure qui a pour vocation primordiale la protection et le développement du gibier et de la faune sauvage existante, à l’instar de trois autres similaires à l’échelle nationale, en l’occurrence celles de Zéralda, Mascara et Djelfa, a également mis en œuvre deux programmes de proximité de développement rural au profit des riverains qui sont partie prenante dans la protection de l’environnement. Un programme d’assainissement devant nettoyer les forêts pour leur permettre de se régénérer est en cours, en plus de celui de développement du gibier à plumes et à poils comme le faisan, la perdrix gambra, la caille et le lapin de garenne, a-t-il ajouté en rappelant que 400 faisans communs viennent d’être lâchés dans la réserve pour son repeuplement.

Parmi les objectifs à court terme que s’est fixés la direction de la réserve de chasse de Moutas, on note la mise en œuvre des enclaves par la plantation rustique et des espèces nobles, comme le châtaignier, le noisetier et le pistachier et ce, à titre expérimental, en plus de la création d’une zone d’accueil dans l’aire protégée pour encourager l’écotourisme. La réserve Moutas compte un couvert végétal riche et diversifié de l’ordre de 300 espèces dont des arbres, des céréales et divers herbes, tandis que le potentiel faunistique dénombré compte 54 espèces avifaunes dont une introduite (l’autruche), 14 espèces de mammifères dont 8 protégées et trois introduites (le mouflon à manchette, le cerf daim et la gazelle), 17 espèces de reptiles dont 4 protégées. Figure aussi parmi les plus importantes actions réalisées par cette structure, la création d’une écurie pour l’élevage et la préservation de la race de chevaux barbes arabes et d’en constituer des montures de service pour les besoins de la surveillance de la réserve. Une chenille pour la reproduction et l’élevage des chiens de chasse, à des fins cynégétiques, a été également créée dans la réserve.

source:
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marwa 16/02/2018 17:42

Quels sont les reptiles, les mammifères et les primates dans ce parc national?

belkhodja 27/08/2011 03:09



SALUT ET  MERCI POUR LE SITE


    je veut poser la quetion quand la ouverture de la chasse et just'as quand  ont va pas chasser 


   je veut avoir un porte d'arme a feu et un permis de chasse  jame bcp la chasse mas maleureuseument deput 1991 elle est fermè et elle pas ouvert jusqu'as nous jours merc de nous
nformè s possble ont peut fare lexercce de chasse cette annèe et avan de nous devenons des vieux