Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nouara Algérie.com

Ecologie, environnement, nature, économie verte et développement durable en Algérie

"Un séjour à travers la grande « petite » Kabylie…" Par Karim Tedjani (Reportage) 3/4

 

Association Tichy la verte

«  Brûler, briller, rayonner… »

Tichy-la-verte 5780

 

Comme il y a plusieurs façons de diffuser de l’énergie, il existe diverses manières d’influer sur son environnement, de faire passer des  messages au sein de la société.

Il y a ces inconscients, avides de richesses faciles  qui brûlent la chandelle de notre nature par les deux bouts. Ils sont les enfants du feu, pour eux,  le meilleur  foyer, c’est celui qui irradie  d’énergie et alimente les usines. Ils aiment le vacarme, la poussière et l’odeur de l’essence qui flambe l’atmosphère, la couleur du goudron qu’ils rêvent comme une seconde peau pour notre Terre.  Ils ne pensent pas à demain, car pour eux, c’est loin. Carpe Diem, tel est leur devise et ils se moquent bien de dérégler l’environnement des autres pourvu qu’il y ait de l’argent à se faire à la clef.

A cause des déforestations qu’ils provoquent, ou bien qu’ils soutiennent passivement, Tichy, comme une bonne partie de la wilaya de Bejaïa est en train de s’effondrer sur elle-même, faute d’un réseau racinaire suffisant pour jouer son rôle de maintien des sols en pente. Les glissements de terrains se font de plus en plus récurrents et impressionnants.  Lutter contre cette déforestation qui pratique l’incendie comme d’autres se rasent chaque matin, n’est pas la seule affaire « d’écolos » amoureux  transis de la nature, une cause d idéalistes. Non, tout cela met en péril toute une économie et une écologie locale, concerne donc l’intérêt commun à toute la commune…

On pourrait également parler de ceux qui se contentent de briller, le temps d’une cérémonie, d’un séminaire officiel, d’un sommet international. Ils parlent et vantent comme personne la politique nationale en matière d’environnement. Ils clament haut et fort que le développement durable, l’économie verte sont des options incontournables pour notre pays, confondent plus de liberalisme avec plus de Liberté. Ils gaspillent des milliards de dinars en hôtels de luxe, en repas copieux, en billets d’avions, tout cela  au nom de l’écologie, de l’eau, de l’arbre ou bien encore, comme cette année, de l’énergie. La loi environnementale algérienne brille de ses myriades d’articles qui étincellent  le temps de leur publication et s’étiolent cependant, happés par le trou noir des aberrations bureaucratiques, des lenteurs d’applications, des mauvaises gestions...

Briller, quand il ne s’agit pas de rayonner d’une énergie constructive,  c’est aveugler  son entourage et non l’éclairer sur les véritables problèmes à régler…

Et puis, il y a le sourire d’un jeune homme, que l’on comprend le jour où l’on admire le panorama qui s’offre à lui à chaque fois qu’il se réveille dans son village… Un visage  rond, généreux, beau  comme un soleil qui illumine tout autour de lui. Rayonner, oui,  c’est brûler d’espoir, faire briller les gens en  les réunissant autour d’une cause noble, diffuser de la bonne énergie autour de soi…

Sofiane Khaldi, président de l’association « Tichy la verte »  nous a fait, dès le premier contact établi, cette   très belle impression. Mohamed Djazaïri, mon ami  « compagnon de l’eau » de Naciria avait décidé de prolonger son « escapade » pour venir avec moi à Tichy. Karim Abdoune, qui nous avait invité tous les deux à participer aux deux journées que son association "Takkuct" avait célébrées à Aït Smaïl,  nous accompagnait à présent. Ils furent, comme moi,    unanimes à ce propos…

 

A vrai dire, cette gentillesse, cette ouverture d'esprit, je l'ai retrouvée chez tous les gens avec qui j'ai pu m'entretenir durant ce séjour mémorable; Nassim l'élégant, Rebah le philosophe, Chihkh Nordine le rayonnant . La Tichy que j'ai visitée, m'a fait l'effet d'une immense famille, d'amis, de cousins, de voisins, de gendres...

Dès notre arrivée au CSP de Tichy, qui est la maison de tous les jeunes de cette commune touristique, nous avons senti une sincère bienveillance émaner des lieux. L’accueil fût simple, nature;  à peine arrivés que nous commencions à plaisanter et à nous raconter nos expériences respectives. Je fais un tour des lieux protocolaire, rencontre les jeunes handballeuses qui vont nous accompagner pour cette première journée de plantation  collective de pins aux abords de l’école primaire du village de Tifernine. Se joindront à nous les jeunes membres de l’association Tichy la verte ainsi que les enfants de cette petite école de village kabyle…

Dans le mini car qui nous mène à Tifernine, c’est l’ambiance des beaux jours et des voyages de match…On sent la grande complicité qui réside au sein de ce groupe d’enfants et d’adultes…  Tout le monde y met de son petit pas de danse, de ses rires ou des ses chants pour mettre de l’ambiance. La radio  balance tubes sur tubes Kabyles. Les mains clappent sur les tempos sautillants de ces véritables hymnes berbères. Les paysages sont splendides, tout le long de notre trajet. L'ouzou a fleuri, le jaune qui s'étale sur les collines  annonce le printemps berbère. Nous prenons le temps de discuter malgré le vacarme qui émane du moteur de notre bus ; il peine à franchir les petits cols qui jalonnent la route nous menant à Tifernine. On parle surtout de déforestation, des difficultés de la DGF à jouer son rôle, des faibles peines pénales  encourues par les contrevenants…

Nous voilà devant le portail de cette école primaire où allait se dérouler la célébration de   la journée mondiale de l’arbre. Une foule de gamins nous attendent, le directeur de l’école ainsi que certains notables nous accueillent dans la cour centrale à un buffet typiquement rural et algérien : kesra, leben et dattes…Un régal simple mais tellement savoureux et authentique.

