Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Karim Tedjani

Algérie profondeSamedi, 01 Février 2014 09:50Facebook Imprimer Envoyer Réagir

Des associations se mobilisent à Oran

“Touche pas à ma forêt ni à ma zone humide”

Par : D. LOUKIL

Plus que le laisser-aller, ce sont des décisions administratives jugées coupables par des associations, puisque depuis des années le lac Telamine est le déversoir des eaux usées d’une partie de la wilaya.

Un vent écologique est-il en train de souffler sur Oran, pour enfin faire de la défense et de la préservation de l’environnement une exigence citoyenne avec comme autre objectif amener les autorités locales à s’y conformer. 
En effet, probablement encouragées par le combat et la victoire de l’Association des résidents de Canastel (ARC) pour préserver la forêt de Canastel de la dévastation à coups de projets bétonnés, d’autres associations ont décidé de lancer une campagne de sensibilisation pour, cette fois-ci, sauver la zone humide près d’Oued Tlélat, à savoir le lac de Telamine. 
Cet endroit prisé par le passé par les familles férues d’air pur et d’envie d’apprécier la beauté de la nature qui est offerte à la ville d’Oran est tout simplement en train de mourir, d’être détruit par le laisser-aller des pouvoirs publics. Plus que le laisser-aller, ce sont des décisions administratives jugées coupables par des associations, puisque depuis des années le lac Telamine est le déversoir des eaux usées d’une partie de la wilaya. Un crime écologique qui a un impact des plus importants sur l’équilibre du système écologique de la wilaya. 
Car les spécialistes ne cessent de le crier haut et fort depuis des années, en expliquant que les zones humides sont primordiales dans le fonctionnement hydrologique de la région, et quelles sont aussi un support indispensable pour l’écosystème. Si la wilaya d’Oran possède 8 zones humides répertoriées et d’importances diverses, le lac Telamine est aussi et surtout censé être protégé par la convention Ramsar.
Une convention internationale ratifiée par l’Algérie et qui stipule que tout pays ayant ratifiée cette convention se doit entre autres “de promouvoir la conservation des zones humides leur préservation, qu’elles soient des zones humides inscrites ou non dans la liste Ramsar, soutenir la recherche, la formation, la gestion et la surveillance dans le domaine des zones humides”. Le lac de Telamine fait justement partie de ces zones humides classées depuis 2004, grâce à la convention Ramsar, sans compter la Sebkha et la Macta, et aurait dû bénéficier de mesures de protection par les services concernés. Un signe de la dégradation très avancée des zones humides de la wilaya d’Oran, la baisse du nombre d’oiseaux migrateurs, dont quelque 45 espèces, certaines protégées à l’échelle internationale. Dès début février, un programme d’actions et de sensibilisation à la question de la dégradation du lac Telamine et les autres zones humides sera concocté par des associations avec des visites sur les différents sites. Les autorités locales seront interpellées pour qu’elles se conforment aux conventions ratifiées par l’État algérien.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article