Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

"Nouara Algérie", un réseau algérien de bonnes volontés écologistes

Vous désirez être référencé dans notre annuaire des associations environnementales algériennes? Cliquez ici 

Nouara est un blog totalement dédié aux questions d'environnement, d'écologie en Algérie.

Vous trouverez  dans ce blog crée en 2010:

Plus de  5000 ressources web compilées et classées en catégories ( articles de presse,  vidéos, études scientifiques, tutoriels, éditos ect...)

Des centaines d'articles éditoriaux  de Karim Tedjani, créateur de cet outil web de sensibilisation, d'information  et de réflexion.

Ce dernier est un militant écologiste indépendant et conférencier

Des dossiers écologiques qui ne concernent pas seulement l'Algérie, mais aussi le reste du Maghreb, de l'Afrique et bien entendu de la Planète.

 


 

 

A propos de Karim Tedjani

 

Tedjani Karim est un militant écologiste algérien,  bloggeur indépendant qui active sur le web autant que sur le terrain algérien  depuis 2009.

C'est  un amoureux  fou de l'Algérie, de ses paysages, de sa biodiversité,  autant que de sa grande variété de manières d'être Algériens et Algériennes. 

Ecologiste algérien, il place l'écologie algérienne  dans sa réflexion, son discours ainsi que ses actions, comme un véritable projet de société et de modernité

Karim Tedjani est le créateur du concept de "DAROLOGIA"  une approche à la fois locale et universelle de l'écologie algérienne.

Auteur, photographe, conférencier, animateur d'ateliers, il publie de nombreux articles et photos inspirés par tous ses  voyages en Algérie à travers plus d'une quarantaine  de wilayas.

Il aura ainsi pu rencontrer et collaborer avec beaucoup de celles et de ceux qui activent pour l'écologie et l'environnement en Algérie,  à l'échelle tant locale, nationale, qu'internationale.  

 

Contactez Karim Tedjani via "FACEBOOK"

 

Publié par Revue de Web Nouara

http://www.elmoudjahid.com/

 

:02-04-2013 | 0:00

 Le rapport des Algériens aux fleurs n’a cessé de prendre de l’ampleur ces dernières années. Sans doute la «bétonisation» de l’habitat en général y est elle pour quelque chose.

 

Aujourd’hui, sans pouvoir donner avec précision  combien chaque ménage consacre à l’achat de fleurs on peut tout de même estimer qu’il ne se prive point de le faire dès que l’occasion se présente. Mais toujours pour rester dans cette tendance il fait encore mieux en ramenant des plantes de familles diverses à domicile. Et précisément sur les balcons.

Il suffit donc en traversant différents quartiers de lever la tête pour s’apercevoir que la quasi-totalité des balcons sont sertis de plantes ornementales. Ce qui n’est pas sans apporter ce petit plus dans un environnement bétonné à outrance et stressant pour le moins. Mais chez les Blidéens on ne badine pas avec la nature tant celle-ci est «livrée à domicile» sans doute d’abord par fidélité à une tradition bien ancrée dans les mœurs locales, ensuite du fait que ce rapport «tout particulier» à la nature et tout ce qu’elle propose comme offrandes contribue grandement à «desserrer l’étau pesant du stress».

Car habiter ces grands ensembles tout de béton vêtus n’est pas une sinécure et contraint ainsi quasiment tous les ménages à dénicher le moindre espace pour y planter le décor si l’on ose dire. Et qui offre comme mérite de concilier un double avantage : celui de conserver intact ce rapport charnel sinon quasi atavique à la terre et ses arpents verts tout en ne négligeant point cet aspect purement décoratif érigé tout de même en «acte civique». Car un blidéen qui ne s’inscrit pas dans cette optique ou option c’est selon n’est-ce pas «n’est pas tout à fait un Blidéen». Et si les femmes notamment savent y faire dans ce domaine autant par le choix judicieux des plantes que du terreau qui va avec et qu’il faut parfois «aller chercher loin», les hommes aussi s’y mettent ; à cet effet il n’est pas rare de rencontrer au niveau des pépinières nombre de chefs de famille dont certains dépêchés ici «en éclaireurs» par leurs épouses respectives.

Bien que parmi ces derniers il s’en trouve également qui «s’y connaissent» soit par passion partagée soit tout simplement parce qu’ils se sont «instruits auprès de leurs épouses». En tout cas l’achat de plantes tend à devenir un véritable phénomène de société. Quant à ceux et celles qui «perdent un peu leur latin » une solution de rechange toute indiquée : l’Internet histoire d’y dénicher quelque plante «exotique» et en mettre ainsi «plein la vue» à la voisine de palier… Au vrai cette passion contagieuse est des plus saine en ce qu’elle casse bien souvent ce spectacle hideux de grands ensembles sans âme et autres cités dortoirs. Bref c’est dire si toutes ces plantes quand ce n’est pas carrément «un jardin botanique» at home mettent vraiment du baume au cœur.
Amar Zentar

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article