Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

La concentration saisonnière et spatiale des activités touristiques en Méditerranée accentue l’impact sur l’environnement avec pression sur les ressources en eau, augmentation des déchets et risques pour la biodiversité marine.



80% de la fréquentation touristique en Méditerranée est concentrée sur le littoral, ici la ville nouvelle de Dubrovnik, en Croatie (photo DR)
80% de la fréquentation touristique en Méditerranée est concentrée sur le littoral, ici la ville nouvelle de Dubrovnik, en Croatie (photo DR)
MEDITERRANEE. Les pays riverains de la Méditerranée attirent environ 30% des arrivées touristiques internationales. De 58 millions en 1970, le nombre de visiteurs est passé à 279 millions en 2009, et devrait atteindre 637 millions à l’horizon 2025, selon l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), dont 312 millions pour les seules régions côtières.

Cette activité représente plus de 200 mds$ de chiffre d’affaires (143,8 mds€) et un réservoir d’emplois qui contribuent au dynamisme de l’économie régionale.

Concilier cette croissance avec un développement maîtrisé fait partie des sept priorités arrêtées par la convention de Barcelone, qui a défini en 2005 une "Stratégie méditerranéenne pour le développement durable". Les experts du
Plan Bleu (observatoire et centre d’activités régionales du Programme des Nations Unies pour l’environnement/Plan d’action pour la Méditerranée) à Sophia Antipolis, dans le Sud-Est de la France, ont pour mission de fournir les éléments d’informations nécessaires à la mise en œuvre de cette stratégie.

Un premier rapport, publié en 2008, soulignait l’importance des enjeux.

Favoriser la diversification des activités touristiques

Avec 46 000 km de côte, la fréquentation touristique dans le bassin méditerranéen est concentrée à 80% sur le littoral.

Cette concentration est porteuse de dangers pour l’environnement. Elle fragilise la biodiversité d’une des mers les plus riches du monde : la Méditerranée, qui ne représente que 0,7% de la surface totale des océans, accueille 7,5% des espaces animales et 18% de la flore marines. Le développement de la plaisance, avec la création de nouveaux ports et marinas, accentue l’artificialisation des côtes, sans oublier les problèmes de gestion de déchets et de pénurie d’eau douce.

La diversification des activités fait partie des pistes explorées avec le développement de nouvelles formes de tourisme : culturel, urbain, rural, écotourisme.

Une diversification qui peine à se réaliser, constatent les experts du Plan Bleu dans le dernier
rapport sur l’état de l’environnement et du développement en Méditerranée paru en novembre 2009.



Lundi 1 Février 2010
 Source :Christiane Navas pour
Econostrum
 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article