Les discours de bienvenue, de remerciement, les allocutions des invités d’honneur, les protocoles s’enchaînent dans la bonne humeur et sous le regard intrigué de ces enfants que je sens peu habitués à voir autant d’étrangers dans leur école. Ils sont beaux, splendides, parfaitement bien élèves…Des anges un peu turbulents, certes, mais toujours très touchants et  paraissant sincèrement ravis de cette rencontre inhabituelle…

Une petite foule  se met à planter les arbres mis à la disposition par l’association Tichy la verte, après l’exposé d’un adulte aguerri à  toutes les procédures d’une telle entreprise. J’observe du haut d’un monticule tout ce beau monde, du coin de mes  objectifs photo, comme pour capter le naturel plus que le solennel d’un tel événement. J’ai été frappé par l’application et la persévérance de ces gamins à bien planter ces arbres. Souvent, plus impliqués que les adultes censés les encadrer…

Puis,  il a été prévu de se rendre au pied d’une cascade pour écouter   deux   exposés sur l’eau assurées par  deux experts algériens, le Pr Sahou ainsi que M. Tabouri directeur de L’ONAT locale. Le message est clair comme de l’eau de roche : il ne faut  pas croire que boire de l’eau des sources locales est forcement un gage de qualité sanitaire. Elles doivent être régulièrement contrôlées et sont souvent exposées à de nombreuses pollutions, parfois même des contaminations. Mohamed Djazaïri et particulièrement satisfait d’y avoir assisté. Il a beaucoup appris ce jour-là, me confiera-t-il plus tard.

Nous rentrons sur Tichy. Le CSP, sera, durant tout notre séjour, notre point de chute principal. Karim Abdoune doit rentrer, il est épuisé par les deux jours passés à coordonner les deux jours de célébrations dans son village…

Le soir, nous faisons la connaissance du directeur des lieux, M. « Chikh Nordine ».  Un homme charmant, professeur de musique,  dont le rayonnement a  littéralement tapé dans l’œil de mon camarade de nature, Mohamed Djazaïri. Nous parlons de musique, d’histoire, de philosophie, de littérature et de tant de sujet. Quelques jeunes de l’association se sont joint à nous et écoutent notre conversation… Je les sens à la fois intrigués, mais aussi dépassés par ce que nous disions. Leur génération n’a pas autant voyagé que celle de leur chef d’établissement, ou bien Mohamed, leur maîtrise du français n’est pas aussi parfaite, bien que bien au dessus de la moyenne nationale… Mais il font l'effort de nous écouter et participent même à nos débats improvisés.

Le lendemain, nous visitons la région  avant ma conférence prévue pour 16h30.  Nous avons beaucoup discuté, échangé, présagé, envisagé des actions communes. C’est dans ce genre de randonnée que j’ai le plus souvent entendues les meilleures stratégies pour la protection de l’environnement dans notre pays. Sur le terrain…

Nous faisons un détour par l’APC, visitons M. le président  et son adjoint, j’en profite également pour discuter avec les gens présents dans l’enceinte de cet établissement public. Un débat très riche et animé, à propos de la façon de militer et de lutter  contre la déforestation dans notre pays,  est engagé avec les membres d’une association culturelle ainsi qu’un fonctionnaire chargé de l’urbanisme social. Nous finissons par nous mettre d’accord… Notre  lutte commune  est un combat qui doit être mené de générations en générations. La notre, celle des 35 et plus, est de préparer le terrain, d’encadrer les  trentenaires qui eux ont la charge de s’occuper de leurs cadets… Nous devons accepter le fait que nous travaillons, non pour récolter demain, mais pour semer l’après demain, celui des générations à venir…

Puis viens le moment de ma « conférence ». Ma présentation  se déroule dans une ambiance très studieuse. Je suis étonné de voir que, après  presque deux heures passées à parler, la salle ne s’est pas  encore vidée… Nous avons parlé d’écologie, d’environnement et de l’influence de tels domaines sur l’avenir et la souveraineté de notre pays… Pas une conférence d’experts, juste une réunion de citoyennes et citoyens soucieux de faire pour le mieux…

Le lendemain, nous visiterons Bougie….Mais c’est une autre histoire…Un autre article que je publierais tout prochainement...

 

Tichy la verte est plus qu'une association écologique, c'est une véritable famille dans la quelle il fait bon se méler. Les habitants de cette commune ont le sens de l'accueil et sont très affables.  Les enfants de cette Ong  sont très cultivés et, leur conscience écologique est  particulièrement développée et  éveillée, preuve que Sofiane et ses amis ont fait du bon boulot! Il y donc de l'espoir  de jours futurs meilleurs à la clef...

Je vous conseille  chaudement cette destination...

Karim Tedjani.

       Voir les albums photos:

Journée de plantation dans l'école primaire de Tifernine... Journée de plantation dans l'école primaire de Tifernine...

Séjour à Tichy (deuxième journée) Séjour à Tichy (deuxième journée)

 

Lire aussi: 

 

"Un séjour à travers la grande « petite » Kabylie…" Par Karim Tedjani (Reportage) 1/4

"Un séjour à travers la grande « petite » Kabylie…" Par Karim Tedjani (Reportage) 2/4

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Karim Tedjani

Karim Tedjani est un blogeur indépendant très concerné par les questions de l'environnement ainsi que de l'écologie en Algérie... Depuis 2009 , il sillonne autant le web que son vaste pays d'origine; afin de témoigner, d'apprendre, mais aussi de militer...
Voir le profil de Karim Tedjani sur le portail Overblog

Commenter cet article