Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

LES EUROPÉENS RENFORCENT LES CAPACITÉS TECHNIQUES DU SECTEUR

Un million d'euros pour la pêche

Par

Pendant deux ans, des experts de l'Union européenne tenteront d'augmenter les capacités humaines et matérielles du secteur de la pêche.

L'Unité de gestion du programme d'appui à la mise en oeuvre de l'Accord d'association a procédé hier au lancement du jumelage institutionnel portant sur le renforcement des capacités du Centre national de recherche pour le développement de la pêche et de l'aquaculture. Un séminaire a été organisé à Alger pour présenter les institutions partenaires et les résultats à atteindre. Abdelaziz Guend, directeur de l'Unité de gestion du programme, a indiqué que le jumelage sera conduit avec un consortium franco-italien. Des responsables du ministère de la Pêche et du Centre pour le développement de la pêche étaient présents.
Ce projet est doté d'un budget de 1.140.000 euros dont le financement est totalement assuré par l'Union européenne.
Il durera 24 mois et s'étendra à l'ensemble des régions concernées par les activités de la pêche. Ses activités impliqueront l'administration centrale du ministère de la Pêche, le Centre pour le développement de la pêche et des organismes régionaux et locaux sous tutelle du ministère et éventuellement des entités et organisations représentant d'autres intervenants dans le domaine de la pêche.
L'un des objectifs généraux est d'assurer un développement et une gestion durables de la pêche et de l'aquaculture en Algérie fondés sur des avis scientifiques pertinents. Il s'agit aussi d'optimiser l'organisation, le management et l'efficacité opérationnelle du Centre en tant qu'instrument essentiel d'aide à la décision.
A l'issue du jumelage, les initiateurs s'attendent à ce que le cadre juridique et institutionnel du Centre soit examiné. Suite à quoi des recommandations seront édictées pour une meilleure prise en compte du principe de développement durable de la pêche et de l'aquaculture. La protection de la ressource est l'un des moyens de parvenir à une meilleure production, selon des sources contactées lors du séminaire. Depuis plusieurs années, c'est surtout le prix des différents produits qui préoccupe le consommateur. L'un des autres résultats attendus est aussi celui d'appuyer la stratégie de renforcement des capacités humaines et matérielles et de définir les besoins en équipements scientifiques spécifiques. Ce sont des étapes pour parvenir à la préparation de programmes de formation des personnels du Centre grâce au financement obtenu depuis hier, lequel entre dans le cadre de la deuxième phase du Programme d'appui à la mise en oeuvre de l'Accord d'association Algérie-UE. Une troisième phase est envisagée, avait annoncé début octobre, le directeur national du programme, Abdelaziz Guend.
Les négociations sur les modalités de mise en oeuvre de cette troisième phase se poursuivent entre les autorités algériennes et l'Union européenne, avait affirmé Guend au cours d'une conférence de presse. La première phase de ce programme, lancée en 2009 et dotée d'un budget de 10 millions d'euros, a été clôturée en décembre 2011. La deuxième phase du P3A a été lancée en mars 2012 pour une durée de 6 ans. Une convention de financement a été signée entre les deux parties afin de prendre le relais dans le financement des activités du programme. Cette convention porte sur un financement de 30 millions d'euros dont 29 millions d'euros provenant de l'UE et 1 million représentant la participation algérienne.
Le P3A a été conçu dans le cadre de la Politique européenne de voisinage et a remplacé le programme Meda depuis 2007. Il vise le rapprochement du cadre législatif et réglementaire algérien avec celui de l'UE, le renforcement du partenariat entre les institutions algériennes et européennes et des capacités des administrations algériennes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article