Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web Nouara

Publié le 7 novembre 2012

Les conséquences économiques des subéraies incendiées sur le marché et le commerce du liège ; techniques de récupération des subéraies brûlées et leur mise en production ; répercussions des effets des incendies de forêts sur le sol ; les feux de forêts récurrents et les mécanismes de dégradation des subéraies ; la gestion des incendies de forêt en Algérie… sont les principaux thèmes des journées d’étude sur la réhabilitation des subéraies incendiées et reboisement qui se tiendront à l’université de Tlemcen, le mois prochain, a indiqué le rectorat dans un communiqué.

 

« Ces journées qui seront organisées, et ce peu après la catastrophe qu’ont connue nos forêts en juillet-août 2012, ont plusieurs objectifs, entre autres l’état de la recherche sur les écosystèmes forestiers et plus particulièrement les subéraies après incendies (régénération de l’essence, reconstitution du manteau végétal, évaluation des risques d’érosion, les pertes économiques, etc.), impliquer les chercheurs et les spécialistes algériens en collaboration avec les spécialités étrangers dans l’élaboration d’un programme de recherche pluriannuel sur la forêt de chêne-liège après incendies, ainsi que la mise en place des dispositifs de suivi et d’évaluation spatio-temporelle de l’évolution du fonctionnement de la subéraie brûlée après passage du feu et ce dès janvier 2013 », a-t-on noté. Lors de cette rencontre, l’accent sera mis sur l’évaluation des dommages, cartographie des zones sinistrées, la cartographie des risques d’érosion. « Il faut assurer la diffusion et la valorisation des résultats de la recherche scientifique auprès de l’administration forestière centrale (Direction générale des forêts) en proposant aux gestionnaires forestiers les solutions pratiques de réhabilitation de ces forêts pour qu’elles redeviennent à leur état initial, vigoureuses et productives (choix des interventions sylvicoles, évaluation économique, les techniques de reboisements du chêne-liège, etc.) » a-t-on précisé. Le chêne-liège constitue depuis longtemps un paysage forestier unique de la Méditerranée occidentale comme il représente aussi une importante ressource forestière économique, comme rappelé dans ce communiqué. Ce matériau naturel entre principalement dans l’industrie de bouchons, produit forestier le mieux payé. La dynamique du commerce de cette ressource, renouvelable et rentable, a permis la naissance de plusieurs unités de transformation du liège en Algérie. Confronté à la chute spectaculaire de la production de la matière première (7000t/an durant la dernière décade suite à la régression alarmante de la superficie des subéraies, ce tissu industriel se trouve sérieusement menacée dans son existence. « Parmi les facteurs ayant contribué à cette situation, on trouve les « incendies de forêts », qui sont considérés, historiquement, comme l’un des facteurs explicatifs de la dégradation des forêts méditerranéennes, en ravageant annuellement des surfaces très variables. » L’été dernier a eu un impact tridimensionnel (écologique, économique et social) pour les forêts algériennes suite aux incendies ayant ravagé des superficies considérables après ceux enregistrés en 1994, 2000 et 2007. « Parmi ces forêts, les subéraies sont les plus touchées par ce sinistre surtout dans les régions subéricoles comme Tizi-Ouzou, Bejaïa, Jijel, El Tarf... », a-t-on estimé. Les répercussions de l’effet des incendies, a-t-on ajouté, pèsent lourdement non seulement sur la filière liège dans son ensemble mais aussi sur l’environnement. Elles se manifestent de diverses manières sur entre autres le sol, l’arbre, le peuplement, la biodiversité et l’économie. Il est à noter que de nombreux chercheurs d’Algérie, de France, du Portugal, du Maroc… prendront part à cette manifestation.

Mohamed Medjahdi


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article