Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de web écologique "Nouara"

«Employabilité et entreprenariat pour les jeunes et les femmes dans l’économie verte en Algérie» a été au centre d’une conférence de deux jours, qui s’est ouverte, hier à l’hôtel Hilton, sur initiative du programme de Développement économique durable (Deved) de la GIZ et de la Direction générale de la PME, au ministère de l’Industrie, de la Petite et moyenne entreprise et de la Promotion de l’investissement avec la coopération technique de Sequa, pour le compte du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du développement (BMZ).
La conférence à laquelle a pris un large panel de professeurs et d’experts algériens et étrangers, a pour objectif de sensibiliser un large public sur le potentiel de création de richesses de même que de promouvoir et d’approfondir le débat sur les potentiels de l’économie verte comme un des leviers de la croissance et de l’employabilité, sur les métiers de demain et l’intégration du tissu industriel local dans une dynamique entrepreneuriale mondiale liée à la labellisation sociale et environnementale. Le financement des projets des jeunes se fera dans le cadre de l’Ansej et des autres dispositifs d’emplois destinés à cette catégorie de la société. Mme Marita Riedel, directrice du programme Deved en Algérie, dira que l’appui de la GIZ portera sur la formation avec l’organisation de sessions de coaching avec des experts. Les participants étaient unanimes à dire que les énergies vertes permettront de créer des milliers de métiers pour les jeunes. Le directeur général de la PME au ministère de l’Industrie, M. Ammouri Brahiti, a affirmé que «la dynamique d’une économie verte était déjà amorcée en Algérie par le lancement, en 2011, d’un ambitieux programme des énergies renouvelables, doté d’une enveloppe financière de 62 milliards de dollars». Ce programme permettra la création de 137 000 postes d’emplois directs et indirects dans la production électrique à l’horizon 2025. Le traitement des déchets a déjà permis la création de 160 000 emplois selon les statistiques de 2011. La conférence se poursuivra aujourd’hui par la présentation entre autres des premiers résultats de l’étude «Promotion des jeunes et des femmes dans l’économie verte en Algérie».
  B. A.
 
L’Algérie consomme 20% d’énergie d’essence en plus ! 
Les directives européennes concernant la consommation d’énergie des véhicules sont fixées à 4 litres d’essence au 100 km, c’est-à-dire 120 grammes de CO2 par kilomètre, alors que l’immense majorité des véhicules commercialisés en Algérie dépassent les 150 grammes de CO2, c’est-à-dire que nous avons à peu près 20% de consommation d’énergie d’essence en plus. C’est ce que nous a déclaré le professeur Chems Eddine Chitour à la conférence sur l’économie verte. Autant d’argent à économiser, selon lui, si l’Etat oblige les importateurs à respecter les normes usitées.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article